Lexibook : comptes publiés

Lexibook : comptes publiés©Boursier.com

Boursier.com, publié le vendredi 28 juin 2019 à 07h38

Sur l'année fiscale 2018-19, le chiffre d'affaires du Groupe Lexibook ressort à 21,4 ME contre 26,8 ME en 2017-18, soit un recul de 20%. A taux constant le chiffre d'affaires annuel aurait été identique.
Cette évolution s'inscrit dans un environnement très perturbé en particulier en France : fragilisé par les difficultés de deux enseignes et la chute de la consommation avant Noël en raison du mouvement des "gilets jaunes", le marché du jouet en France a reculé de 5% en 2018, à 3,4 milliards d'euros en 2018, selon le bilan de référence du cabinet NPD. Le dernier trimestre calendaire, qui représente traditionnellement plus de la moitié des ventes annuelles du secteur, s'est ainsi soldé par un recul de 7%.

Avec Toys'R'Us et La Grande Récré placés en redressement judiciaire respectivement en mars et en juillet, le secteur avait mal démarré l'année. Fin octobre, le secteur s'était pourtant dit confiant et tablait encore sur un chiffre d'affaires stable en 2018, sachant que 56% des ventes annuelles de jouets sont réalisées au quatrième trimestre.
C'était sans compter le mouvement des "gilets jaunes", qui a débuté le 17 novembre, au moment où la saison de Noël démarre. "Le recul des magasins physiques en 2018, qu'il s'agisse d'hypermarchés (-6%) ou de spécialistes du jouet (-8%), s'explique par le report d'une partie des acheteurs de jouets sur Internet", souligne NPD, aussi bien chez les "pure players" (type Amazon ou Discount) que sur les sites des enseignes possédant des magasins physiques.
Et ce phénomène s'est accéléré pendant les dernières semaines de l'année, en raison des actions des "gilets jaunes". Ainsi, "30% des acheteurs de jouets ont déclaré avoir fait leurs achats de Noël sur Internet pour éviter les perturbations", qui s'ajoutent aux 22% d'acheteurs déclarant acheter habituellement sur Internet. "

Les gilets jaunes responsables "d'environ 2 % du recul". Malgré une croissance de 4% des ventes sur l'ensemble de l'année, ces circuits alternatifs n'auront cependant pas réussi à compenser le manque à gagner des hypermarchés et des spécialistes", estime NPD. Selon un communiqué de la Fédération française des industries jouet/puériculture (FJP), "les blocages des 'gilets jaunes', intervenus sur les week-ends de novembre et décembre et qui ont fortement ralenti la consommation et perturbé la logistique toujours très tendue de la saison, ont pesé pour environ 2% sur le recul du marché".

De plus, le marché du jouet a pâti d'une absence de blockbuster permettant de tirer vers le haut les ventes de jouets sous licence. La sortie de la suite de la Reine des Neiges en fin d'année 2019 pourrait remédier à ce problème. En 2018, seuls Avengers, PJ Masks, Miraculous et The Voice ont performé du fait de leur actualité. Toutes les autres licences connaissent une baisse sensible de leurs revenus en l'absence d'élément moteur.

Dans ce contexte, la baisse d'activité s'explique par les facteurs suivants :

l'impact du mouvement des Gilets Jaunes sur la saison de Noël, poussant les clients historiques à opter pour une politique défensive (priorité donnée à un niveau de stocks zéro après Noël). La performance de Lexibook est directement corrélée à ces évolutions de marchés. 3 ME de commandes, représentant 1 ME de marge, ont directement été annulées notamment du fait du mouvement des gilets jaunes.
le manque d'actualité sur les licences, 2018 n'ayant pas vu de sortie majeure de films au cinéma. La baisse des licences concerne principalement les clients ayant misé sur ces produits en 2016 et 2017 et qui ont profité de 2018 pour déstocker. Ces clients sont aujourd'hui en position d'achats, ayant assaini leurs positions en 2018. La baisse est logiquement localisée sur les produits les plus exposés aux licences : les produits audio, les talkies-walkies, les réveils.
la chute de l'activité avec plusieurs clients en difficulté dont Toys R Us, La Grande Récré en France, Maxitoys, Kmart US, Top-Toy, Bart Smit, Mondadori, Maplin, Intertoys.
la priorité à l'optimisation du BFR et au plan d'économies.
la non-reconduction d'opérations non rentables, notamment au Mexique. En effet, la baisse de CA résulte également de la stratégie, déjà exposée, de Lexibook de se focaliser très prioritairement sur les produits à haute marge.
A l'inverse, Lexibook bénéficie du succès des ventes auprès du réseau du hard discount (Lidl, Aldi...) et des sites de ventes privées (Veepee, Showroomprivé), ainsi que du succès des produits sous marque propres et principalement :
Les gammes Licorne,
Les consoles de jeux (+10%)
Les jouets électroniques et en particulier le robot éducatif Powerman (73.000 pces vendues)
La marge brute retraitée des effets de change progresse à 48,7% au 31 mars 2019 contre 43,9% au 31 mars 2018.

