Media 6 a creusé ses pertes au premier semestre

Media 6 a creusé ses pertes au premier semestre©Boursier.com

Boursier.com, publié le jeudi 03 juin 2021 à 08h19

Media 6 a creusé ses pertes au premier semestre alors que son activité a continué à souffrir de la crise sanitaire. Sur les six mois clos fin mars, le groupe essuie un déficit net de 2 millions d'euros contre -196.000 euros sur l'exercice précédent pour un chiffre d'affaires de 32,4 ME, en recul de8,5%, malgré l'intégration d'IMG sur la totalité du semestre. À périmètre comparable, hors IMG, le chiffre d'affaires semestriel est en baisse de 18,5%. Le résultat opérationnel ressort à -1,65 ME contre -253.000 euros un an plus tôt.

Media 6 a creusé ses pertes au premier semestre alors que son activité a continué à souffrir de la crise sanitaire. Sur les six mois clos fin mars, le groupe essuie un déficit net de 2 millions d'euros contre -196.000 euros sur l'exercice précédent pour un chiffre d'affaires de 32,4 ME, en recul de8,5%, malgré l'intégration d'IMG sur la totalité du semestre. À périmètre comparable, hors IMG, le chiffre d'affaires semestriel est en baisse de 18,5%. Le résultat opérationnel ressort à -1,65 ME contre -253.000 euros un an plus tôt.

La structure financière du bilan du Groupe demeure solide. Les capitaux propres du Groupe passent de 30,2 ME au 30 septembre 2020 à 28,5 ME au 31 mars 2021. L'endettement financier net s'établit à 2,3 ME au 31 mars (versus 3 ME au 30 septembre 2020), impact IFRS16 inclus de 3,6 ME au 31 mars 2021 (versus 4 ME au 30 septembre 2020). In fine, hors IFRS16, le Groupe est donc en situation de trésorerie nette de 1,3 ME contre 1,1 ME au 30 septembre dernier.

"À ce jour, l'état du carnet de commandes et le manque de visibilité sur l'évolution des marchés de Media 6 d'ici à la fin de l'exercice ne permet pas d'anticiper un 2nd semestre supérieur au 1er. Les anticipations à moyen et long terme sont particulièrement difficiles du fait de la modification des modes de consommation avec une évolution des actes d'achat en défaveur des points de vente physique au profit du numérique, dont une partie semble irréversible, de la fermeture définitive de certains points de vente, ainsi que des niveaux d'investissement actuels fixés comme leur nouvelle norme par bon nombre de nos clients", souligne le groupe qui fait l'objet d'un projet d'offre publique d'achat simplifiée, initié le 1er avril, par l'actionnaire patrimonial majoritaire de la société, VASCO SARL, de concert avec la famille Vasseur.

Vos réactions doivent respecter nos CGU.