Marchés / bilan hebdomadaire : le CAC campe au-dessus des 5.500 pts

Marchés / bilan hebdomadaire : le CAC campe au-dessus des 5.500 pts©Boursier.com

Boursier.com, publié le vendredi 19 janvier 2018 à 17h45

Alors que Wall Street aligne les records historiques sans faiblir, l'indice phare parisien, le CAC40, a stagné cette semaine sur les 5.500 pts, à 5.526 pts, toujours proche de ses sommets depuis plus de dix ans. C'est principalement la vigueur de l'euro, au plus haut depuis trois ans face au dollar, à 1,2230, qui a bridé la progression du marché...
Les premières publications de résultats n'ont pas été suffisantes pour aider la cote parisienne...

ECO ET DEVISES

Le taux de chômage a reculé à 8,7% dans la zone euro en novembre 2017, son plus bas niveau depuis janvier 2009, selon les statistiques officielles publiées par Bruxelles cette semaine. Le reste des indicateurs est ressorti globalement en haut de fourchette, confirmant le rebond de l'activité en Europe, de quoi aider l'euro à se tenir au-dessus des 1,22/$.
L'Allemagne par ailleurs a enfin réussi à boucler un accord en vue de former un gouvernement... La CDU et le SPD ont en effet trouvé un terrain d'entente plus de trois mois après les élections législatives à l'issue d'un long bras de fer politique sur fond de tractations délicates et de nombreux rebondissements...
Cet accord n'est malgré tout qu'une étape seulement dans le but de former un gouvernement. Le Parti Social-Démocrate doit en effet annoncer le 21 janvier s'il valide ou non ce deal... S'il n'a pas réussi à imposer une augmentation de la fiscalité sur les plus haut revenus, le parti a tout de même obtenu un maintien des niveaux de retraites et une avancée en matière d'éducation. Plus globalement, c'est le mécanisme européen de stabilité qui sera transformé en un fonds monétaire européen. Ces fonds pourraient constituer la base d'un futur budget d'investissement de la zone euro.

LES VALEURS

Europacorp (+48% sur la semaine). Un nouveau vent de spéculation souffle sur EuropaCorp, la société de production de Luc Besson. Plusieurs investisseurs seraient intéressés par la société, qui peine à s'extirper d'une montagne de dettes, écrit la publication américaine spécialisée dans le cinéma 'Variety', notamment Tarak Ben Ammar, connu notamment pour siéger au conseil de Vivendi et pour détenir des parts dans The Weinstein Co. EuropaCorp a mandaté JP Morgan, qui est aussi son premier créancier, pour trouver la perle rare capable d'injecter des fonds mais aussi de rembourser une partie de sa dette, et de la restructurer. Plusieurs sources bien informées ont indiqué à Variety que la société doit absolument trouver un solide partenaire d'ici le 30 mars, qui marque la fin de son exercice fiscal", indique la publication. A priori, l'entreprise n'aura pas vraiment le choix des armes car JP Morgan dispose de certains actifs sous séquestre, dont le catalogue. Une réunion aurait été programmée la semaine prochaine par le management pour présenter ses perspectives et évoquer l'avenir capitalistique d'EuropaCorp et de ses actifs.
Une source proche de Tarak Ben Ammar a laissé entendre que sa société Eagle Pictures, le plus gros distributeur de films indépendant en Italie, serait intéressé, mais pas forcément par une participation majoritaire. Lionsgate aurait a été cité parmi les prétendants, ajoute Variety, qui indique aussi que deux sources françaises ont laissé entendre que TF1 pourrait s'intéresser au catalogue.

Claranova (+27%). Le marché prend en compte les bonnes nouvelles sur myDevices, qui vient de signer un partenariat avec Sprint pour lancer "Sprint IoT Factory", une marketplace permettant de concevoir facilement des solutions dans le domaine de l'internet des Objets (IoT).

Mediawan : (+18%) Mediawan a annoncé le projet de prise de participation majoritaire dans trois sociétés de production avec Makever, Mon Voisin Productions et Storia Télévision, une société créée pour reprendre l'activité TV d'EuropaCorp, hors séries US.
Ces sociétés permettraient à Mediawan de poursuivre l'enrichissement de son offre de contenu premium et d'étendre ses volumes de production, les activités visées représentant un chiffre d'affaires supérieur à 50 ME sur 2017.
Mediawan devrait ainsi renforcer ainsi son positionnement dans la production indépendante européenne, devenant notamment le 1er producteur français de fictions TV.devrait ainsi renforcer ainsi son positionnement dans la production indépendante européenne, devenant notamment le 1er producteur français de fictions TV. Le nouveau groupe serait le premier producteur de fictions le plus représenté dans les 100 meilleures audiences françaises de 2017.

