Madvertise : comptes publiés

Madvertise : comptes publiés©Boursier.com

Boursier.com, publié le vendredi 01 mai 2020 à 11h02

A l'issue de l'exercice 2019, le chiffre d'affaires consolidé de Madvertise s'est établi à 15,2 ME, contre 17 ME un an plus tôt, en recul de 10,5%, notamment en raison d'une réorganisation de l'activité d'agence de conseil. Par zones géographiques, l'activité a reculé en France (-17,5%) en raison d'une sous performance passagère au 4ème trimestre sur l'activité de régie. En Italie, l'activité est restée stable malgré une réorganisation de la filiale. Enfin, en Allemagne, qui représente 45% du chiffre d'affaires sur l'exercice, la performance commerciale ressort en recul de 4,2% sur l'exercice, malgré un doublement de l'activité au 2nd semestre en séquentiel comparé au 1er semestre.

Performances financières de l'exercice 2019

Dans un contexte d'activité en repli, la marge brute affiche un léger recul pour s'établir à 5 472 KE, soit un taux de 35,8%. Les efforts engagés sur la "premiumisation" des offres ainsi que les investissements technologiques réalisés ces dernières années, notamment le SSP développé en interne qui permet désormais aux acheteurs de passer en direct par Madvertise, ont permis de limiter l'impact de la baisse d'activité sur la marge brute.
Après un 1er semestre difficile, le groupe a bénéficié au 2nd semestre des premiers effets du plan d'optimisation de la structure de coûts. Alors que le chiffre d'affaires a bondi de +24,5% d'un semestre à l'autre, les achats et charges externe ont ainsi diminué de -9,5% et les frais de personnel de -3,7% entre les deux semestres. Au final, l'EBITDA ressort positif à 19 KE au 2nd semestre 2019, et la perte d'EBITDA se limite à -48 KE sur l'ensemble de l'exercice,

Sur l'exercice 2019, les achats et charges externes ont été contenus et les frais de personnel sont restés stables. L'EBITDA ressort ainsi à -507 KE, contre -48 KE en 2018, en raison du repli du chiffre d'affaires. On constate cependant une nette amélioration de l'Ebitda au 2nd semestre.
Après comptabilisation des dotations aux provisions et amortissements (-652 KE), en repli sur un an, le résultat d'exploitation s'établit à -1.159 KE (contre -944 KE un an plus tôt).

Après prise en compte des charges financières (-286 KE), des charges exceptionnelles (-318 KE lié au règlement de minimums garantis en Allemagne en particulier et de charges diverses non liées à l'activité) et d'un produit d'impôt de 219 KE, la perte nette 2019 ressort à 1.554 KE, en amélioration de 276 KE.

Situation bilancielle au 31 décembre 2019

La trésorerie brute s'établit à 210 KE au 31 décembre 2019, contre 204 KE à fin 2018.
L'endettement financier net ressort à 1 619 KE au 31 décembre 2019 (contre 1.956 KE au 31 décembre 2018), pour des capitaux propres consolidés de -2.885 KE. L'endettement est composé pour moitié d'une obligation convertible dont la maturité, initialement fixée à novembre 2019, a été allongée.

Au cours de l'exercice 2019, Madvertise a reçu le soutien de ses actionnaires de référence, via un apport en compte courant de 900 KE, afin de financer sa croissance et son besoin en fonds de roulement, remboursable en numéraire ou convertible en actions le cas échéant. Cette créance a été convertie en totalité en actions en décembre dernier.

La trésorerie de Madvertise devrait être renforcée dans les prochains mois. La société devrait notamment percevoir le versement du CIR au titre des exercices 2017, 2018 et 2019 pour un montant total de plus de 280 KE. Madvertise est par ailleurs en discussion avancée pour bénéficier des différentes mesures gouvernementales déployées en Allemagne, en Italie et en France dans le cadre de la crise sanitaire actuelle, notamment les PGE (Prêts Garantis par l'Etat français), qui lui permettraient d'accroître sa visibilité financière.

Impact de la crise sanitaire

Dans le contexte d'épidémie de Covid-19 et des mesures de confinement prises par les gouvernements européens pour freiner la propagation du virus, Madvertise a très rapidement adapté son organisation afin d'assurer la continuité opérationnelle de ses activités. La société a ainsi généralisé le télétravail a l'ensemble de ses salariés au sein de ses filiales françaises et européennes. Le chômage partiel a également été mis en place pour certains salariés pour une durée de 2 à 6 mois en fonction des géographies et des activités. De manière générale, Madvertise a pris toutes les mesures possibles pour préserver sa trésorerie.

Perspectives

Le début de l'exercice 2020 a été positif, avec une croissance encourageante au 1er trimestre du chiffres d'affaires, et de la rentabilité. Cependant, cette tendance devrait inévitablement être impactée à mesure que les effets de la crise liée au Covid-19 s'étendra. Compte tenu du degré d'incertitudes liées à la pandémie et ses répercussions sur les marchés adressés par Madvertise, la société ne formule pas de guidances sur son activité en 2020 à ce stade, et demeure extrêmement prudente

Sur le plan commercial, la société s'appuiera sur l'accélération des nouvelles offres lancées, en particulier DOOMH en Allemagne, ainsi que sur deux partenariats commerciaux signés fin 2019 avec :
-Iron.io, spécialiste allemand de la publicité sur réseaux sociaux, dont Madvertise distribue les solutions en Allemagne à travers une offre mixant display mobile et réseaux sociaux, qui a vocation à être étendu en France et en Italie ;
-AdColony en Allemagne pour commercialiser des inventaires vidéo en Allemagne mais aussi en France et en Italie à partir du 2nd trimestre 2020.

En parallèle, la société annonce un plan d'économie sur 2020, incluant un changement de locaux en Allemagne et en France, la fin du recours à certains prestataires avec le recours accru au savoir-faire de son agence mobile désormais réorganisée, et l'optimisation globale des dépenses.
Ces décisions doivent servir l'ambition de Madvertise visant le retour à la rentabilité du Groupe, à moyen termes, à travers le déploiement de synergies et l'optimisation de la structure de coûts.

François Roloff, Directeur général délégué de Madvertise, commente : "En 2019, notre capacité d'innovation nous a permis de proposer au marché de nouvelles solutions à forte valeur ajoutée, dont l'impact n'est pas encore visible dans nos performances commerciales, et d'enregistrer une réduction de la perte nette. Malgré le contexte sanitaire mondial, nous sommes confiants dans notre capacité à passer cette phase difficile, notamment à travers l'accélération commerciale des offres récemment lancées et aux différents partenariats mis en place. Nous restons en parallèle pleinement tournés vers notre plan stratégique 2020, qui comprend notamment un plan d'optimisation des coûts.
Afin de poursuivre le développement de la société en France et à l'international, nous pouvons compter, à la fois, sur l'implication de l'ensemble de nos équipes, la nouvelle gouvernance mise en place et sur le soutien financier de notre actionnaire de référence et de long terme."

Vos réactions doivent respecter nos CGU.