Leclerc et l'endettement font passer Casino sous les 40 euros

Leclerc et l'endettement font passer Casino sous les 40 euros
casino supermarché

Boursier.com, publié le jeudi 15 mars 2018 à 14h31

Casino a enfoncé en séance le seuil des 40 euros le 15 mars, pour signer un plancher à 39,40 euros, son plus bas niveau depuis la crise déclenchée par Muddy Waters au début de l'année 2016. Avec 21% de baisse depuis le 1er janvier, le distributeur figure parmi les quatre dossiers les plus attaqués du SBF120, qui dans le même temps ne cède que 1%.

Sur une partie de 2017, le groupe avait pourtant séduit le marché en réalisant des performances résistantes et en innovant, comme avec l'annonce surprise du partenariat avec Ocado. L'action valait même plus de 53 euros sur la première semaine de janvier 2018. Mais depuis, l'horizon s'est assombri. C'est d'abord l'annonce de l'arrivée de Leclerc sur le marché parisien, avec une offre innovante, qui a jeté un froid. Michel-Edouard Leclerc a promis des prix inférieurs de 15 à 20% aux acteurs en place dans la capitale, essentiellement Monoprix et Leader Price (Casino) et Carrefour Market. L'offre, qui sera lancée en fin de mois, s'appuiera sur des drives piétons et des dépôts vente. Casino détient environ 60% du marché parisien, où les prix sont très élevés. La filiale Monoprix en profite largement, elle qui représente plus de 50% du résultat opérationnel de Casino.

Pour ne rien arranger, les résultats 2017 publiés par Casino ont remis en lumière un problème récurrent chez le distributeur, le niveau élevé de sa dette. Le bureau d'études Invest Securities a évoqué une publication médiocre tant en niveau qu'en qualité, ne permettant pas de desserrer une contrainte financière toujours très prégnante, traduite par une charge financière qui absorbe près de 40% du résultat opérationnel. La dette s'est alourdie de 3,37 MdsE fin 2016 à 4,12 MdsE fin 2017 et la génération de cash-flow libre reste désespérément faible en France. Le problème se fait plus pressant dans la mesure où le groupe n'a plus vraiment d'actifs à céder hors coeur de métier. Cette question de l'endettement concerne aussi la maison-mère Rallye, qui a réduit son dividende pour donner la priorité à son désendettement.

Vos réactions doivent respecter nos CGU.