Marchés : L'Asie dans le rouge pour commencer la semaine

Marchés : L'Asie dans le rouge pour commencer la semaine©Boursier.com
A lire aussi

Boursier.com, publié le lundi 30 mars 2020 à 07h13

Début de semaine prudent ce lundi sur les places de la zone Asie-Pacifique, en dehors du rebond de 7% enregistré à Sydney, la baisse l'emporte dans la région avec des replis de 0,9% à Shanghai, -1% à Taiwan, -1,6% à Bombay, -3,1% à Tokyo et -3,3% à Singapour.

La banque centrale chinoise a surpris les marchés en baissant ce matin un taux d'intérêt de référence à court terme de 20 pts de base. La BOC a ainsi annoncé sur son site internet avoir baissé son taux de prise en pension inversée ("reverse repo") à 7 jours à 2,20% contre 2,40%, sans plus de précision. Il s'agit de la troisième baisse de ce taux depuis novembre dernier et de la plus forte depuis près de 5 ans. Les taux "reverse repo" sont appliqués par les banques centrales pour fournir des liquidités aux banques commerciales par le biais d'accords de rachats à court terme.
Le coronavirus a tué 3.304 personnes sur un total de 81.470 contaminations, selon les données officielles fournies par les autorités chinoises, des chiffres qui commencent à être largement contestés par la communauté internationale.

Trump change de calendrier

Côté américain, la perspective d'une sortie de crise sanitaire en avril a été repoussée par Donald Trump en juillet, alors que ses conseillers évoquent désormais la possibilité d'une fourchette allant de 100.000 à 200.000 décès aux Etats-Unis dans les prochaines semaines, le président américain anticipant le pic de la pandémie "d'ici à deux semaines".

La Bourse américaine a rechuté vendredi pour terminer a semaine, après un rebond de 21% du Dow Jones en trois séances... Les principaux indices ont cependant regagné environ 10% sur la semaine écoulée, même si vendredi, les inquiétudes liées aux conséquences de la crise du coronavirus sont revenues en force sur le marché. Les Etats-Unis sont en effet devenus le pays du monde affichant le plus grand nombre de cas de Covid-19.
Comme attendu, à Washington, la Chambre des représentants a adopté vendredi le plan de soutien à l'économie de 2.000 milliards de dollars, déjà voté par le Sénat mercredi.
A la clôture, l'indice Dow Jones est retombé de 4,06% à 21.636 points, tandis de que l'indice large S&P 500 a reperdu 3,37% à 2.541 pts et que le Nasdaq Composite, riche en valeurs technologiques, a relâché 3,79% à 7.502 pts. Sur l'ensemble de la semaine, les trois indices ont regagné respectivement 12,8%, 10% et 9%, après des plongeons respectifs de 17,3%, 15% et 12,6% la semaine précédente dans la crainte d'une récession lourde liée au coronavirus.
L'indice Vix de la volatilité, aussi appelé "indice de la peur", et remonté vendredi de 7,4% à 65,5 points, après avoir atteint la semaine passée des niveaux records supérieurs à 85.

500 Mds$ pour les secteurs les plus affectés aux Etats-Unis

Après le krach des deux semaines précédentes, les marchés financiers ont rebondi grâce à l'ampleur des engagements pris par la Réserve fédérale et d'autres banque centrales, ainsi que les gouvernements en vue d'amortir autant que possible le choc du coronavirus sur l'économie mondiale.
Vendredi à Washington, la Chambre des représentants a donc adopté définitivement le vaste plan de soutien de 2.000 milliards de dollars proposé par l'administration Trump pour faire face au coronavirus. Le texte avait déjà été approuvé au Sénat mercredi, et a été envoyé à Donald Trump pour promulgation...

Le plan prévoit notamment 500 milliards de dollars pour soutenir les entreprises industrielles les plus affectées via des prêts ou des subventions. Le secteur du transport aérien, frappé de plein fouet par la crise, bénéficiera de 25 Mds$ de subventions aux compagnies transportant des passagers et 8 Mds$ pour le fret aérien et les prestataires de service en aéroport, dont les services de restauration.
Les aéroports eux-mêmes bénéficieront de 10 Mds$. En outre, les compagnies aériennes devraient avoir accès à 29 Mds$ de crédit. Par ailleurs, 500 Mds$ seront affectés aux aides directes pour les Américains, qui pourront aller jusqu'à 3.000 dollars par foyer sous forme de chèques envoyés à des millions de ménages.

Le G20 se mobilise

Au niveau mondial, les dirigeants des pays membres du G20 ont affirmé jeudi leur détermination à former un front uni contre le coronavirus, parlant de "priorité absolue". Ils vont ainsi injecter 5.000 milliards de dollars dans leurs économies pour tenter d'endiguer l'épidémie qui fait planer le spectre d'une récession mondiale. Signe de cette tentative de front commun contre l'épidémie, Donald Trump a déclaré s'être entretenu avec son homologue chinois Xi Jinping et avoir discuté "en détail" de la pandémie de coronavirus.
La presse officielle chinoise a rapporté que Xi Jinping a déclaré à son homologue américain que les deux pays, malgré leur rivalité, devaient "s'unir contre l'épidémie" de Covid-19. De son côté Donald Trump a parlé d'une "très bonne" conversation téléphonique, et a assuré que les deux plus grandes économies mondiales "coopèrent étroitement"...

Ce week-end, les relations se sont toutefois de nouveaux tendues, alors que certains pays occidentaux comme la Grande-Bretagne ont accusé la Chine d'avoir largement tronqué le nombre de victimes liées à l'épidémie.

Le chômage s'envole aux Etats-Unis

Jeudi dernier, les chiffres hebdomadaires de l'emploi aux Etats-Unis ont fait état d'une hausse historique du nombre de demandeurs d'emploi lors de la semaine close au 21 mars. Les inscriptions nouvelles au chômage ont atteint le niveau record de 3,283 millions, en hausse de 3 millions par rapport à la semaine antérieure (282.000). Le précédent record hebdomadaire de demandeurs d'emploi remontait à octobre 1982, où il avait été près de 5 fois inférieur, avec 695.000 inscriptions au chômage...

Sur le marché des changes, le dollar a du coup nettement reflué, signant même sa pire semaine depuis 2009 avec une perte de 4,3% sur 5 séances. La semaine précédente, le billet vert s'était il est vrai envolé en jouant son rôle de valeur refuge. L'indice du dollar, qui reflète son évolution face à 6 devises de référence (euro, livre sterling, franc suisse, dollar canadien, yen et couronne suédoise) a perdu encore 1% vendredi, à 98,37 points, tandis que l'euro pointe ce lundi à 1,1080/$.
Les taux se sont détendent très nettement sur les marchés obligataires, le rendement du T-Bond à 10 ans cédant 17 points de base à 0,67%. Les investisseurs ont une nouvelle fois acheté des obligations d'Etat en tant que valeurs-refuge, faisant reculer les taux, qui évoluent en sens inverse des prix.

Les cours du pétrole continuent de plonger ce lundi sur fond de chute de la demande mondiale et de guerre des prix entre l'Arabie saoudite et la Russie qui se poursuit... Le cours du brut léger américain WTI descend à 20,55$ le baril. Le Brent de mer du Nord tombe à 23,50$. Les deux variétés de pétrole, qui viennent d'enchaîner 5 semaines de baisse d'affilée, ont perdu plus de 60% depuis le début de l'année. Enfin, l'or remonte à 1.620$ l'once, après avoir déjà regagné 10% de sa valeur la semaine passée.

Vos réactions doivent respecter nos CGU.