Les salaires accélèrent et le chômage baisse au Royaume-Uni

Les salaires accélèrent et le chômage baisse au Royaume-Uni
Londres Big ben Royaume-Uni Grande-Bretagne

Boursier.com, publié le mercredi 21 mars 2018 à 10h45

Bonnes nouvelles pour l'économie britannique. Les salaires ont accéléré à leur rythme le plus rapide depuis la fin 2016 sur les trois mois clos fin janvier et le taux de chômage est retombé au plus bas depuis 1975, à 4,3%. Selon les données de l'Office national de la statistique, le salaire hebdomadaire moyen a en effet augmenté de 2,6% en janvier après une hausse de 2,5% le mois précédent. En prenant en compte les bonus, le salaire hebdomadaire moyen progresse de 2,8% contre +2,6% attendu par le marché et +2,7% en décembre. Un niveau plus observé depuis septembre 2015.

Les ménages, dont le pouvoir d'achat a été érodé par la hausse des prix depuis le référendum de 2016 sur le Brexit, pourraient ainsi voir leur salaire réel à nouveau augmenter dans les prochains mois alors que l'inflation est tombée à 2,7% en février et devrait continuer de baisser selon les économistes.

Le service de gestion de commentaires évolue.

A compter du 29 mars, le Journal de Réactions et la publication de commentaires seront temporairement fermés.

Les discussions autour des sujets qui vous tiennent à cœur resteront prochainement possibles au travers d’un tout nouveau service vous permettant de réagir.

 
8 commentaires - Les salaires accélèrent et le chômage baisse au Royaume-Uni
  • avatar
    ajlbn -

    Avec le Brexit, des employés étrangers, y compris Français, quittent le pays, ce qui libère des postes pour les locaux, et du fait d'une raréfaction des compétences, les salaires augmentent, car certaines entreprises ont du mal à recruter! C'es purement mécanique.

  • avatar
    seukinesonrien -

    frexit vite

  • avatar
    porquepic -

    Alors, le brexit ça marche. On devrait essayer.

  • avatar
    ANAR21 -

    Oui au Frexit.

  • avatar
    kagbeni1 -

    inflation supérieure à l'augmentation des salaires , rattrapage tardif et partiel du pouvoir d'achat, croissance économique en berne ,
    coup de rabot sur les services publics pour compenser les pertes .
    Vive le brexit