Marchés / bilan hebdo : le CAC40 refuse les 5.600 pts au terme d'une semaine hésitante

Marchés / bilan hebdo : le CAC40 refuse les 5.600 pts au terme d'une semaine hésitante©Boursier.com

Boursier.com, publié le vendredi 26 avril 2019 à 17h45

Le CAC40 n'est finalement pas parvenu cette semaine à franchir l'obstacle des 5.600 pts. Sur l'ensemble de cette semaine écourtée de quatre jours de bourse, cédant aux prises de bénéfices en pleine période de publication des résultats du premier trimestre, le CAC rend environ 0,2%. Il clôture à 5.569 pts ce soir (+0,2%).

La place parisienne hésitait ce vendredi pour la troisième séance consécutive, après avoir aligné huit jours de bourse dans le vert et atteint des sommets de 11 mois. Depuis le début de l'année, l'indice phare parisien, stimulé par la souplesse des banques centrales et les espoirs commerciaux, gagne encore près de 18% - ce qui n'a évidemment rien de honteux.

Des prises de profits sélectives se sont confirmées ce jour au milieu d'un déluge de publications financières.

Sur le marché des changes, l'euro se traite à 1,1156$ (+0,2%). Les prix du pétrole retombent quant à eux, avec des déclins de 3,6% environ sur le WTI et le Brent.

Sur le front économique, les opérateurs avaient sanctionné plus tôt cette semaine l'annonce d'un indice Ifo (du moral des entreprises allemandes) décevant. L'indice de confiance des milieux d'affaires allemands compilé par l'Institut Ifo était ressorti à 99,2 points en avril, contre 99,9 attendus par le consensus. En mars, l'indicateur était logé à 99,6 points.

Les chiffres du chômage espagnol publiés également cette semaine (14,7% contre 14,5% de consensus) n'ont pas rassuré. Ailleurs dans le monde, l'annonce d'une contraction de l'économie sud-coréenne pesait également sur le moral des investisseurs... La Banque du Japon a indiqué son intention de maintenir des taux d'intérêts très bas au moins jusqu'au printemps 2020. La banque centrale chinoise a précisé pour sa part qu'elle n'entendait... ni durcir ni assouplir sa politique.

Les bons chiffres économiques de la semaine sont venus - comme bien souvent - des Etats-Unis. La croissance du PIB américain en rythme annualisé pour le premier trimestre 2019 (lecture avancée - première estimation sur trois) est ressortie à +3,2%, très largement supérieure au consensus de place qui ne dépassait pas 2,3%. L'indice des prix rattaché au PIB a augmenté quant à lui sur un rythme de +0,9%, contre un consensus de place de +1,7%. Les dépenses réelles de consommation pour le premier trimestre se sont améliorées de 1,2%, contre +1,1% de consensus.

La performance de l'économie américaine au premier trimestre surprend donc pas sa vigueur, d'autant que les marchés jouaient depuis plusieurs mois déjà le scénario d'un ralentissement. Il ne s'agit cependant pas forcément d'une bonne nouvelle pour la bourse, car les anticipations relatives à la politique monétaire de la Fed devraient quant à elles se durcir quelque peu.

Le président américain Donald Trump a assuré hier qu'il allait recevoir dans un avenir proche son homologue chinois, Xi Jinping, à la Maison Blanche, ce qui signale un proche accord commercial entre les deux superpuissances, après des mois d'affrontement puis de négociations. En attendant, le représentant américain au commerce Robert Lighthizer, ainsi que le secrétaire au Trésor Steven Mnuchin, doivent se rendre à Pékin pour un nouveau cycle de discussions dès la semaine prochaine. Il s'agit des premières négociations de haut niveau depuis celles du début du mois à Washington. Le vice-Premier ministre chinois Liu He, négociateur en chef pour la Chine, doit se rendre pour sa part le 8 mai à Washington pour de nouveaux pourparlers.

