Les analystes voient une nouvelle provision à 4 chiffres sur l'A400M d'Airbus

Les analystes voient une nouvelle provision à 4 chiffres sur l'A400M d'Airbus©Boursier.com

Boursier.com, publié le jeudi 08 février 2018 à 11h33

Après avoir repris 4% hier, l'action Airbus flanche à nouveau cédant 2,3% à 86,40 euros en séance à la Bourse de Paris, dans un marché globalement baissier (-0,8% pour le CAC40). L'industriel a confirmé hier ce que tout le monde savait déjà : il y aura de nouvelles provisions sur l'A400M. Cette annonce fait suite à une déclaration d'intentions signée avec les clients du programme, furieux des retards accumulés et des décalages de performances et de configuration par rapport à ce qu'Airbus avait promis. Les parties ont convergé sur une modification de leurs relations initiales, notamment en matière de plan de livraison, de développement et de qualification des capacités militaires. Il faut encore qu'elles s'accordent sur le contenu des modifications, mais c'est indéniablement un pas dans le bon sens. Un accord définitif est espéré dans l'année.

Sur la base de la déclaration d'intentions, le groupe va tenter de déterminer le montant de la provision additionnelle nécessaire pour les comptes 2017, qui seront publiés dans une semaine, le 15 février. Sandy Morris ironise gentiment sur la "déclaration d'intentions", qui montre surtout que les parties n'ont rien signé de définitif. Bon, c'est un peu vague, mais une solution qui fonctionne est désormais nécessaire, explique l'analyste de Jefferies. La question qui se pose réellement est de savoir quelles liquidités vont devoir encore sortir des caisses pour solder une bonne fois pour toute l'impact comptable du programme. La nouvelle charge pourrait atteindre 1 MdE, voire 2 MdsE, ce qui grèverait le cash-flow libre 2018 et 2019. Mais je peux vivre avec ça, explique l'analyste, qui ajoute que si le marché se focalise sur 2020, les choses pourraient être parfaites. Chez UBS, Céline Fornaro a modélisé une charge de 1 MdE dans les comptes 2017. L'analyste pense elle aussi que tout règlement, même coûteux, serait positif. Plusieurs analystes ont traduit l'expression selon laquelle les provisions pourraient être importantes par un montant de l'ordre du milliard d'euros.

Airbus a livré 57 A400M sur 174 commandés, selon son site internet. Le groupe avait pris une dépréciation de 2,2 milliards d'euros en 2016 sur le programme, la plus importante à ce jour, mais pas la seule. La première charge remonte à 2006 (66 ME environ), mais le groupe a aussi pris 1,445 MdE en 2007, puis 1,8 MdE en 2010, 551 ME en 2014 et 290 ME en 2015. Soit plus de 6,5 MdsE avant les comptes 2017, qui seront annoncés le 15 février.

Vos réactions doivent respecter nos CGU.