BigBen (+10%). Bigben Interactive caracole dans le peloton de tête, sur des sommets de près de 15 ans. Cette séquence haussière vient récompenser l'annonce d'un accord de licence signé avec Sony pour "Revolution Pro Controller 2". Selon les termes de ce partenariat de distribution, la manette du fabricant français d'accessoires pour jeux vidéo va être commercialisé dans quatre pays asiatiques (Corée du Sud, Chine, Taiwan, Hong Kong) à partir du 26 janvier 2018.
Cet accord accroît le potentiel commercial de la manette qui est distribuée jusqu'ici seulement en Europe, souligne Gilbert Dupont dans une note d'analyse. Le potentiel de ce produit qui est compatible PC devrait être significatif compte tenu de l'importance du marché asiatique et notamment de l'engouement pour le eSport... Alors que ce nouvel accord avec Sony est aussi jugé de bon augure pour l'obtention d'une licence de distribution sur le Japon en 2018-19, le broker relève à 17,30 euros son objectif sur BigBen Interactive, contre 16 euros dans le viseur précédemment. La recommandation reste inchangée à "acheter".

Atari : +10%. Le titre repart de l'avant sur fond de spéculation

EDF : +5% avec Arkema, Eiffage, Thermador et Solocal

Carrefour : +3% malgré un avertissement sur ses résultats 2017 avant la tenue mardi prochain de la conférence consacrée à l'annonce de la nouvelle stratégie du distributeur, concoctée par une équipe de direction largement renouvelée avec l'arrivée aux commandes en juillet dernier d'Alexandre Bompard... En 2017, Carrefour ne dégagera que 2 milliards d'euros de résultat opérationnel courant, a annoncé le distributeur. C'est très faible pour un groupe dont le chiffre d'affaires annuel a atteint 88,24 MdsE. C'est un peu moins que ce qui était prévu et c'est inférieur de 15% au niveau réalisé en 2016. Mais le consensus était déjà positionné sur ce niveau. Le cash-flow libre hors exceptionnels se situera autour de 950 ME, a également indiqué le management, alors qu'il espérait jusque-là le maintenir au niveau de celui de l'année précédente (1,04 MdE). Mais le quatrième trimestre a, contre toute attente, montré des signes d'embellie dans les hypermarchés, dont les revenus ont progressé de 0,7% en glissement annuel, alors que le marché craignait une stagnation, tandis que les supers étaient en hausse de 1% (consensus -0,5%). Une dynamique à relativiser, selon James Grzinic, chez Jefferies, qui explique que l'enseigne a bénéficié d'un gros effort promotionnel concentré sur le quatrième trimestre alors qu'il avait été démarré dès le troisième trimestre lors du précédent exercice. Les ventes ont cessé de se dégrader, commente de son côté Bernstein. Il n'empêche, les signaux sont plutôt encourageants, selon certains analystes. Evidemment, cela ne gommera pas totalement la déflation au Brésil, les contreperformances en Italie et en Espagne ou les déboires d'une partie de l'ancien parc Dia France, mais les hypers sont le véritable baromètre de Carrefour, et ce sursaut de fin d'année est porteur d'espoirs. De toute façon, c'est bien la case du 23 janvier qui reste cochée. On peut imaginer que le nouveau PDG va "charger la barque" pour repartir sur de bonnes bases. Mais une partie de l'exercice reposera aussi sur le talent de communication du plan, car il ne devrait pas y avoir d'effet de surprise dans la mesure où les grands éléments du plan semblent avoir déjà fuité. Les rumeurs se sont déportées récemment sur l'avenir de certaines filiales étrangères. 'Le Figaro' révèle que le distributeur aurait proposé sa filiale chinoise à Auchan et son allié Alibaba, ce que Carrefour dément. Mais la réunion de la semaine prochaine ne devrait pas, encore, aborder la question des cessions d'envergure.

A la baisse, CGG revient à 3,35 euros après le détachement des droits et le lancement de l'augmentation de capital

Bastide : -8% avec FNAC Darty sur des prises de profits

Eramet : redonne aussi 5% avec Vallourec sur des prises de bénéfices

Remy Cointreau -4%. Rémy Cointreau a été confronté, comme prévu, à un ralentissement d'activité sur le trimestre allant d'octobre à décembre, le 3ème de son exercice. La base de comparaison élevée, le bouleversement du change et un nouvel an chinois tardif sont les principaux éléments du cocktail de la période. Le groupe a dégagé un chiffre d'affaires de 862,1 million d'euros au terme des neuf premiers mois de son exercice clos le 31 mars prochain, soit une progression de 3% en données publiées en glissement annuel, et de 5,5% sur une base organique. Sur le seul troisième trimestre, les revenus ont atteint 317,7 ME, en baisse de -1,7% en données publiées, mais en croissance organique de 3,2%. Sur la période, les ventes de cognac se sont contractées de -1,1% sur une base brute, mais ont progressé de 5,5% en données organiques. Pour les liqueurs & spiritueux en revanche, la baisse brute est de -5,3%, et la baisse organique de -2,6%.

Vos réactions doivent respecter nos CGU.