Selon le 'South China Morning Post', Xi pourrait rencontrer Trump à Washington en juin. Le président américain a déjà indiqué qu'il entendait sceller un accord commercial majeur lors d'une rencontre avec Xi Jinping, sans en préciser le timing. D'après la source du South China Morning Post, le leader chinois serait prêt à se rendre aux USA dès la finalisation d'un accord, afin de signer alors avec le président américain. La source du journal chinois n'exclut toutefois pas que la rencontre au sommet puisse avoir lieu un peu plus tard... La conclusion d'un accord mettrait un terme à un conflit commercial pesant depuis près d'un an sur l'économie mondiale, à coups de sanctions douanières réciproques entre Washington et Pékin. "Le mois de juin est une option mais cela pourrait être plus tard", a nuancé la source anonyme du quotidien. "Nous allons bientôt avoir la visite du Président Xi de Chine", avait auparavant lancé Trump, sans se montrer plus explicite.

Donald Trump n'entend par ailleurs pas renouveler les exemptions qui ont permis à huit pays de continuer à importer du brut iranien lorsque celles-ci expireront dans quelques jours. Téhéran a estimé que Washington ne parviendrait pas à ses fins et menacé de bloquer le détroit d'Ormuz... Washington avait accordé des exemptions à la Chine, à l'Inde, à la Corée du Sud, à la Turquie, à la Grèce, à l'Italie, au Japon et à Taïwan. Elles ne seraient donc pas renouvelées le 1er mai.

Selon la Maison Blanche, l'Arabie saoudite et les Emirats arabes unis se seraient engagés à compenser la diminution des exportations iraniennes pour faire en sorte que la demande mondiale soit satisfaite.

Les réserves américaines de pétrole sont reparties à la hausse la semaine passée. D'après le Département à l'énergie, les stocks pétroliers de brut, hors réserve stratégique, ont bondi de 5,5 millions de barils sur la semaine close au 19 avril, à 460,6 millions de barils, contre un consensus Bloomberg de +1 million de barils...

Wall Street a hésité cette semaine sur ses sommets historiques, réagissant selon les publications trimestrielles. Coca-Cola, Twitter, Facebook, Microsoft, Ford ou Amazon ont plutôt rassuré les marchés. En revanche, UPS, 3M ou Intel ont déçu les opérateurs...

Valeurs en hausse

Ipsos (+14% sur la semaine). Le marché salue le bon début d'année du spécialiste des enquêtes par sondage, dont le chiffre d'affaires trimestriel s'élève à 422,1 ME, un niveau record. La progression des ventes atteint +15% en données publiées, profitant de l'intégration de l'activité de Synthesio et de quatre divisions de Gfk Research.

Ingenico (+10% sur quatre jours). Les opérateurs saluent le relèvement de la guidance annuelle après un bon début d'exercice ainsi que la présentation des objectifs 2021. Le spécialiste des solutions de paiements table désormais sur une croissance organique 2019 dans le haut de fourchette de la guidance initiale, soit +6%, contre +4%/6% prévu dans un premier temps.

Sopra Steria (+8% sur quatre jours). La croissance du 1er trimestre 2019 a été forte. Sur la période, le chiffre d'affaires a ainsi augmenté de 10%. L'effet périmètre a été positif de 23,2 ME et l'effet lié aux variations de devises a été quasiment neutre. A périmètre et taux de change constants, le chiffre d'affaires a progressé de 7,3%.

Altran (+5% sur la semaine). Altran a réalisé un chiffre d'affaires consolidé de 790,7 ME au premier trimestre 2019, en hausse de +26,3% sur un an, avec une croissance organique de +8,1% et une croissance économique de +9,2%.

Safran (+4% sur quatre séances) a dévoilé un chiffre d'affaires ajusté du 1er trimestre 2019 qui s'établit à 5,78 MdsE, contre 4,22 MdsE au 1er trimestre 2018, représentant une hausse de 36,9 % sur une base publiée qui comprend un effet périmètre positif de 802 ME et un effet de change positif de 223 ME. Le chiffre d'affaires ajusté progresse de 12,6 % sur une base organique, grâce à une dynamique soutenue dans les activités de Propulsion, Equipements aéronautiques et Défense.

Sanofi (+4% sur la semaine). Le début d'année s'est caractérisé pour le laboratoire pharma par des ventes en croissance et un BNPA des activités en progression de 9,4% au premier trimestre. Sur la période, le chiffre d'affaires de Sanofi a atteint 8.391 millions d'euros, soit une hausse de 6,2% à données publiées.

