Les compagnies aériennes ne sont pas en mesure de réduire suffisamment leurs coûts pour sauvegarder l'emploi (IATA)

Les compagnies aériennes ne sont pas en mesure de réduire suffisamment leurs coûts pour sauvegarder l'emploi (IATA)©Boursier.com

Boursier.com, publié le mardi 27 octobre 2020 à 16h37

L'Association internationale du transport aérien affirme que l'industrie ne peut pas réduire suffisamment ses coûts pour neutraliser les graves problèmes de liquidités afin d'éviter de nouvelles faillites et de préserver l'emploi en 2021. Lors de son point hebdomadaire, l'IATA a ainsi réitéré son appel à des mesures de soutien financier de la part des gouvernements et a également demandé que des tests COVID-19 soient effectués avant chaque vol afin d'ouvrir les frontières et de permettre des voyages sans mesures de quarantaine.

Les recettes totales du secteur en 2021 devraient diminuer de 46% par rapport au niveau de 838 milliards de dollars atteint en 2019. L'analyse précédente prévoyait un recul des recettes de 2021 d'environ 29% par rapport à 2019. Cette guidance se fondait sur les prévisions de reprise de la demande à partir du quatrième trimestre 2020. Or, la reprise a été retardée en raison de nouvelles vagues de COVID-19 et des restrictions de voyage imposées par les gouvernements, notamment la fermeture des frontières et les mesures de quarantaine. L'IATA s'attend désormais à ce que le trafic de l'année 2020 soit en baisse de 66% par rapport à 2019, et à ce que la demande de décembre soit en repli de 68%.

"Le quatrième trimestre 2020 sera extrêmement difficile et rien n'indique que le premier semestre de 2021 sera nettement meilleur, tant que les frontières resteront fermées et/ou que les quarantaines à l'arrivée seront en place. Sans aide financière gouvernementale supplémentaire, la compagnie aérienne médiane ne dispose plus que de 8,5 mois de liquidités au rythme actuel de consommation de trésorerie. Et nous ne pouvons pas réduire les coûts assez rapidement pour rattraper la baisse des recettes", déclare Alexandre de Juniac, PDG de l'IATA.

Vos réactions doivent respecter nos CGU.