La marge 4 nets retraitée passe de 31,9% au 31 mars 2018 à 38% au 31 mars 2019, notamment du fait de l'évolution favorable du mix produits et de la plus faible proportion des produits sous licence sur le total des ventes.
Le résultat de ces efforts se matérialise par une masse de marge nette retraitée en recul de 381 KE en valeur absolue malgré les 5,35 ME de baisse d'activité.

Le Groupe s'est concentré sur l'optimisation de ses mix produits et clients pour faire progresser la marge nette consolidée. Ceci se traduit par une masse de marge nette retraitée en recul de 381 KE en valeur absolue malgré les 5,35 ME de baisse d'activité.

Parallèlement, le Groupe a continué ses efforts de réduction des coûts en rationalisant ses process, en déployant l'EDI (Echange de Données Informatisées) avec ses clients, et en gagnant en efficacité opérationnelle dans chaque département. Les dépenses de personnel ont à nouveau baissé, contribuant à une économie de 254 KE sur l'exercice après 2 ME d'économies réalisées sur les 3 dernières années.

Le poste services extérieurs reste maîtrisé à 5.351 KE vs 5.435 KE un an plus tôt, malgré le coût de la campagne de publicité télévisée sur les robots Powerman en France.

Le résultat d'exploitation prend en compte 222 KE de pertes exceptionnelles non récurrentes sur le poste clients ainsi qu'une perte sur le poste fournisseurs localisé sur une usine.
Le niveau de résultat d'exploitation, en retrait de 1,38 ME trouve essentiellement sa source dans la baisse d'activité, avec un impact défavorable sur la marge nette consolidée avant effet de change de -1,61 ME.
Il s'établit ainsi à -839 KE au 31 Mars 2019 vs +536 KE au 31 Mars 2018.

Le résultat financier, en progression de 1,19 ME est principalement marqué par la variation du résultat net de change sur l'évolution favorable des parités USD/EUR, à hauteur de +1,23 ME.
Les impôts de la période représentent une charge de 70 KE liée à des variations de valeur des actifs d'impôt différés.
Dans ce contexte, le résultat net consolidé au 31 mars 2019 se porte à - 1,1 ME contre -0,69 ME au 31 mars 2018.

L'endettement net est de 9,15 ME au 31 mars 2019 contre 6,88 ME au 31 Mars 2018. Cette variation résulte principalement du remboursement des dettes court termes (-440 KE), de la variation de l'affacturage (+1,64 ME), de la variation de la dette IAS 17 liée aux locaux de la Société LEXIBOOK (-81 KE) et de la variation de la trésorerie nette (-1,15 ME), principalement liée au remboursement du solde des concours BRED pour 962,5 KE.

Perspectives 2019-2020

Le Groupe a présenté ses nouveautés 2019 sur les principaux salons professionnels. L'accueil de la distribution a été favorable, en particulier sur les segments audio, l'horlogerie, les consoles de jeux et les jouets électroniques. Le marché des tablettes pour enfants continue sa chute : ce segment ne devrait représenter qu'une part marginale des ventes de Lexibook dans les prochaines années. Après une année 2018 décevante sur la performance des licences, l'année 2019 s'annonce riche en termes de sorties de films : Toy Story 4, Spiderman : far from home, La Reine des Neiges 2, Avengers Endgame et Star Wars Episode 9.

Le Groupe mise aussi sur le succès de ses nouveaux produits sous marques propres. Après le succès de son robot Powerman en 2018, il présentera ses nouveaux modèles ainsi que de belles nouveautés sur ses segments d'ici au mois de Septembre 2019. Le Groupe mise aussi sur de nouvelles licences ajoutées récemment au portefeuille du Groupe, dont notamment The Voice, la plus belle voix, Pat' Patrouille et Scrabble. Le transfert des ventes des enseignes de distribution physiques vers les "e-tailers" s'accélère en 2018 avec les difficultés rencontrées par ses clients traditionnels tels que La Grande Récré, Toys R Us, K-Mart notamment.

Le Groupe anticipe ainsi un retour à la croissance de ses marchés pour 2019, tant sur les ventes FOB que sur les ventes domestiques. Le niveau de commandes sur le premier trimestre fiscal, attendu en forte croissance, confirme la tendance de rebond des ventes sur l'exercice.

Calendrier financier 2019/2020

Chiffre d'affaires du 1er trimestre 2019-2020 : le 9 Août 2019
Chiffre d'affaires du 2ème trimestre 2019-2020 : le 15 Novembre 2019
Résultats semestriels au 30 Septembre 2019 : le 29 Novembre 2019
Chiffre d'affaires du 3ème trimestre 2019-2020 : le 14 Février 2020
Chiffre d'affaires du 4ème trimestre 2019-2020 : le 15 Mai 2020
Résultats annuels au 31 Mars 2020 : le 30 Juin 2020.

Vos réactions doivent respecter nos CGU.