Dassault Systèmes (+4% sur la semaine). Le groupe a dévoilé des résultats trimestriels en nette progression et a ajusté ses objectifs annuels afin de tenir compte d'effets de change plus favorables.

Valeo (+2% sur la semaine). L'équipementier auto a fait état d'un recul de 0,8% de son chiffre d'affaires du premier trimestre de l'année, sous le coup d'une baisse de 7% la production automobile mondiale. Valeo a profité de cette publication pour confirmer ses principaux objectifs pour 2019.

Carrefour (+3% sur quatre séances). Le point trimestriel du distributeur est globalement vu comme encourageant par le marché. Carrefour a également confirmé tous ses objectifs d'économies, de e-commerce, de bio et de cessions d'actifs non stratégiques. L'activité est ressortie conforme aux attentes, même si les volumes alimentaires (en données comparables) sur le marché domestique restent "moroses", selon Citi.

Valeurs en baisse

Ipsen (-11% sur la semaine). Les ventes trimestrielles d'Ipsen ont atteint 597,2 millions d'euros, en hausse de 15,8% à taux de change et périmètre constants, tirées par la croissance de 17,6% des ventes de Médecine de Spécialité et de 3,3% des ventes en Santé Familiale. Ipsen confirme ses objectifs financiers 2019 après la finalisation de l'acquisition de Clementia Pharmaceuticals.

Eramet (-11% sur quatre séances) fait état d'un chiffre d'affaires trimestriel en légère hausse de 0,3% à 873 millions d'euros, soutenu par de nouveaux records de production en minerais de manganèse et de nickel. Le groupe minier réitère ainsi ses objectifs de production pour 2019. Il table également sur une croissance intrinsèque et des gains de productivité, conduisant à un EBITDA prévisionnel proche de celui de 2018 avec l'hypothèse des conditions de marché de mars 2019.

Technicolor (-10% sur la semaine) a fait part de son activité du premier trimestre 2019. Avec des conditions de marché conformes aux attentes sur la période, les ventes "sont globalement en ligne avec celles de l'année dernière à taux de change courants", indique sobrement le groupe.

Casino (-7% sur la semaine). Le chiffre d'affaires est en croissance de +4,3% en organique et de +3% en comparable sur le T1 2019. En France, les ventes du Groupe sont stables en comparable, ce qui inquiète toujours les marchés. Au vu de l'avancée des plans d'actions, Casino confirme l'ensemble de ses objectifs annuels.

Bic (-6% sur quatre séances). Le fabricant d'articles de papeterie, de briquets et de rasoirs a vu son chiffre d'affaires se contracter de 2% en base comparable au premier trimestre, à 415,4 millions d'euros, et s'est montré prudent pour la suite de l'exercice.

Plastic Omnium (-7% sur la semaine). L'équipementier aéronautique a dévoilé chiffre d'affaires de 2,24 MdsE au 1er trimestre 2019, en progression de +20%. A périmètre et change constants, les revenus sont stables, en comparaison d'une production automobile mondiale en baisse de -6,8%.

PSA (-6% sur la semaine) recule, après une publication trimestrielle marquée par des revenus trimestriels en retrait de 1,1% à 17,796 milliards d'euros. PSA est resté pénalisé en ce début d'année par ses activités hors d'Europe, notamment par l'arrêt de sa production en Iran.

Capgemini (-3% sur la semaine) a réalisé au 1er trimestre 2019 un chiffre d'affaires consolidé de 3.441 millions d'euros, en hausse de 9,2% à taux de change courants par rapport au même trimestre de l'année 2018. La croissance à taux de change constants s'élève à 6,7%.

Renault (-5% sur la semaine) enregistre un chiffre d'affaires de 12,5 milliards d'euros au premier trimestre, soit un repli de 4,8%. A taux de change et périmètre constants, la baisse aurait été de 2,7%. Les ventes du Groupe baissent de 5,6% à 908.348 véhicules sur un marché mondial qui décroît de 7,2%.

Total (-2% sur la semaine). Le groupe pétrolier et gazier a fait état vendredi d'une baisse de son bénéfice net ajusté de 4% à 2,76 milliards de dollars sur le 1er trimestre mais a confirmé ses objectifs annuels, dont celui d'une hausse de sa production pour 2019, sur des niveaux records.

Vos réactions doivent respecter nos CGU.