Le Rafale et l'Eurofighter à nouveau en piste en Suisse

Le Rafale et l'Eurofighter à nouveau en piste en Suisse©Boursier.com

Boursier.com, publié le vendredi 23 mars 2018 à 14h57

Bis repetita. Le Département de la défense suisse va solliciter de nouvelles offres pour moderniser une flotte aérienne de combat obsolète. Mais cette fois, la Confédération a opté pour une approche duale de sa défense aérienne. Une enveloppe de 8 milliards de francs sera débloquée pour des jets de combat et des systèmes sol-air, sans que la répartition précise entre les deux modes de défense n'ait été déterminée à ce stade. Le cahier des charges cite nommément les industriels qui seront évalués. Pour l'avion de combat, sont en lice l'Eurofighter Typhoon (Airbus-BAE-Leonardo), le Rafale de Dassault Aviation, le F-35A de Lockheed Martin, le F/A-18 de Boeing et le Gripen E de Saab. Pour la défense air-sol, la Suisse mettra en concurrence le SAMP/T du consortium Eurosam de Thales et MBDA (Airbus-BAE-Leonardo), le Patriot de Raytheon et le David's Sling de Rafael.

Le document publié par la Confédération fait office de cahier des charges global. Il ne comprend pas en revanche de calendrier précis. L'exécutif suisse avait estimé il y a quelques semaines que les attributaires pourraient être désignés en 2020. Le premier avion de combat serait alors livré aux alentours de 2025, pour remplacer progression les F/A-18 de version antérieure, qui seraient progressivement retirés du service jusqu'en 2030. Les vénérables F-5 qui volent toujours auront pour leur part déjà quitté le tarmac.

Le remplacement des appareils de combat suisses traîne en longueur depuis plusieurs années. Initialement, Berne avait retenu le Gripen dans le cadre d'un contrat de 3,1 MdsCHF pour 22 avions, mais une votation de mai 2014 avait sonné le glas des espoirs de l'industriel suédois. Le Rafale, qui avait été retoqué, avait cependant obtenu les meilleures notes d'évaluation sur les critères opérationnels mais avait été recalé à cause de son prix.

Vous êtes responsable des propos que vous publiez.
Merci de respecter nos CGU