Le pétrole flambe, l'Opep+ résiste à la tentation d'ouvrir les vannes

Le pétrole flambe, l'Opep+ résiste à la tentation d'ouvrir les vannes©Boursier.com

Boursier.com, publié le jeudi 04 mars 2021 à 22h45

Les cours du pétrole ont flambé de plus de 4% jeudi, alors que le groupe de pays producteurs Opep+, réuni ce même jour, a décidé de maintenir l'essentiel de ses coupes de production au-delà du 1er avril, alors que les marchés s'attendaient à une hausse sensible de la production du groupe.

Les cours du pétrole ont flambé de plus de 4% jeudi, alors que le groupe de pays producteurs Opep+, réuni ce même jour, a décidé de maintenir l'essentiel de ses coupes de production au-delà du 1er avril, alors que les marchés s'attendaient à une hausse sensible de la production du groupe.

Le contrat à terme d'avril sur le baril de pétrole brut WTI a ainsi bondi de 4,2% à 63,83$ sur le Nymex, tandis que le Brent d'échéance mai a pris 4,3% à 66,86$. Les deux variétés de pétrole ont bondi de jusqu'à 5,5% en séance. Ils ont désormais repris plus de 30% depuis le début 2021, et ont retrouvé leurs plus hauts niveaux depuis fin 2019, avant la crise du Covid-19.

Les vingt-trois membres de l'Opep+, qui représentent environ la moitié de la capacité mondiale de production de brut, tenaient leur réunion mensuelle pour statuer sur leur niveau de production pour avril. Ils ont donc décidé de ne pas rouvrir largement les vannes, compte-tenu des incertitudes pesant encore sur le rythme de la reprise économique mondiale.

L'Arabie saoudite maintient ses coupes unilatérales de 1 mbj

L'Arabie saoudite a finalement décidé de maintenir pour un mois supplémentaire ses coupes unilatérales de 1 million de barils par jour appliquées en février et mars. La Russie, qui réclamait un hausse de production, est autorisée à pomper 130.000 barils par jour supplémentaires en avril, et le Kazakhstan aura droit à 20.000 bj de plus, ces deux pays ayant besoin de répondre à leur demande intérieure.

Au final, l'Opep+ continuera ainsi de produire environ 8 mbj de moins qu'avant la crise du coronavirus, contribuant à soutenir les cours dans un environnement où la demande redémarre progressivement en 2021 à la faveur des campagne de vaccination. Ces chiffres ont surpris les marchés, où de nombreux analystes s'attendaient ces derniers temps à une hausse assez importante au 1er avril, d'au moins 1,5 million de barils par jour, dont 1 mbj par l'Arabie saoudite et 500.000 bj par les autres pays.

L'Opep+ s'est cependant donné du temps pour juger de la solidité de la reprise économique mondiale, qui reste fragile, soumise aux aléas de la pandémie. Plusieurs délégations auraient estimé encore prématuré de rouvrir les vannes, face à une situation sanitaire et économique mondiale encore incertaine du côté de la demande pétrolière.

Vos réactions doivent respecter nos CGU.