LVMH : le rachat de Tiffany est compromis

LVMH : le rachat de Tiffany est compromis
Bernard Arnault PDG LVMH

Boursier.com, publié le mercredi 09 septembre 2020 à 12h16

Le rachat de Tiffany par LVMH pour 16,2 milliards de dollars devrait tomber à l'eau. Après une succession d'événements de nature à fragiliser l'acquisition du joaillier, le Conseil d'administration du numéro un mondial du luxe a acté qu'en l'état, le groupe ne serait pas en mesure de réaliser la transaction. Le Conseil explique avoir pris connaissance d'une lettre du ministre de l'Europe et des affaires étrangères qui, en réaction a la menace de taxes sur les produits français formulée par les États-Unis, a demandé au groupe de différer l'acquisition au-delà du 6 janvier 2021. Le Conseil a également pris note de la demande de Tiffany de repousser le délai limite de réalisation de l'accord du 24 novembre au 31 décembre.

"Compte tenu de ces éléments, et connaissance prise des premières analyses juridiques menées par les conseils et les équipes de LVMH, le Conseil d'administration a décidé de s'en tenir aux termes du Agreement and Plan of Merger conclu en novembre 2019 qui prévoit une date limite pour le closing de l'opération au plus tard le 24 novembre 2020 et acté, qu'en l'état, le Groupe LVMH ne serait donc pas en mesure de réaliser l'opération d'acquisition de la société Tiffany & Co".

La réaction ne s'est pas faite attendre du côté de chez Tiffany. Selon les informations du 'Financial Times', le groupe américain va intenter une action en justice contre LVMH, affirmant que le groupe français a délibérément bloqué l'obtention des autorisations antitrust pour son rachat et a utilisé d'autres tactiques dilatoires pour le forcer à renégocier l'accord.

Vos réactions doivent respecter nos CGU.