Les cryptomonnaies sont-elles des fraudes pyramidales ?

Les cryptomonnaies sont-elles des fraudes pyramidales ?
Bitcoin

Boursier.com, publié le jeudi 08 février 2018 à 20h48

Le récent coup de tabac sur les cryptomonnaies a fait sortir du bois leurs détracteurs, qui semble de plus en plus nombreux. Après l'investisseur vedette Warren Buffett et l'économiste Nouriel Roubini, c'est au tour du président de la Banque Mondiale, Jim Yong Kim, de partager ses doutes au sujet de la grande majorité des monnaies digitales.

M. Jim, qui s'exprimait mercredi lors d'une intervention publique à Washington, a ainsi déclaré que "la grande majorité des cryptomonnaies sont en fait des fraudes Ponzi". Ce type d'escroquerie, aussi appelée fraude pyramidale, consiste en un montage financier frauduleux où les investissements des clients sont essentiellement rémunérés par les fonds procurés par les nouveaux entrants. Le première fraude de ce type a été menée par un dénommé Charles Ponzi en 1919, et la plus récente est celle du financier new-yorkais Bernard Madoff qui a été découverte en 2008 à l'occasion de la grande crise financière des crédits "subprime".

Beaucoup d'appelés pour peu d'élus à l'arrivée ?

Jeudi, la prestigieuse banque d'affaires américaine Goldman Sachs (qui envisage pourtant de se lancer dans la trading de bitcoin) a publié une étude concluant que la valeur de certaines cryptomonnaies tomberont à zéro. Pour les analystes de GS, l'évolution des prix des crypto-devises rappelle grandement celle des cours boursiers durant la bulle Internet. A la fin des années 1990, les moteurs de recherche sur internet étaient pléthoriques, avant que la plupart d'entre eux ne disparaissent et qu'un leader incontestable, Google, ne rafle l'essentiel de ce marché...

Le patron de la Banque Mondiale a indiqué que l'institution, qui finance des prêts aux pays en développement, "étudiait l'utilisation du bitcoin et d'autres cryptomonnaies", mais "on me dit que la grande majorité des cryptomonnaies sont en fait des fraudes Ponzi".

Il a cependant ajouté que la BM étudie tout de même "de très près" la blockchain, la technologie qui sous-tend la création et l'échange sécurisé des monnaies virtuelles. Il a même évoqué un espoir que cette technologie puisse être "utilisée dans les pays en développement pour suivre l'argent plus efficacement" et réduire la corruption.

Le service de gestion de commentaires évolue.

A compter du 29 mars, le Journal de Réactions et la publication de commentaires seront temporairement fermés.

Les discussions autour des sujets qui vous tiennent à cœur resteront prochainement possibles au travers d’un tout nouveau service vous permettant de réagir.