"Le pire n'est derrière aucune compagnie aérienne", selon le patron de Qatar Airways

"Le pire n'est derrière aucune compagnie aérienne", selon le patron de Qatar Airways©Boursier.com

Boursier.com, publié le vendredi 09 octobre 2020 à 11h26

Le patron de Qatar Airways n'est pas très optimiste pour la suite des évènements dans le secteur aérien. Loin s'en faut. "Le pire n'est derrière aucune compagnie aérienne, pas seulement Qatar Airways", a déclaré Akbar Al Baker, sur 'CNBC'. "Il y aura bientôt d'autres sauvetages en Europe, il y aura d'autres faillites dans le monde entier. En raison de la deuxième vague (ndlr : de coronavirus), je pense que cela est ... encore plus grave que lors de la première vague".

Le dirigeant, qui voit donc encore un grand nombre de compagnies déposer le bilan au cours des prochains mois, anticipe également une augmentation des monopoles pour certains transporteurs. "Je pense qu'il y aura davantage de réduction de capacités, ce qui d'une certaine manière n'est pas non plus bon pour les voyageurs car cela donnera alors une situation monopolistique à certaines compagnies aériennes qui voulaient exactement que cela se produise".

Après avoir essuyé une perte record de 1,9 milliard de dollars lors de son exercice 2019-2020, Akbar Al Baker s'attend encore à souffrir : "je dois vous dire que nos pertes se poursuivront parce que chaque compagnie aérienne dans le monde continuera à perdre de l'argent parce qu'il n'y a plus de passagers à transporter... Ou bien il y a un grand nombre de passagers à transporter, comme nous le faisons actuellement, mais le trafic est à sens unique parce que la plupart des pays ont gardé leurs aéroports fermés".

Globalement, l'IATA a indiqué il y a quelques jours que l'ensemble des transporteurs mondiaux devraient encore brûler 77 Mds$ de cash au cours du second semestre alors que le trafic mondial au mois de décembre serait 68% inférieur à celui de l'an dernier à la même époque. L'organisation ne prévoit pas un retour du transport aérien aux niveaux d'avant la pandémie avant 2024. "Je pense que si cette pandémie s'étend plus loin dans un avenir proche, la reprise pourrait même être au-delà de 2024... Je ne pense pas que cela prendra dix ans, mais ce sera certainement entre trois et cinq ans", a déclaré Al Baker.

Dans ces conditions, le patron de Qatar Airway appelle les Etats à aider leurs transporteurs : "les compagnies aériennes doivent être soutenues par leurs gouvernements pour le moment, s'ils veulent qu'elles survivent... Tous les pays du monde dépendent de leur transporteur national pour servir les intérêts économiques du pays. Il est donc absolument capital que les gouvernements soutiennent les compagnies aériennes".

Vos réactions doivent respecter nos CGU.