Luxe : solide fin d'année pour Richemont, plus compliquée pour Burberry

Luxe : solide fin d'année pour Richemont, plus compliquée pour Burberry
Piaget montre Richemont

Boursier.com, publié le mercredi 20 janvier 2021 à 08h57

La saison des trimestriels a débuté ce mercredi dans l'industrie du luxe avec les publications de Richemont et de Burberry. Des résultats assez contrastés puisque le groupe britannique a vu ses ventes au détail (en données comparables) reculer de 9% sur les trois mois clos fin décembre à 688 millions de livres, la forte croissance des ventes en ligne ayant été compensée par les réductions prévues du nombre de démarques et la diminution du trafic touristique en magasins. Les analystes tablaient sur un repli légèrement moins important de 8%.

Si l'Asie-Pacifique a enregistré une hausse des revenus de 11% avec une forte croissance en Chine continentale et en Corée, la région Europe/Moyen-Orient a souffert (-37%) en raison de la baisse du nombre de touristes et des fermetures de magasins liées à la Covid-19 alors que les Amériques (-8%) ont été pénalisées par les réductions prévues des activités de démarque.

La société précise que 15% de ses magasins sont actuellement fermés tandis que plus d'un tiers fonctionnent avec des horaires réduits. Malgré de nouvelles perturbations liées au coronavirus, le management mise sur des progrès continus dans la réalisation de ses objectifs stratégiques au cours du quatrième trimestre de l'exercice 2021. Les marges brutes bénéficieront des changements de prix et de canaux de distribution ainsi que de la réduction des stocks.

Richemont assure grâce à la Chine

La fin d'année a été meilleure du côté du groupe suisse qui a fait état d'un chiffre d'affaires en hausse de 1% à 4,19 milliards d'euros (+5% à taux de change constant) au cours des trois mois clos fin décembre, tiré par la forte croissance de ses marques de bijoux en Asie-Pacifique et au Moyen-Orient. Le consensus tablait sur des revenus de 3,96 MdsE.

L'Asie-Pacifique, le Moyen-Orient et l'Afrique ont vu leurs ventes augmenter, tandis que l'Europe a baissé de 20% et que les Amériques ont stagné. L'activité en Chine s'est notamment envolée de 80% alors que les ventes en ligne ont progressé de 17% (à change constant). Les ventes des marques horlogères du groupe ont chuté de 4%, tandis que les ventes de ses marques de bijoux (Cartier et Van Cleef & Arpels...) ont augmenté de 14%.

Richemont, qui disposait d'une trésorerie de près de 3 MdsE à la fin 2020, n'a pas livré de prévisions. La publication devrait être "bien accueillie" par les investisseurs, compte tenu du nombre de vents contraires qui ont soufflé pendant la période considérée, notamment les fermetures de magasins en Europe et le recul post-électoral aux États-Unis, estime Citi.

Vos réactions doivent respecter nos CGU.