Le pétrole confirme son rebond, l'Opep+ et ses alliés au centre du jeu

Le pétrole confirme son rebond, l'Opep+ et ses alliés au centre du jeu©Boursier.com

Boursier.com, publié le jeudi 09 avril 2020 à 09h23

Les cours du brut confirment leur rebond de mercredi ce matin sur des espoirs d'accord sur une baisse de la production entre l'Opep et ses alliés lors d'une réunion extraordinaire prévue ce jeudi. Le baril de brut léger américain pour livraison mai gagne en ce moment 5,7% à 26,5 dollars sur le Nymex alors que le baril de Brent de la mer du Nord (échéance juin) avance de 3% à 33,8$.

"Nous attendons avec impatience. Je pense qu'il y aura un accord, ce qui apportera un peu de joie à court terme. Ensuite, l'attention de tout le monde se reportera sur les fondamentaux qui sont épouvantables", affirme Lachlan Shaw, responsable de la recherche sur les matières premières chez National Australia Bank.

Warren Patterson, responsable de la stratégie des matières premières chez ING, se montre pour sa part très prudent. Selon lui, les principaux producteurs devraient s'entendre sur une diminution de la production de 6 à 7 millions de barils par jour, soit nettement moins que les 10 mbj ou plus que le président américain Donald Trump a annoncé la semaine dernière. Un niveau également très inférieur à la baisse de la demande de près de 15 mbj attendue sur le deuxième trimestre. "Je regarde les marchés des matières premières depuis un peu plus de 10 ans maintenant et je n'ai jamais rien vu de tel", affirme à 'Bloomberg' M. Patterson. "L'ampleur de la destruction de la demande que nous avons vue sur le marché est tout simplement choquante".

M.Patterson ne pense pas que les États-Unis recevront un mandat direct pour réduire un volume spécifique de leur production en raison de leurs lois antitrust, mais le pays contribuera à la baisse car les foreurs nationaux arrêtent leur activité en raison de la faiblesse des prix. Selon le spécialiste, si la Russie veut que les États-Unis participent activement à l'accord, elle finira par accepter cette diminution minimaliste dans le cadre d'un accord plus large. ING voit ainsi l'Arabie Saoudite couper son exploitation de 3 mbj et la Russie de 1,6 mbj. D'autres membres de l'OPEP et des pays comme le Canada contribueront suffisamment à l'effort pour atteindre une baisse globale de 6 à 7 mbj, mais M.Patterson ne voit pas comment une diminution de 10 mbj pourrait être atteinte.

Outre cette réunion des membres de l'OPEP+ et de leurs alliés, les ministres de l'énergie du G20 doivent également se concerter pour trouver des moyens d'atténuer l'impact de la pandémie Covid-19 sur les marchés mondiaux de l'énergie. "Si le G20 venait à parler de l'augmentation des réserves stratégiques, cela serait pris positivement", estime M. Shaw.

Laminé par la guerre des prix déclenchée en mars par l'Arabie saoudite et la Russie, et par la chute de la consommation due à la crise du Covid-19, le marché pétrolier connait un début d'année catastrophique. Malgré le rebond des derniers jours, les cours de l'or noir ont été divisés par plus de deux depuis le premier janvier.

Vos réactions doivent respecter nos CGU.