Marchés / bilan hebdo : semaine très compliquée pour le CAC40

Marchés / bilan hebdo : semaine très compliquée pour le CAC40©Boursier.com

Boursier.com, publié le vendredi 24 mai 2019 à 17h45

Semaine compliquée pour le marché parisien avec un CAC40 qui perd 2,24% sur cinq séances, à 5.317 points ce vendredi soir. L'indice a été pénalisé par la montée des inquiétudes entourant le bras de fer commercial entre les Etats-Unis et la Chine, avec le sentiment de plus en plus répandu chez les investisseurs que cette crise bilatérale est partie pour durer. La Maison Blanche semble en effet décidée à resserrer l'étau sur technologie chinoise, quel qu'en soit le prix à payer et l'impact sur la croissance : après avoir sanctionné Huawei, Donald Trump envisagerait désormais d'inscrire 5 autres entreprises chinoises sur sa fameuse "liste noire". Le président américain a tenté de rassurer jeudi soir en indiquant être convaincu de la conclusion rapide d'un accord commercial avec la Chine, même si aucune rencontre de haut niveau n'est au programme à court terme après l'échec des dernières discussions...

Outre cette 'bataille sino-américaine' et ses potentielles répercussions sur la croissance mondiale, des indicateurs de conjoncture peu reluisants en Europe et la chute des cours du pétrole ont également pesé sur la tendance. Sans oublier le fil rouge Brexit alors que Theresa May a (enfin) annoncé sa prochaine démission de son poste de Premier Ministre.

Sur le front des valeurs, la grosse actualité de la semaine est à chercher du côté de la galaxie Casino avec l'ouverture de procédures de sauvegarde concernant la maison-mère Rallye et ses filiales Cobivia et HMB, ainsi que les sociétés Foncière Euris, Finatis et Euris.

VALEURS EN VUE

* LDC signe l'une des belles performances de la semaine à Paris avec un titre qui progresse d'environ 5,5%. Le volailler a été porté par sa solide publication annuelle, marquée par un chiffre d'affaires en progression de 8% (+3,4% à périmètre et change constants) à 4,12 MdsE, un ROC de 190,1 ME, en hausse de près de 3% et au-dessus des attentes, ainsi qu'un bénéfice net de 148,7 ME, en augmentation sensible de 5,7%. Pour l'exercice 2019-2020 qui commence, la firme vise de nouveau une progression de son ROC de 200 ME soit une hausse attendue de l'ordre de 5%, sous l'effet d'une stabilité sur le pôle Volaille et une augmentation sur l'International et le Traiteur.

* Teleperformance grimpe de 2,2%, soutenu par une note de Morgan Stanley qui a revalorisé le dossier de 185 à 200 euros tout en restant à 'surpondérer'.

* Alstom gagne 1,3%. La firme a bénéficié de la signature d'un très beau contrat. Le groupe ferroviaire a en effet remporté auprès de fahma, la filiale de RMV, un appel d'offres pour 27 trains alimentés par une pile à combustible. Un contrat d'environ 500 millions d'euros au global, dont 360 ME pour Alstom.

A l'inverse, * Rallye s'effondre de 61,5% après que la maison-mère de Casino eut annoncé avoir été placé sous la protection du tribunal de commerce de Paris (procédure de sauvegarde) afin de suspendre le remboursement de sa dette et de la négocier avec ses créanciers.

* Derichebourg plonge de 16,7% alors que les investisseurs ont pris connaissance des comptes du 1er semestre 2018-2019, lesquels mettent en évidence une érosion de la profitabilité, du fait principalement de la baisse des volumes dans le pôle Services à l'Environnement. Le groupe a enregistré au final unrésultat net de 31,6 ME, en retrait de 16,3% par rapport au premier semestre de l'an passé, pour un chiffre d'affaires en baisse de 5,7% à 1,38 milliard d'euros.

* STMicroelectronics chute de 12,4%, signant la plus mauvaise performance de la semaine sur le CAC40. Le titre du fabricant de semi-conducteur n'a pas été épargné par l''affaire Huawei. En pleine guerre commerciale avec la Chine, les Etats-Unis ont décidé de placer Huawei sur une liste noire afin d'interdire aux sociétés américaines de fournir toute technologie locale au géant chinois sans avoir reçu une autorisation préalable de l'administration américaine. Mais les sociétés européennes pourraient également être soumises à ces restrictions pour les produits qui utilisent la propriété intellectuelle d'un groupe américain ou pour les composants fabriqués aux États-Unis. Selon des documents réglementaires, Huawei fait partie des dix plus gros clients du groupe franco-italien.

* Plastivaloire s'effrite logiquement de 12,7% après avoir lancé un avertissement sur ses résultats 2019. Le plasturgiste s'attend désormais à un chiffre d'affaires 2018/2019 de 730 Millions d'euros contre 745 ME visés précédemment. Pour ce qui est de la marge d'Ebitda, elle devrait finalement se situer autour de 10% plutôt qu'à 11% comme escompté auparavant.

* Boiron trébuche de 9,8%, affecté par la crainte d'un déremboursement des médicaments homéopathiques. Le groupe a confirmé avoir reçu un premier avis de la Commission de la transparence de la Haute autorité de santé (HAS) émettant une recommandation défavorable au maintien de la prise en charge par l'assurance maladie des traitement homéopathiques, actuellement fixée à 30%.

* Air France KLM recule de 7%. L'actualité du secteur n'a pas été très favorable cette semaine avec la publication décevante de Ryanair, les craintes sur la croissance, l'incertitude Brexit et une note prudente de HSBC sur les compagnies à bas-coûts.

* Vivendi cède 5,2%. Le groupe a bouclé les formalités en vue de céder une participation dans sa maison de disques Universal Music Group (UMG). Le groupe de médias contrôlé par Vincent Bolloré avait annoncé l'été dernier sa volonté de céder une participation dans le numéro un mondial de la musique enregistrée.

* TechnipFMC perd 4,8%, pénalisé comme l'ensemble du compartiment pétrolier par l'accès de faiblesse du baril de brut. CGG et Vallourec ont respectivement concédé 10,8% et 12,8%. Total a trébuché de 3,3%.

* Airbus Group (-3,7%) va limiter la production de son A321 à deux chaînes de montage afin d'éviter que les retards techniques n'entravent la production des autres modèles. Cette décision fait que certains clients de l'A321 recevront leur avion plus tard que prévu, sous réserve de discussions, a souligné un responsable du groupe. Elle ne remet en revanche pas en cause l'objectif de livraisons de l'avionneur, fixé entre 880 et 890 appareils cette année.

* Renault cède 3,3% et PSA Group se replie de 3,7%. Le compartiment automobile n'a également pas été épargné par les craintes pesant sur la croissance mondiale.

Vos réactions doivent respecter nos CGU.