Marchés / bilan hebdomadaire : le CAC40 toujours plus haut

Marchés / bilan hebdomadaire : le CAC40 toujours plus haut©Boursier.com

Boursier.com, publié le vendredi 04 juin 2021 à 17h45

Semaine plutôt atone pour le marché parisien qui termine en hausse de 0,49% sur cinq séances. A 6.516 points, le CAC40 est au plus haut depuis la fin des années 2000. La prochaine étape est fixée à 6.944,77 points, soit le niveau record établi par l'indice en septembre 2000. Rappelons toutefois qu'en prenant en compte la distribution de dividendes, le CAC 40 Net Total Return évolue lui déjà sur des niveaux historiques.

Semaine plutôt atone pour le marché parisien qui termine en hausse de 0,49% sur cinq séances. A 6.516 points, le CAC40 est au plus haut depuis la fin des années 2000. La prochaine étape est fixée à 6.944,77 points, soit le niveau record établi par l'indice en septembre 2000. Rappelons toutefois qu'en prenant en compte la distribution de dividendes, le CAC 40 Net Total Return évolue lui déjà sur des niveaux historiques.

Après un lundi très calme en l'absence des investisseurs anglo-saxons, le reste de la semaine n'a pas été plus agité. Très attendus, les chiffres mensuels de l'emploi américain ont finalement constitué un non-évènement. La première économie mondiale a créé 559.000 emplois non-agricoles en mai, soit moins qu'attendu par les observateurs. Le taux de chômage est de son côté revenu à 5,8% en mai après 6,1% le mois précédent alors que le consensus le donnait à 5,9%. Ces données éloignent un peu plus la possibilité de voir la Fed réduire plus rapidement qu'anticipé son soutien aux marchés même si elles confortent le scénario de poursuite de la reprise.

Les valeurs pétrolières ont été recherchées dans le sillage d'un baril de pétrole qui évolue au plus haut depuis la fin 2018, avec un Brent bien ancré au-dessus de la barre des 70$ (près de 72$ ce soir). Sans surprise, l'Opep+ a confirmé son calendrier établi le 1er avril dernier, à savoir une réduction de l'ampleur de ses baisses de production de plus de 2 millions de barils entre mai et la fin juillet.

En outre, l'Arabie saoudite réduit graduellement ses coupes supplémentaires de 1 million de bpj mises en place unilatéralement depuis janvier, au rythme de 250.000 bpj en mai, 350.000 bpj en juin et 400.000 bpj en juillet. L'Opep+ n'a pas pris de décision mardi concernant l'évolution de son niveau de production en août, qui sera décidé lors de la prochaine réunion mensuelle, prévue le 1er juillet.

Quelques Small&Mid caps ont animé la cote à l'image de Société Foncière Lyonnaise, de Solocal et d'Atari. Bouygues a acté sa sortie quasi complète d'Alstom tandis que Saint-Gobain continue à profiter d'une très forte demande pour ses produits.

LES VALEURS

* Société Foncière Lyonnaise s'envole de 48%. Une liquidité est offerte aux actionnaires de SFL par le biais d'une offre publique mixte simplifiée, initiée par Colonial, actionnaire majoritaire de la société. Elle porte sur les titres de SFL non encore détenus par Colonial et Predica. La parité de l'offre serait de 46,66 euros et 5 actions ordinaires Colonial pour 1 action SFL apportée.

* TechnipFMC grimpe de 20,7%. Le groupe parapétrolier profite logiquement de la très bonne tenue des cours de l'or noir avec un WTI qui se négocie au plus haut depuis octobre 2018, mais il est également soutenu par le gain d'un beau contrat au Brésil. TechnipFMC a en effet remporté son premier contrat intégré d'ingénierie, de fourniture, de construction et d'installation (iEPCI) au Brésil auprès de Karoon Energy pour le développement du champ Patola.

* Atari (+12,3%) a annoncé la disponibilité de l'Atari VCS et de ses accessoires à la vente à partir du 15 juin aux Etats-Unis, via les réseaux de distribution et les sites de vente en ligne Best Buy, GameStop et Micro Center ainsi que le site internet officiel de l'Atari VCS. Chaque détaillant proposera des opérations marketing dédiées le jour du lancement.

