Les Argentins empruntent à des taux de 50% pour aller voir l'Albiceleste en Russie

Les Argentins empruntent à des taux de 50% pour aller voir l'Albiceleste en Russie©Boursier.com

Boursier.com, publié le mercredi 27 juin 2018 à 11h21

L'Argentine affrontera la France samedi à Kazan pour une place en quart de finale de la coupe du monde. Si la bataille s'annonce rude sur le terrain, les sud-américains devraient remporter sans trop de difficultés le match des tribunes. Les Argentins ont acheté deux fois plus de billets que les Français en Russie selon les données de la Fifa (hors billets revendus) et leurs chants résonnent dans tous les stades...

Des taux d'intérêt de près de 50%!

Passionnés par leur équipe de football, les sud-américains sont prêts à tout pour suivre leurs idoles. Les Argentins ne sont pas en reste et certaines entreprises profitent à plein de cette ferveur. C'est notamment le cas de BBVA Banco Frances, la filiale argentine de la banque espagnole. L'établissement financier propose depuis août 2017 des prêts spécialement conçus pour les supporteurs désirant se rendre en Russie avec des taux d'intérêt de près de 50%! Le prêteur offre ainsi jusqu'à 1 million de pesos (environ 40.000$) payable en 84 versements, en promettant ni frais ni taxes lors de la dernière année de remboursement si tous les paiements ont été effectués.

La crise au pays

Bloomberg indiquait début juin que BBVA Frances avait accordé plus de 8.500 prêts de ce type. Un chiffre sans doute appelé à grimper compte tenu de la qualification de l'Albiceleste. Reste que si ce taux de 50% peut paraître complètement fou à première vue, il doit être relativisé par la situation sociale qui prévaut en Argentine. Buenos Aires est en effet confronté à une grave crise de changes, à une inflation galopante, qui dépasse les 20%, et à une explosion de son déficit budgétaire. Dans ce contexte, la Banque centrale a rehaussé au mois de mai son taux directeur à 40% ! Or, une inflation élevée incite les gens à emprunter et à rembourser plus tard, lorsque l'argent sera moins cher...

"Ces taux d'intérêts peuvent paraître fous pour quiconque en dehors d'Argentine, mais les Argentins sont devenus des experts lorsqu'il s'agit de jouer avec l'inflation...", explique à l'agence Juan Alonso, analyste chez TPCG Valores. "Un Argentin ne regarde pas les taux d'intérêt, il ne demande que les mensualités qu'il devra payer. S'ils ont la chance de pouvoir rembourser un voyage à la Coupe du monde pendant sept ans, ils le prendront".

Vos réactions doivent respecter nos CGU.