Marchés : l'activité entreprises en soutien pour aller plus haut ?

Marchés : l'activité entreprises en soutien pour aller plus haut ?©Boursier.com

Boursier.com, publié le lundi 22 mars 2021 à 08h38

Le printemps arrive et la sortie de crise se profile à l'horizon. Alors que les indices boursiers évoluent proches, voire au-dessus de leurs plus hauts historiques, certains se demandent si l'heure de la consolidation n'a pas sonné. Au contraire, d'autres voient un potentiel toujours conséquent sur les places boursières occidentales alors que la croissance économique va fortement accélérer au cours des prochains mois. De plus, contrairement à ce qui se passe lors d'une récession classique, les entreprises qui sortent de cette période de pandémie disposent d'une trésorerie abondante qu'elles peuvent consacrer aux dividendes, aux rachats d'actions, aux dépenses d'investissement ou aux opérations de croissance externe. Selon les données de 'Bloomberg', les liquidités des entreprises du Stoxx 600 exprimées en pourcentage de leurs actifs ont en effet atteint un niveau record à la fin de l'année dernière.

Le printemps arrive et la sortie de crise se profile à l'horizon. Alors que les indices boursiers évoluent proches, voire au-dessus de leurs plus hauts historiques, certains se demandent si l'heure de la consolidation n'a pas sonné. Au contraire, d'autres voient un potentiel toujours conséquent sur les places boursières occidentales alors que la croissance économique va fortement accélérer au cours des prochains mois. De plus, contrairement à ce qui se passe lors d'une récession classique, les entreprises qui sortent de cette période de pandémie disposent d'une trésorerie abondante qu'elles peuvent consacrer aux dividendes, aux rachats d'actions, aux dépenses d'investissement ou aux opérations de croissance externe. Selon les données de 'Bloomberg', les liquidités des entreprises du Stoxx 600 exprimées en pourcentage de leurs actifs ont en effet atteint un niveau record à la fin de l'année dernière.

"L'activité des entreprises soutiendra la reprise", estiment les stratégistes de Barclays cités par l'agence. Comme les gouvernements et les banques centrales ont largement atténué le choc économique pour de nombreuses entreprises, il n'y a guère besoin d'assainir les bilans, et les sociétés peuvent utiliser leurs liquidités ailleurs, souligne l'équipe de la banque britannique. Alors que le marché du M&A a mis près de sept ans à se remettre de la crise financière mondiale, il a déjà retrouvé son niveau pré-pandémique cette fois-ci, ce qui est de bon augure pour l'ensemble du marché, ajoute Barclays.

Autre point mis en avant par la banque, le maintien des faillites à un très faible niveau grâce aux interventions étatiques. La récession des bénéfices a été brutale mais courte, avec une reprise en V probable, tandis que les taux de défaut n'ont pas beaucoup augmenté. Selon Barclays, il s'agit d'un vent arrière potentiel pour les Bourses, car les écarts de crédit, proches de leur plus bas niveau, permettent aux actions de bénéficier d'une nouvelle amélioration macroéconomique.

Dans le même sens, les stratèges de Morgan Stanley notent que les volumes de fusion et acquisition n'ont jamais été aussi élevés depuis 2008, que les annonces de rachats de titres ont explosé et que les révisions de dividendes n'ont jamais été aussi importantes depuis 14 ans. En outre, le marché mondial des IPO est sur le point de connaître son meilleur premier trimestre. La reprise des opérations de scission au cours des derniers mois indique également que les entreprises profitent de la valorisation élevée de leurs actifs.

Selon les équipes de Morgan Stanley, les sociétés mères ont tendance à bien se comporter entre l'annonce de la scission et sa réalisation, et plus l'opération est importante, plus la surperformance est élevée. Elles ajoutent que les entités scindées ont tendance à surperformer le marché et leur société mère. Pour la banque, les principales valeurs européennes à surveiller sur ce point sont Aviva, Dixons Carphone, EDF, Engie, Icade, Prudential, Rentokil, RWE, Sampo, Santander et Sulzer. Ces entreprises ont des cessions ou des restructurations en cours ou à l'étude, et les analystes de la banque y voient un important potentiel de création de valeur comme cela a pu se passer récemment avec Vivendi (UMG), Daimler et sa division camions et TechnipFMC avec Technip Energies.

Vos réactions doivent respecter nos CGU.