* CGG (+10,5%) et TotalEnergies (+4%) ont également réalisé une belle semaine dans le sillage de cours du brut qui se négocient au plus haut depuis la fin 2018.

* Stellantis (+6,5%) pourrait finalement choisir de construire sa troisième gigafactory de batteries en Europe dans la péninsule italienne a rapporté l'agence Reuters. Le dossier n'en serait qu'au stade des discussions préliminaires avec les autorités italiennes qui prévoient globalement de consacrer près de 24 milliards d'euros à la transition vers des technologies de mobilité plus propres et durables. Une enveloppe d'un milliard d'euros est prévue pour l'amélioration des industries italiennes de batteries et de production d'électricité éolienne et solaire.

* Saint-Gobain gagne 6% alors que le mangement s'attend à réaliser un résultat opérationnel record au premier semestre 2021. Le spécialiste des matériaux de constructions explique que les ventes des mois d'avril et mai continuent à afficher de très bonnes tendances, soutenues par la dynamique du marché de la rénovation en Europe, tout particulièrement en France, la croissance des marchés de la construction en Amériques et en Asie-Pacifique, ainsi que par la poursuite de l'amélioration séquentielle des marchés industriels. La situation sanitaire reste toutefois incertaine, en particulier au Brésil - avec un impact limité sur les activités du groupe - et en Inde, pénalisée sur les deux derniers mois. Dans ces conditions, le résultat d'exploitation devrait clairement dépasser le niveau historique du second semestre 2020. La marge d'exploitation des six premiers mois de l'exercice devrait également atteindre un nouveau record. Saint-Gobain dévoilera les résultats complets de son premier semestre et les perspectives pour l'année 2021 le 29 juillet prochain.

* Bouygues (stable) a cédé avec succès 11 millions d'actions Alstom, représentant 2,96% du capital social d'Alstom, au prix de 45,35 euros par titre (soit un montant total de 499 millions d'euros) dans le cadre d'un placement auprès d'investisseurs qualifiés par voie de construction accélérée d'un livre d'ordres. Le cours de cession représente une légère décote par rapport au cours de clôture d'Alstom de mardi soir, soit 46,17 euros. A l'issue de ce placement, Bouygues conservera à peine 0,16% du capital social du groupe ferroviaire.

A l'inverse, * Rémy Cointreau trébuche de 5%. Le groupe de spiritueux a pourtant touché des plus haut historiques après la publication de ses résultats annuels jeudi. Mais les investisseurs semblent s'inquiéter de l'évolution défavorable de certaines devises et de leur impact sur les résultats de l'exercice en cours. D'autant que la valorisation reste très élevée.

* Eurofins Scientific redonne 4,3% malgré une activité encore une fois très dynamique. Sur les quatre premiers mois de 2021, les revenus ont augmenté de 46% à 2,177 milliards d'euros, malgré un impact négatif des effets de change de -3,6%. La croissance organique est proche de 50% ! Le coeur de métier du groupe a réalisé une croissance organique de plus de 16% sur quatre mois et plus de 35% sur le seul mois d'avril. Alors que la sortie de crise sanitaire reste incertaine, Eurofins estime qu'il demeure probable que les objectifs 2021 soient significativement dépassés et qu'un niveau important de tests Covid-19 persiste jusqu'à un niveau avancé du troisième trimestre 2021.

* Ubisoft cède 3,9%. Morgan Stanley ne vise plus que 80 euros sur contre 100 euros précédemment ('surpondérer').

* Vivendi rend 2,4%. Bill Ackman discute avec le groupe contrôlé par Vincent Bolloré en vue d'acquérir 10% des actions ordinaires d'Universal Music Group via sa SPAC, Pershing Square Tontine Holdings. L'opération atteindrait environ 4 milliards de dollars et valoriserait la filiale musicale de Vivendi 35 milliards d'euros. Une fois que Vivendi aura finalisé l'introduction en bourse d'UMG sur Euronext Amsterdam, annoncée précédemment, Pershing Square Tontine Holdings (PSTH) prévoit de distribuer les actions UMG acquises à ses actionnaires.

Vos réactions doivent respecter nos CGU.