Le Rafale et l'Eurofighter à nouveau en piste en Suisse

Le Rafale et l'Eurofighter à nouveau en piste en Suisse©Boursier.com

Boursier.com, publié le jeudi 09 novembre 2017 à 06h19

Le feuilleton du remplacement des F/A-18 de l'armée suisse se poursuit. Le Conseil fédéral, dans sa séance du 8 novembre, a adopté un certain nombre de décisions de principe concernant l'achat de nouveaux jets de combat. En premier lieu, celui de retenir un scénario modérément coûteux, en prévoyant une enveloppe de 8 milliards de francs (environ 6,9 milliards d'euros) pour la défense de l'espace aérien, c'est-à-dire l'acquisition d'appareils et d'un système de défense sol-air. Le budget des armées sera augmenté de 1,4% par an dès 2021 pour faire face aux besoins de financement additionnels. La Confédération estime que tout ou partie de ses 30 F/A-18 pourront être engagés jusqu'à 2030. Les 53 F-5 Tiger, dont moins de la moitié vole encore, sont d'ores et déjà obsolètes. Quant au système de défense sol-air, il ne pourra être maintenu au-delà de 2025.

Un choix en 2020

C'est le Département de la défense qui a été chargé, d'ici février prochain, d'établir plusieurs projets en proposant un arrêté de planification, une révision de la loi sur l'armée, la voie habituelle du message sur l'armée, "ou d'autres possibilités". Sur la partie avions de combat, le Département devra consulter en 2018 Airbus, Boeing, Dassault Aviation, Lockheed-Martin et Saab. "Après un éventuel référendum, le Conseil fédéral sera en mesure de faire, probablement en 2020, son choix sur le type d'avion de combat", explique l'exécutif suisse, pour une livraison d'appareils programmée à partir de 2025. L'évaluation et l'acquisition d'un système de défense sol-air à longue portée se feront parallèlement, mais la Confédération n'a pas nommément cité les prestataires qui seront consultés. On peut imaginer que des spécialistes reconnus de la défense antiaérienne comme Thales seront sur les rangs.

Le remplacement des appareils de combat suisses traîne en longueur depuis plusieurs années. Initialement, la Suisse avait retenu le Gripen dans le cadre d'un contrat de 3,1 MdsCHF pour 22 avions, mais une votation de mai 2014 avait sonné le glas des espoirs de l'industriel suédois. Le Rafale, qui avait été retoqué, avait cependant obtenu les meilleures notes d'évaluation sur les critères opérationnels. Mais Berne avait à l'époque été rebuté par son prix. Le jet polyvalent de Dassault va donc à nouveau rentrer en compétition avec ses "meilleurs ennemis", le Gripen suédois, l'Eurofighter européen et les F-35 et F/A-18 Super Hornet américains.

Le service de gestion de commentaires évolue.

A compter du 29 mars, le Journal de Réactions et la publication de commentaires seront temporairement fermés.

Les discussions autour des sujets qui vous tiennent à cœur resteront prochainement possibles au travers d’un tout nouveau service vous permettant de réagir.