Les perspectives restent négatives pour les assureurs français selon Moody's

Les perspectives restent négatives pour les assureurs français selon Moody's
axa groupe assurance

Boursier.com, publié le mercredi 10 mars 2021 à 13h56

La faiblesse des taux d'intérêt, l'intensité de la concurrence et les litiges relatifs aux pertes liées à la pandémie de coronavirus sont à l'origine des perspectives 'négatives' du secteur français de l'assurance dommages, indique Moody's. Dans le même temps, le secteur de l'assurance-vie du pays est confronté à des défis de transformation qui freinent la demande pour ses produits.

La faiblesse des taux d'intérêt, l'intensité de la concurrence et les litiges relatifs aux pertes liées à la pandémie de coronavirus sont à l'origine des perspectives 'négatives' du secteur français de l'assurance dommages, indique Moody's. Dans le même temps, le secteur de l'assurance-vie du pays est confronté à des défis de transformation qui freinent la demande pour ses produits.

Les taux bas vont éroder les revenus de placement des assureurs multirisques et augmenter leurs exigences en matière de réserves. Le secteur est également soumis à une pression sociale et politique afin de restituer des bénéfices exceptionnels aux clients après que les demandes d'indemnisation dans des domaines tels que les accidents de la route eurent chuté pendant le confinement.

"Les couvre-feux et les mesures de restriction actuelles vont probablement freiner les demandes d'assurance de détail cette année encore", explique Benjamin Serra, vice-président senior chez Moody's. "Toutefois, le coût moyen des sinistres continuant à augmenter, les résultats des souscriptions d'assurance des assureurs multirisques français seraient probablement négatifs en 2021 sans ces restrictions".

Pour les assureurs vie, les ratios de solvabilité II ont sensiblement baissé l'année dernière et ils restent très sensibles à de nouvelles baisses de taux en raison d'un décalage de duration entre leurs actifs et leurs passifs. Toutefois, la faiblesse des taux d'intérêt a peu d'impact sur la rentabilité des assureurs vie français, car les faibles taux garantis sur les polices d'épargne leur permettent de répercuter la baisse des rendements des placements sur les clients. Les assureurs-vie réduisent également les ventes de produits d'épargne garantis et se concentrent plutôt sur les polices en unités de compte, qui laissent le risque d'investissement au client. Cela pourrait freiner la demande globale d'assurance-vie.

Vos réactions doivent respecter nos CGU.