Marchés : Wall Street boude les très bons résultats d'entreprises

Marchés : Wall Street boude les très bons résultats d'entreprises
New York Stock Exchange

Boursier.com, publié le jeudi 03 mai 2018 à 23h34

Malgré une salve de résultats d'entreprises bien meilleurs que prévu, les indices boursiers sont restés de marbre à Wall Street depuis la mi-avril. Depuis le 12 avril, date approximative du début de la saison des comptes du premier trimestre, le S&P 500 a ainsi reculé de 1,3%, et le Dow Jones a cédé 2,2%, tandis que le Nasdaq a reculé de 0,6% malgré des résultats en forte hausse de la part des Gafa (Google-Alphabet, Apple, Facebook et Amazon).

Jusqu'à présent, 343 compagnies, soit environ 70% des composantes du S&P 500, ont fait connaître leurs comptes du 1er trimestre. Selon le cabinet Thomson Reuters I/B/E/S, 79,9% d'entre eux ont fait mieux que prévu en termes de résultats. Selon le cabinet Factset (groupe Dow Jones) 74% des sociétés ont aussi affiché des ventes supérieures aux attentes du consensus.

Alors que la saison des résultats entre dans son dernier tiers, les bénéfices sont en moyenne en hausse de 22% par rapport au 1er trimestre 2017, selon Thomson Reuters I/B/E/S, ce qui est bien supérieur aux attentes des marchés. Fin mars, avant le coup d'envoi des résultats, les analystes tablaient sur environ +16% à +17%, selon les consensus. En outre, la totalité des 11 grands secteurs du S&P 500 ont fait mieux que prévu jusqu'ici.

Taux, géopolitique, commerce... Une accumulation des facteurs de risque

Malheureusement, la dynamique qu'aurait pu créer ces bons résultats a été quelque peu freinée par une accumulation de facteurs d'inquiétude, allant de la hausse du dollar et des taux d'intérêts, aux tensions géopolitiques entourant l'Iran, en passant par les tensions commerciales entre les Etats-Unis et la Chine.

Les investisseurs restent d'autant plus prudents que, malgré ces chiffres supérieurs aux attentes, la valorisation des actions du S&P 500 est toujours très élevée, avec un PER (rapport cours/bénéfice par action) de 16,3 fois les bénéfices attendus sur les 12 prochains mois.

Cette valorisation s'établissait certes encore à 18 fois à la fin 2017, et elle s'approche désormais de sa moyenne sur les 5 dernières années (16,1 fois). Mais elle est encore bien supérieure à sa moyenne sur 10 ans, qui est de 14,3 fois pour le S&P 500.

Vos réactions doivent respecter nos CGU.