Marchés : les dettes souveraines et l'or, valeurs-refuge face au Covid-19

Marchés : les dettes souveraines et l'or, valeurs-refuge face au Covid-19
des soldats devant le Duomo, 24 février 2019

Boursier.com, publié le lundi 24 février 2020 à 21h19

A la recherche de sécurité face à la crainte d'une pandémie de Covid-19, les investisseurs se sont rués ces derniers jours vers les obligations souveraines des pays jugés les plus solides (Etats-Unis, Allemagne...) ainsi que vers l'or, qui reste la valeur-refuge traditionnelle face aux turbulences sur les marchés financiers.

Lundi, alors que le coronavirus multiplie les nouveaux foyers hors de Chine, faisant plonger les Bourses mondiales, les obligations d'Etat américaines et allemandes étaient les plus recherchées. Les taux d'intérêts, qui évoluent en sens inverse des cours se sont fortement détendus.

Ainsi, le rendement du T-Bond américain à 10 ans a chuté lundi de 11 points de base, tombant à 1,36%. Il approche désormais de son plus bas historique de 1,32% atteint en juin 2016. Le taux du T-Bond à 30 ans a atteint vendredi un plus bas historique de 1,91%, un plancher qu'il a encore enfoncé lundi 1,82% (-9 pdb). Aux Etats-Unis, la courbe des taux s'est à nouveau inversée, les taux à 3 mois (1,54%) étant désormais supérieurs aux taux à 10 ans, une situation anormale qui signale la crainte d'une récession à venir.

En Allemagne, le rendement du Bund à 10 ans, principale référence de la zone euro, s'est enfoncé plus loin en terrain négatif à -0,48% (-5 pdb). Les rendements allemands sont retombés en territoire négatif sur l'ensemble des maturités, ce qui n'était plus le cas depuis octobre dernier.

En France aussi, les investisseurs ont privilégié les obligations d'Etat, faisant tomber le rendement de l'OAT française à 10 ans à -0,24% (-3 pdb). Cependant en Europe, les taux restent encore supérieurs à leurs plus bas de 2019, lorsque les marchés réagissaient à une dégradation de la situation économique dans le zone euro et aux craintes d'un Brexit dur.

A l'inverse, les taux italiens se sont tendus lundi, les investisseurs se délestant de la dette souveraine de la péninsule, où le Covid-19 a fait 7 morts et a contaminé plus de 200 personnes. Face à cette crise, les marchés craignent que Rome n'abandonne ses objectifs de maîtrise de sa dette publique. Le rendement des BTP italiens à 10 ans s'est tendu de 4 points de base, pour atteindre 0,94%.

L'or a poursuivi son "rally" lundi, bondissant de 1,7% à 1.676,60$ l'once, pour le contrat à terme d'avril coté sur le Comex, montant à son plus haut niveau depuis 7 ans, en février 2013. Le métal jaune, déjà soutenu depuis des mois par l'environnement de taux d'intérêts bas, gagne désormais près de 10% depuis le début de l'année.

Vos réactions doivent respecter nos CGU.