Maisons France Confort : le marché redevient optimiste

Maisons France Confort : le marché redevient optimiste©Boursier.com

Boursier.com, publié le jeudi 22 mars 2018 à 10h11

Quatrième séance consécutive dans le vert pour Maisons France Confort, qui remonte à 55,20 euros (+2,2%) ce jeudi en matinée. Les investisseurs saluent les résultats 2017 de bonne facture du constructeur. Comme prévu, le levier opérationnel a agi positivement avec une MOC qui s'est hissée à 5,6%, en progression de +170 points de base, légèrement au-dessus des attentes. La bonne absorption des frais fixes, le pricing power et la consolidation relutive d'ADC explique cette bonne performance. La génération de cash est également au rendez-vous. En dépit du financement de la croissance externe, la trésorerie nette est ressortie à 39,5 ME à fin décembre. Ce faisant, Maisons France Confort augmente significativement le dividende, à 1,7 euro contre 1 euro précédemment.

Gilbert Dupont confiant

Les réactions à cette publication sont plutôt positives. Gilbert Dupont maintient en l'état son scénario 2018, basé sur une hausse du chiffre d'affaires de 7% et une poursuite de l'amélioration de la MOC, grâce à la contribution d'ADC et plus globalement à la dynamique commerciale dans la rénovation, métier qui s'érige en relai de croissance au moment où le marché de la construction de maisons individuelles pâtit d'un effet de base exigeant et d'un PTZ moins attractif (réduction de la quotité). En conclusion, Gilbert Dupont reste à "accumuler" sur le dossier en reconduisant son objectif, à 63,60 euros.

Timing moins favorable ?

Statu quo également pour Portzamparc, toujours acheteur du titre avec 74 euros dans le viseur, alors que les chiffres 2017 mettent en avant "une très bonne exécution opérationnelle". Midcap Partners Louis Capital Markets reste pour sa part à "neutre" (cours cible de 59 euros). "Si nous continuons d'apprécier la solidité du groupe et la pertinence de son modèle de développement, nous estimons qu'à court terme le momentum est moins favorable", argumente ce intermédiaire financier.

Vos réactions doivent respecter nos CGU.