Le pétrole corrige, malgré un nouveau recul des stocks US

Le pétrole corrige, malgré un nouveau recul des stocks US©Boursier.com

Boursier.com, publié le mercredi 13 janvier 2021 à 19h06

Les marchés pétroliers font une pause mercredi, après le "rally" qui a porté les cours au plus haut depuis janvier 2020, avant la crise du coronavirus. L'annonce d'une nouvelle baisse des stocks de brut hebdomadaires aux Etats-Unis, pour la cinquième semaine d'affilée, n'a pas suffi à soutenir les cours.

Les marchés pétroliers font une pause mercredi, après le "rally" qui a porté les cours au plus haut depuis janvier 2020, avant la crise du coronavirus. L'annonce d'une nouvelle baisse des stocks de brut hebdomadaires aux Etats-Unis, pour la cinquième semaine d'affilée, n'a pas suffi à soutenir les cours.

Après un début de séance hésitant, le brut léger américain WTI cède en soirée 0,75% à 52,81$ le baril (contrat à terme de février sur le Nymex), tandis que le Brent de la Mer du Nord d'échéance mars recule de 1% à 56$. Ces prises de bénéfices coïncident avec un rebond du dollar, qui renchérit le prix des matériaux de base pour les acheteurs internationaux. Par ailleurs, l'annonce d'un record de 4.000 décès du coronavirus en 24 heures aux Etats-Unis a pu semer des doutes sur le rythme de la reprise économique espérée en 2021.

Les réserves de pétrole brut aux Etats-Unis ont donc baissé pour la cinquième semaine d'affilée, selon le rapport de l'Agence américaine d'information sur l'énergie (EIA) diffusé mercredi. Sur la semaine close le 8 janvier 2021, les stocks commerciaux de brut (hors réserve stratégique) ont ainsi reculé de 3,2 millions de barils (mb), un peu plus que prévu par le consensus de marché (-3 mb). A 482,2 mb, ces stocks restent cependant environ 8% au-dessus de leur moyenne à cinq ans.

Si les stocks de pétrole brut continuent de diminuer, les réserves américaines d'essence ont en revanche augmenté de 4,4 mb contre +2,7 mb attendus, et les stocks de produits distillés (qui incluent le gazole et le fioul domestique) ont aussi augmenté, de 4,8 mb, bien plus que les +2,6 mb prévus par le marché.

Malgré la pause de mercredi, le cours du brut WTI progresse encore de 9,3% depuis le début de l'année et le Brent avance de 8,3%. L'or noir a été soutenu par la perspective d'un nouveau plan de relance budgétaire aux Etats-Unis, qui devrait favoriser la reprise économique cette année, et en conséquence, la demande pétrolière. La décision de l'Opep+, début janvier, de ne pas lever trop rapidement ses restrictions de production a aussi contribué à la hausse des cours ces dernières semaines.

Vos réactions doivent respecter nos CGU.