Marchés : légère tension sur la dette italienne après la dégradation de Fitch

Marchés : légère tension sur la dette italienne après la dégradation de Fitch©Boursier.com

Boursier.com, publié le mercredi 29 avril 2020 à 10h10

L'Italie se rapproche de la catégorie 'junk'. Chez Fitch au moins... Alors que S&P a confirmé vendredi soir la note souveraine italienne à 'BBB', l'autre grande agence a dégradé hier soir la note transalpine de 'BBB' à 'BBB-', soit un cran au-dessus de la catégorie spéculative. Dans une annonce intervenue hors de tout calendrier (la prochaine revue était programmée le 10 juillet), Fitch explique que sa décision reflète l'impact significatif de la pandémie mondiale de COVID-19 sur l'économie italienne et la situation budgétaire du pays.

L'agence prévoit une contraction du PIB de 8% en 2020 et les risques qui pèsent sur cette prévision de base sont orientés à la baisse, car elle suppose que le coronavirus peut être contenu au second semestre, ce qui entraînerait une reprise économique relativement forte en 2021. En cas de deuxième vague d'infections et de reprise généralisée des mesures de confinement, les résultats économiques seraient plus faibles pour 2020 et 2021.

Le ratio de dette publique brute sur PIB augmentera d'environ 20 points de pourcentage cette année, à 156% selon les prévisions centrales de l'agence. Selon ce scénario central sur la dynamique de la dette, ce ratio ne se stabilisera à ce niveau très élevé qu'à moyen terme, ce qui souligne les risques de viabilité de la dette.

La bonne nouvelle pour Rome vient du fait que Fitch ait ramené la perspective associée à cette notation à 'stable'. Une décision qui reflète l'opinion de l'agence selon laquelle les achats d'actifs nets de la BCE faciliteront la réponse budgétaire substantielle de l'Italie à la pandémie de Covid-19 et atténueront les risques de refinancement en maintenant les coûts d'emprunt à des niveaux très bas, au moins à court terme. Néanmoins, la pression à la baisse sur la notation pourrait reprendre si le gouvernement ne met pas en oeuvre une stratégie budgétaire et de croissance économique crédible qui renforce la confiance dans le fait que le ratio dette publique/PIB sera placé sur une trajectoire baissière au fil du temps.

Suite à cette décision, les obligations italiennes reculent et les rendements se tendent (ils évoluent en sens inverse). Le taux du 10 ans prend notamment 6 points de base, à 1,787%, portant le spread avec le Bund allemand à 227 pb.

"La résistance des obligations italiennes sera mise à l'épreuve à la suite de la baisse surprise de la note de l'Italie", affirment les stratèges de la Commerzbank dans une note reprise par 'Bloomberg'. "La barre pour de nouvelles actions est basse et la pression sur le projet de budget 2021 élevée".

Vos réactions doivent respecter nos CGU.