M6 : retrouve les 10 euros

M6 : retrouve les 10 euros
Logo chaîne de télévision M6

Boursier.com, publié le jeudi 30 avril 2020 à 14h40

M6 grimpe de 1,5% ce jeudi, de retour sur les 10 euros, alors qu'au 1er trimestre de l'exercice, le groupe a affiché un chiffre d'affaires consolidé de 321,3 ME en baisse de -7,1%. Les recettes publicitaires plurimedia, qui incluent les revenus du pôle Jeunesse, intégré depuis septembre 2019, sont ressorties en repli de 9,2%, conséquence de l'arrêt brutal de la consommation des ménages depuis le début du confinement. Malgré l'effet de base négatif (-4,7 ME) lié à l'arrêt du contrat M6 mobile by Orange à la fin du mois de juin 2019, les revenus non-publicitaires sont stables grâce notamment à l'intégration du pôle Jeunesse et à la résistance des autres activités.

Le résultat opérationnel courant (EBITA) consolidé a atteint 45,6 ME, contre 64,2 ME au 1er trimestre 2019. Cette diminution s'explique par le recul de l'activité publicitaire et l'absence de contribution du contrat M6 mobile by Orange (4,7 ME au T1 2019), partiellement compensés par la mise en oeuvre d'un plan d'économies à effet immédiat. "L'agilité dont fait preuve le Groupe dans cet environnement économique dégradé lui permet de maintenir un solide niveau de marge opérationnelle (14,2%)", se félicite M6.

Au 31 mars 2020, les capitaux propres du groupe s'élevaient à 901,3 ME, contre 772,9 ME au 31 décembre 2019, en hausse significative en raison notamment du résultat dégagé en mars à l'occasion de l'opération de rapprochement entre iGraal et Global Savings Group. Ainsi, le groupe affiche une situation de trésorerie nette de -5,1 ME, qui l'a conduit à mobiliser ses lignes de financement autorisées dès le début du confinement afin de s'assurer une liquidité suffisante.
Pour conforter cette liquidité, le Directoire a par ailleurs choisi de suspendre le versement du dividende au titre de l'exercice 2019, se réservant la faculté d'une distribution ultérieure si la reprise économique offre une meilleure visibilité sur les perspectives du marché publicitaire.

La publicité en question

Dans la continuité de la deuxième quinzaine de mars, l'activité sur le marché publicitaire français est restée à l'arrêt au mois d'avril en raison des mesures de confinement et leur impact majeur sur la consommation. Avec leur prolongement jusqu'au 11 mai, la tendance publicitaire devrait être à nouveau très perturbée en mai... Même si la visibilité est très faible au-delà de cet horizon, le groupe s'attend à une baisse significative de ses recettes publicitaires au 2ème trimestre 2020, dont l'ampleur dépendra de la reprise économique après la fin du confinement.
Afin de faire face à cette situation exceptionnelle, et s'assurer des meilleures conditions de reprise de l'activité, le groupe a pris les mesures nécessaires pour alléger ses coûts, auxquelles s'est ajouté le report de l'Euro 2020 décidé par l'UEFA.

Au 2ème trimestre, le groupe se fixe comme objectif l'absorption de l'ordre de 50% de la baisse de ses revenus grâce à ce plan de réductions de ses coûts opérationnels, qui concerne l'ensemble de ses activités et de ses métiers... Parmi les derniers avis de brokers, Kepler Cheuvreux a ramené son objectif de cours de 12,9 à 11,7 euros tout en restant à 'acheter'.

Vos réactions doivent respecter nos CGU.