Marchés : début de semaine en forte baisse en Asie

Marchés : début de semaine en forte baisse en Asie©Boursier.com

Boursier.com, publié le lundi 04 mai 2020 à 07h38

Les places financières de la zone Asie-Pacifique chutent de concert ce lundi, emmenées par la bourse de Bombay qui abandonne 5%, suivie de Hong Kong en recul de 4,4%. Seoul, et Taiwan redonnent 2,5%, Singapour -2,2%, alors que les Bourses de Shanghai et de Tokyo sont fermées pour cause de jour férié. Le regain de tensions entre Washington et Pékin fait craindre aux investisseurs un nouveau bras de fer entre les deux pays...
La bourse de New York a d'ailleurs commencé le mois de mai dans le rouge vif vendredi, après des commentaires prudents d'entreprises, dont Amazon (-7,6%) et Apple (-1,6%), plombés par l'incertitude sur la durée de la crise sanitaire. Le marché US a lui aussi été secoué par le regain de tension géopolitique entre les Etats-Unis et la Chine, après des menaces de représailles de Donald Trump, qui accuse ouvertement Pékin d'avoir dissimulé des informations sur le Covid-19 lorsqu'il est apparu à Wuhan. La diplomatie américaine a répété haut et voir ce week-end disposer de preuves désignant la Chine comme étant le premier responsable de la crise sanitaire internationale...

A la clôture vendredi, l'indice Dow Jones a perdu 2,55% à 23.723 points, tandis que l'indice large S&P 500 a lâché 2,81% à 2.830 pts et que le Nasdaq Composite, riche en valeurs technologiques, a chuté de de 3,2% à 8.604 pts. Les trois indices ont gommé la totalité de leurs gains sur la semaine écoulée, qui se solde par une baisse de 0,2% pour le DJIA et le S&P 500 et de 0,34% pour le Nasdaq.
Les prochains jours diront si le mois de mai obéira cette année au vieil adage boursier "Sell in May and Go Away" ("Vendez en mai et allez voir ailleurs")... Après leur plongeon de février-mars, les indices ont depuis regagné plus de 25% sur leurs points bas du mois de mars, grâce aux actions fortes de la Fed et dans l'espoir d'une sortie progressive de la crise du coronavirus et d'un déconfinement des économies mondiales...

La Chine "devra rendre des comptes" sur le Covid-19

Donald Trump a expliqué que ses préoccupations sur le rôle de la Chine dans l'origine et la propagation du coronavirus primaient désormais sur sa volonté d'avancer sur la question du commerce, jusque-là au coeur des échanges entre Washington et Pékin. Le président américain étudie donc différentes options, dont de nouvelles taxes douanières, pour que la Chine "subisse les conséquences de ses actes"... Ce dernier a déclaré être "convaincu" que le nouveau coronavirus était sorti d'un laboratoire chinois, affirmant même détenir des "preuves" avec un "haut degré de certitude" que le coronavirus émanait de l'institut de virologie de la ville chinoise de Wuhan... "Je ne peux pas vous en parler... Je ne suis pas autorisé à vous en parler", a dit Donald Trump.
Larry Kudlow, le principal conseiller économique de la Maison Blanche a renchéri en affirmant sur la chaîne 'CNBC' que la Chine "devra rendre des comptes. Il n'y a aucun doute là-dessus. Comment, quand, où et pourquoi sont des questions auxquelles que je laisserai le président répondre", a-t-il ajouté.

Les indicateurs économiques plongent

En attendant, les conséquences macro et micro-économiques de la pandémie de coronavirus se font chaque jour plus visibles et plus sombres... Vendredi, l'indice ISM de l'activité manufacturière aux Etats-Unis est tombé en avril à son plus bas niveau depuis 11 ans, en raison des perturbations causées dans les chaînes d'approvisionnement par la pandémie de coronavirus. L'indice a plongé à 41,5 le mois dernier après 49,1 en mars, au plus bas depuis avril 2009. Un chiffre inférieur à 50 signifie que l'activité se contracte.

L'autre indice d'activité manufacturière, le PMI, calculé par le cabinet IHS Markit, est lui aussi ressorti au plus bas depuis mars 2009 à 36,1, contre 36,9 en première estimation et après 48,5 en mars.

Le PIB des Etats-Unis est ressorti quant à lui en baisse 4,8% en rythme annuel au 1er trimestre, son plus important recul depuis la récession de 2008. Pour l'ensemble de 2020, le PIB devrait chuter de l'ordre de 5,9% selon les dernières prévisions du Fonds monétaire International.
Sur le front de l'emploi, 3,839 millions de nouvelles inscriptions au chômage ont été enregistrées la semaine dernière, portant à plus de 30 millions le nombre de chômeurs en 5 semaines... Un chiffre astronomique qui correspond à un taux de chômage autour de 15%...

Le marché pétrolier reste fébrile ce matin, le WTI retombe à 18,50$ et le baril de Brent de la mer du Nord à 26,15$.
Le cours du baril de brut WTI, qui était brièvement tombé en terrain négatif le 20 avril, a rebondi ensuite de plus de 50% en trois séances mais chute encore de... 70% depuis le début de l'année !
De son côté, l'or est repassé au-dessus 1.700$ l'once, à 1.702$ ce lundi. Malgré une forte volatilité ces dernières semaines, le métal jaune progresse d'environ 12% depuis le début de l'année, faisant office de valeur refuge...
Sur le marché des changes, l'euro remonte à 1,0955$.

Vos réactions doivent respecter nos CGU.