Marchés : des mots d'analystes

Marchés : des mots d'analystes©Boursier.com
A lire aussi

Boursier.com, publié le vendredi 12 janvier 2018 à 08h49

- Natixis passe d'acheter à neutre sur Amundi.

- Barclays reste à "surpondérer" sur Amundi, revalorisé de 77 à 84 euros.

- Citi passe de conserver à achat sur Axa.

- Gilbert Dupont porte de 43,60 à 47,30 euros son objectif de cours sur Bonduelle, suivi à accumuler.

- Berenberg passe de vendre à conserver sur EDF, avec un objectif de cours porté de 10 à 11 euros.

- Berenberg maintient sa recommandation conserver sur Engie, dont la valorisation est relevée de 13,50 à 15 euros.

- Gilbert Dupont revalorise Groupe Crit de 94,50 à 96,50 euros, en restant acheteur.

- RBC Capital revalorise Kering de 380 à 405 euros en restant à performance sectorielle.

- UBS revalorise Kering de 415 à 450 euros en restant acheteur.

- Goldman Sachs relève de 84 à 85 euros son objectif de cours sur Schneider, en restant acheteur.

- Gilbert Dupont revalorise Synergie de 53 à 54,20 euros, en restant acheteur.

- Midcap Partners relève de 42 à 47,10 euros son objectif de cours sur Xilam, en restant acheteur.

Le service de gestion de commentaires évolue.

A compter du 29 mars, le Journal de Réactions et la publication de commentaires seront temporairement fermés.

Les discussions autour des sujets qui vous tiennent à cœur resteront prochainement possibles au travers d’un tout nouveau service vous permettant de réagir.

 
1 commentaire - Marchés : des mots d'analystes
  • avatar
    ajlbn -

    référence à l'article :
    Sondage : Macron et Philippe à nouveau en forte hausse
    Statut : refusé
    Il y a 9 minutes
    Se pose la question de la composition du panel de sondés! J'ai fait un sondage honnête chez moi! 100% des personnes consultées sont mécontentes de de gouvernement. Et avec de bonnes raisons comme ci-dessous!
    Les Lois Gattaz-Valls-Hollande-Macron se heurtent aux réalités de la vraie vie! Le patronat nous voulait taillables et corvéables à merci. Pour ce faire, le gouvernement a joué la carte de la division, entre les citoyens, les salariés du privé, du public, les chômeurs, les stagiaires, les retraités, les malades, les étudiants, les artisans, etc...et la division entre les syndicats, en faisant miroiter à certains la possibilité de devenir l'interlocuteur privilégié du pouvoir! Mais les bases syndicales, les délégués de terrain, eux sont restés unis. On les a vu dans les manifs nombreuses! Nos dirigeants ont ajouté, à diverses époques du mépris des insultes à notre endroit! Le "casse toi pauv' c.." de Sarkozy ne s'adressait pas qu'à une personne! Les "sans dent" de Hollande était bien collectif, les riens, les fainéants, les fouteurs de bor..ls, les assistés et autres mots de Macron, étaient de la même veine! Patrons, nous ne serons pas vos nouveaux esclaves! Ni nos enfants et petits enfants!
    16-fois censuré-repassé