Les cours du pétrole rebondissent de 10% !

Les cours du pétrole rebondissent de 10% !
Deux traders souriants sur le floor du New York Stock Exchange.

Boursier.com, publié le mardi 10 mars 2020 à 19h55

Les cours du pétrole, qui s'étaient littéralement effondrés lundi - après avoir déjà perdu 10% vendredi - suite à l'échec de la réunion de l'Opep+ à Vienne, ont significativement rebondi mardi dans l'attente de la présentation de mesures de relance, aux Etats-Unis en particulier.

Le cours du baril de brut léger américain (WTI), qui avait abandonné hier près de 25%, a regagné 10,4% à 33,36$ (contrat à terme d'avril coté sur le Nymex), tandis que le Brent de mer du Nord a rebondi de 10,4% à 37,97$, après avoir plongé hier de 24% (contrat à terme de mai sur le Nymex).

Les deux principales variétés de pétrole abandonnent encore plus de 40% depuis le début de l'année. La perte de lundi est la pire journée pour l'or noir depuis la première guerre du Golfe en 1991...

Les prix ont même perdu plus de 30% en début de journée lundi, suite à l'échec cuisant de la réunion de l'Opep+ vendredi. Dans la foulée, l'Arabie saoudite a abaissé le prix de vente officiel pour le mois d'avril de l'ensemble de ses qualités de brut vers toutes destinations. L'échec des négociations entre OPEP et Russie en fin de semaine dernière sur un encadrement de la production est donc lourd de conséquences, et plombe le secteur en bourse ce matin. Vendredi, la Russie s'était opposée à une nouvelle baisse de production voulue par l'OPEP, qui désirait une réduction de 1,5 million de barils par jour jusqu'à fin 2020 afin de faire face à la chute des cours consécutive à la propagation de l'épidémie de coronavirus.

Le colosse pétrolier saoudien Saudi Aramco a fixé son prix de vente sur le baril de brut léger à destination de l'Asie pour avril à 3,10 dollars de moins que la moyenne d'Oman/Dubaï, relève Reuters. Il s'agit d'une baisse de 6$ par baril en comparaison du mois de mars. Le groupe a par ailleurs abaissé le prix de vente du baril de brut léger vers les Etats-Unis pour avril à 3,75 dollars de moins par rapport à l'ASCI, en baisse de 7$ par rapport à mars. Le prix à destination d'Europe du Nord et de l'Ouest a été fixé à 10,25 dollars de moins que la référence de l'Ice Brent, en baisse de 8$ par baril. L'Arabie saoudite demeure le premier exportateur mondial de pétrole, ce qui explique le poids de ces décisions.

Il s'agit donc d'une décision sans précédent d'Aramco, qui lance la guerre des prix dans le secteur, favorisant les parts de marché. Le producteur saoudien a confirmé ce matin son intention de relever sa production en avril à 12,3 millions de barils / jour, niveau record.

L'AIE anticipe quant à elle une baisse de la demande mondiale de pétrole cette année, ce qui constituerait une grande première depuis 2009.

Vos réactions doivent respecter nos CGU.