Marchés / bilan hebdomadaire : le CAC40 poursuit sa marche en avant

Marchés / bilan hebdomadaire : le CAC40 poursuit sa marche en avant©Boursier.com
A lire aussi

Boursier.com, publié le vendredi 03 novembre 2017 à 17h45

La hausse n'est pas aussi forte que la semaine précédente mais le CAC40 a poursuivi sa marche en avant ces derniers jours, affichant une progression hebdomadaire de 0,43%, à 5.518 points ce vendredi soir. Les Banques centrales étaient à l'honneur avec le statu quo attendu de la Fed et le premier relèvement du taux directeur de la Banque d'Angleterre en plus d'une décennie. La nomination du futur gouverneur de la Réserve fédérale par Donald Trump, en l'occurrence Jerome Powell, a également rassuré les marchés, puisque ce dernier devrait poursuivre la politique monétaire actuelle de Yellen. La présentation, tant attendue, du projet de réforme fiscal aux Etats-Unis a aussi occupé la une de l'actualité.

Les publications d'entreprises se sont par ailleurs poursuivies à un rythme très soutenu de part et d'autres de l'Atlantique. Apple a une nouvelle fois cartonné. A l'inverse, Facebook et Tesla ont plutôt déçu. En France, la Société Générale et la BNP ont été sanctionnés du côté du secteur bancaire. Altice et Air France KLM ont pour leur part été durement secoués.

ECO ET DEVISES

Selon le Département américain au travail, les créations de postes non-agricoles aux États-Unis pour le mois d'octobre 2017 sont ressorties au nombre de 261.000, contre un consensus de place de 325.000. Le taux de chômage américain a décliné toutefois à 4,1%, contre 4,2% de consensus.

Les commandes industrielles américaines du mois de septembre ont affiché une croissance de 1,4% en comparaison du mois antérieur, selon le rapport gouvernemental du jour, contre un consensus de +1,2% et un gain de +1,2% en août.

L'indice ISM manufacturier américain du mois d'octobre est ressorti à 58,7, contre 59,5 de consensus de place et 60,8 pour sa lecture antérieure. L'indicateur reste à un niveau très élevé en comparaison des données historiques.

L'Indice PMI final IHS Markit pour l'Industrie Manufacturière de l'Eurozone se redresse de 58,1 à 58,5 en octobre (contre une estimation Flash de 58,6 et un consensus du même niveau). Les croissances de la production et des nouvelles commandes restent soutenues tandis que le taux de création de postes atteint son plus haut niveau historique.

Le PIB, corrigé des variations saisonnières, a augmenté de 0,6% dans la zone euro au troisième trimestre, contre +0,7% au trimestre précédent. En glissement annuel, la croissance atteint en revanche 2,5% après +2,3% sur les trois mois clos fin juin, et contre une hausse de 2,1% attendue. Il s'agit de la plus forte croissance de la zone depuis début 2011.

Le taux d'inflation annuel de la zone euro est estimé à 1,4% en octobre, contre 1,5% en septembre selon une estimation rapide publiée par Eurostat. Le consensus tablait sur un maintien à 1,5%. L'inflation 'core' ressort à 0,9% après +1,1% en septembre et contre 1,1% attendu.

Le taux de chômage allemand s'est maintenu au plus bas depuis la réunification de 1990 en octobre, à 5,6%. Le nombre de chômeurs a par ailleurs diminué de 11.000 en données corrigées des variations saisonnières (CVS), contre un recul de 10.000 attendu par le marché.

La croissance du PIB français a atteint 0,5% au troisième trimestre 2017, selon la première estimation rendue publique par l'Insee. Ce niveau est conforme aux prévisions des économistes. La croissance du second trimestre a dans le même temps été réévaluée de 0,5 à 0,6%.

Sur le marché des changes, l'euro vaut désormais 1,161$, quasi stable sur la semaine. Du côté du pétrole, le baril WTI s'affiche à environ 54,7$ et le Brent ressort à 61$. L'once d'or s'échange autour des 1.266 dollars (-0,2%).

LES VALEURS

* Poxel flambe de 29,7%. La société a scellé un gros partenariat avec un laboratoire japonais, qui lui ouvre les vannes d'un financement conséquent. Le Français s'est allié à Sumitomo Dainippon Pharma pour développer et vendre le candidat médicament Imeglimine en Asie, dans le traitement du diabète de type 2.

* Nicox s'envole de 22,5%. L'approbation de la commercialisation de la solution ophtalmique Vyzulta de Bausch + Lomb par l'agence américaine du médicament est une bonne nouvelle pour la société qui a licencié le traitement à la filiale de Valeant. Vyzulta devrait être disponible à la vente avant la fin de l'année. Cette étape ne sera pas vraiment rémunératrice pour le laboratoire français, puisqu'il recevra 17,5 M$ de Bausch + Lomb mais devra reverser 15 M$ à Pfizer en vertu d'un précédent accord. Nicox pourra par la suite récupérer davantage, en fonction de l'atteinte de certains jalons commerciaux, et dispose d'un accord lui octroyant des redevances progressives nettes potentielles représentant de 6% à 11 % des ventes.

* Bénéteau (+12%). Les résultats annuels ont surpris très positivement les analystes, qui ne s'attendaient pas à une telle marge. Pour couronner le tout, la nouvelle saison a bien démarré et les perspectives sont solides pour 2018.

* Vallourec prend 11,6% dans le sillage des cours du brut, avec notamment un baril de Brent de la mer du Nord qui se maintient au-dessus des 60 dollars. Le spécialiste des tubes sans soudure, qui dévoilera ses résultats trimestriels le 9 novembre, a également été soutenu par la solide publication de son concurrent Tenaris, dont les résultats se sont fortement appréciés sur les trois mois clos fin septembre.

