Les actionnaires de Weinstein devraient tout perdre

Les actionnaires de Weinstein devraient tout perdre©Boursier.com
A lire aussi

Boursier.com, publié le vendredi 05 janvier 2018 à 11h06

Les actionnaires de Weinstein Co., à savoir Harvey et Bob Weinstein, ainsi que la banque d'affaires américaine Goldman Sachs, le géant publicitaire britannique WPP ou le groupe japonais SoftBank, devraient perdre la totalité de leur mise...

Pas plus de 500 millions de dollars pour le groupe

C'est du moins ce qu'affirme le bien renseigné 'Wall Street Journal', selon lequel Weinstein Co., mis en vente après l'éclatement de l'affaire Harvey Weinstein, serait proche d'une cession pour moins de 500 millions de dollars. Parmi les repreneurs potentiels, on retrouve des investisseurs privés, des firmes de divertissement, ou encore des sociétés d'investissement.

Offres nombreuses

D'après les sources 'proches des discussions' citées par le WSJ, environ 20 offres auraient été reçues fin décembre. Les propriétaires et le conseil d'administration de Weinstein ont réduit la liste à six. Un groupement mené par la femme d'affaires Maria Conteras-Sweet, la société production Killer Content, les studios Lions Gate, ainsi que les firmes d'investissement Vine Alternative Investments et Shamrock Capital Investments, seraient sur les rangs.

Zéro cash pour les propriétaires

Les offres ne dépasseraient donc pas les 500 M$, et près de la moitié du montant correspondrait à la dette assumée. Compte tenu, par ailleurs, de dépenses opérationnelles accrues et de frais légaux, les actuels propriétaires pourraient ne rien recevoir pour leurs participations. Pire encore, si Weinstein Co. ne parvenait pas rapidement à un accord de cession, le studio pourrait être contraint au 'chapitre 11' de la loi sur les faillites.

D'ailleurs, certains acquéreurs potentiels ne seraient intéressés que par une partie des actifs, par exemple les studios de production TV ('Project Runway', 'Waco', 'Yellowstone'), ou bien le catalogue de films indépendants ('Django Unchained', 'Imitation Game'...). Contreras-Sweet s'est engagée, dans son offre, à conserver le studio intact.

Viacom, Sony Pictures et Metro-Goldwyn-Mayer, qui tentaient de reprendre certains morceaux du groupe, ne figurent pas dans la 'short list' finale.

Vos réactions doivent respecter nos CGU.