Lyft grille la politesse à Uber à Wall Street

Lyft grille la politesse à Uber à Wall Street
véhicules avec chauffeur, manif le 3 février 2016 à Paris

Boursier.com, publié le lundi 18 mars 2019 à 11h55

La course entre Uber et Lyft ne se joue pas que sur les routes. Le numéro deux américain des VTC a pris les devants à Wall Street. Le groupe basé à San Francisco vient de dévoiler les détails de son introduction en bourse qui doit avoir lieu dans les prochains jours. Lyft offre 30,8 millions d'actions à un prix unitaire compris entre 62 et 68$. La société, qui espère ainsi lever jusqu'à 2,1 milliards de dollars, pourrait être valorisée 18,5 Mds$. De quoi en faire la plus importante IPO de l'année et la plus grosse dans le secteur technologique depuis Snap il y a deux ans.

Forte croissance mais lourdes pertes

Dans son document remis à la SEC, la société californienne avertit sur le fait que ses dépenses sont susceptibles d'augmenter et qu'elles pourraient continuer à nuire à sa rentabilité. Lyft enregistre depuis quelques années une croissance exponentielle. Ses revenus ont atteint 2,16 milliards de dollars en 2018 contre 343 M$ deux ans plus tôt. Cette croissance ne s'accompagne toutefois pas de résultats positifs puisque la société a essuyé une perte de 911 M$ l'an passé après un déficit de 688 M$ en 2017.

Sur le Nasdaq

Une fois public, Lyft restera contrôlée par les cofondateurs Logan Green et John Zimmer qui disposeront d'actions à droits de vote multiples. Le titre sera coté sur le Nasdaq sous le symbole 'LYFT'.

Uber se diversifie davantage

Les débuts d'Uber à Wall Street sont eux attendus le mois prochain. Une opération d'une toute autre envergure puisque le numéro un mondial des VTC pourrait lever jusqu'à 120 milliards de dollars. Un montant qui ferait de cette IPO l'une des plus importantes de l'histoire. Contrairement à Lyft, qui reste concentré sur le transport et le partage de vélos, Uber s'est développé dans la logistique, la location de scooters ou encore la livraison de nourriture. Mais comme Lyft, son développement à marche forcée s'accompagne de lourdes pertes. Pour des revenus de 11,3 Mds$, Uber a essuyé un déficit de 3,3 Mds$ en 2018.

Vos réactions doivent respecter nos CGU.