* Eramet (+8,4%). Les investisseurs considèrent toujours que le marché est porteur, grâce à la bonne dynamique globale et à la remontée des prix, notamment du nickel.

* Nexans avance de 7%. Le dossier a profité du relèvement de la recommandation de Goldman Sachs de neutre à achat, et de son entrée dans la liste de convictions du bureau d'études américain. Il vise désormais 64 euros d'objectifs de cours, contre 52 euros précédemment.

* Renault s'adjuge 6,2%. Bercy a cédé 4,73% du capital pour 1,2 MdE. Ces titres avaient été acquis en avril 2015. Ils permettront de dégager 55 ME de plus-value pour l'Etat. Renault en rachète 10%, soit 1,4 million d'actions, pour un futur programme d'actionnariat salarié.

* TechnipFMC grimpe de 5,5%, après avoir déjà gagné 1%, toujours soutenu par le rebond du baril.

* STMicroelectronics gagne 5,3%. En tant que fournisseur d'Apple, le dossier profite des solides résultats du groupe américain.

* Imerys (+2,7%). Les résultats trimestriels ont été bien accueillis par le marché, d'autant que les perspectives ont été confirmées.

* Carmat progresse de 2,3%. La société a reçu le feu vert pour réaliser des implantations de son coeur artificiel en République tchèque.

* Valeo prend 2,2%. UBS ne partage pas le pessimisme du marché sur le dossier, dont le titre a été sanctionné à cause d'un ralentissement de la croissance organique. Le bureau d'études a réitéré sa recommandation à l'achat, assortie d'un objectif de cours de 82 euros.

A l'inverse, Altice plonge de 21,5%, après son point trimestriel. En marge de la publication de ses résultats du troisième trimestre, le groupe a annoncé que son Ebitda ajusté ne progressera que dans le bas de la fourchette des attentes précédentes, c'est-à-dire plutôt de l'ordre de 6% que de 9%.

* Gaussin (-12,5%). Le groupe a accusé une très lourde perte semestrielle et ne tiendra pas ses objectifs 2017.

Nanobiotix trébuche de 10%. Les investisseurs ont sanctionné la dilution engendrée par le placement privé annoncé en début de semaine. Cette levée de fonds permet à la société biotech de récupérer 27,2 ME moyennant la création de 941.789 nouvelles actions émises au prix de 14 euros, soit une décote de 18% par rapport à la moyenne des cours moyens pondérés par les volumes des trois dernières séances (17,07 euros).

* Société Générale recule de 5,9%, sanctionné après une publication trimestrielle décevante, le titre de la banque rouge et noire signe la plus mauvaise performance hebdomadaire sur le SBF120. Pénalisée par ses activités de marché et par une nouvelle provision pour litiges, la SG a vu son résultat net part du groupe reculer de 15,2% à 932 millions d'euros, pour un produit net bancaire en repli de 0,9% à 5,96 MdsE. Des chiffres inférieurs aux attentes des analystes.

BNP Paribas rend 4,3% dans la foulée de ses comptes du 3ème trimestre, qui se sont soldés par une légère baisse du produit net bancaire due aux effets de change. Les frais sont ressortis en retrait et le coût du risque poursuit sa décrue, ce qui a malgré tout permis au bénéfice net d'atteindre 2,04 milliards d'euros, supérieur aux attentes du consensus (1,91 MdE), en hausse de 8,3% sur un an. Le ratio CET1 plein a grappillé 0,1 point par rapport au 30 juin pour monter à 11,8%

* Sanofi (-3,8%). Le groupe a dégagé des résultats assez proches des attentes au troisième trimestre 2017, mais ses revenus sont décevants, notamment à cause de la poursuite du recul de sa puissante franchise diabète. Le management a d'ailleurs dégradé ses prévisions pour les perspectives de ventes de la spécialité d'ici la fin 2018.

Air France KLM rend 3,2%. Les comptes trimestriels ont pourtant confirmé le redressement du transporteur, ressortant même supérieurs aux attentes du consensus. Mais compte tenu de l'impressionnante variation du titre cette année (+170%), la moindre déception est presque logiquement sanctionnée. Elle semble en l'occurrence venir de l'évolution des coûts dans la mesure où les coûts unitaires ont progressé de 0,6% à change constant au troisième trimestre après un repli de 0,3% au trimestre précédent et une baisse de 1% sur le premier semestre. De plus, si le groupe a confirmé viser une baisse de 1,0% à 1,5% de ses coûts unitaires cette année à changes, prix du carburant et charges de retraite constants, cette prévision exclut désormais les effets de l'amélioration du coefficient d'occupation et du partage des bénéfices ("profit sharing").

* Axa se replie de 1,4%, pénalisé par l'annonce d'indicateurs d'activité très légèrement inférieurs aux attentes sur neuf mois. Le chiffre d'affaires total est ressorti à 75,4 milliards d'euros, en baisse de 0,5% en publié mais en hausse de 0,1% en données comparables, et contre 75,6 MdsE de consensus. Le ratio de solvabilité II s'établit à 201%, stable par rapport au 30 juin 2017. Axa tiendra une journée investisseurs le 14 novembre prochain, qui sera notamment l'occasion de lever certaines incertitudes relatives à son projet d'IPO aux Etats-Unis.

 
1 commentaire - Marchés / bilan hebdomadaire : le CAC40 poursuit sa marche en avant
  • avatar
    [=pseudo.pseudo] -

    [=reaction.title]

    [=reaction.text]

avatar
[=pseudo.pseudo] -

[=reaction.text]