Mersen : sous pression

Mersen : sous pression
Mersen, Luc Thémelin - Président du Directoire

Boursier.com, publié le jeudi 29 octobre 2020 à 11h27

Mersen recule de 6,6% ce jeudi, à 21 euros, après avoir réalisé au 3e trimestre 2020 un chiffre d'affaires consolidé de 208 millions d'euros, en recul de 9,8% à périmètre et changes constants. En tenant compte d'un effet de périmètre positif lié à l'intégration d'AGM Italy et GAB Neumann et d'un effet de change négatif principalement lié à la dépréciation du dollar US, ce recul est de -11,2%.
Mersen a réalisé au cours des 9 premiers mois de l'année 2020 un chiffre d'affaires consolidé de 638 ME, soit un retrait organique de -12,2 % par rapport à 2019 (718 ME à fin septembre 2019). En tenant compte, d'une part, des effets de change négatifs de plus de 8 ME et, d'autre part, de l'intégration d'AGM Italy et GAB Neumann, ce retrait est de -11,1%.

A fin septembre, l'endettement financier net du Groupe atteint 218 ME, stable par rapport à fin décembre 2019 et en baisse de 10 ME par rapport à fin juin. Le Groupe dispose par ailleurs d'une structure financière solide, avec 140 ME de lignes de crédit non utilisées et d'une trésorerie disponible de plus de 90 ME à fin septembre 2020. Le Groupe n'a aucune échéance de dette significative avant novembre 2021. Le groupe ne constate pas, à ce stade, de dérive dans les délais de paiement.

Perspectives affichées

Compte tenu de la situation économique actuelle et des mesures annoncées, le groupe prévoit en 2020 un recul organique des ventes compris entre -12% et -14%. La marge opérationnelle courante serait comprise entre 7% et 8%. Il comptabilisera des coûts non-récurrents à hauteur d'environ 55 ME sans produit d'impôts au niveau du Groupe, dont 30 ME n'ayant pas d'impact cash. Par ailleurs, le positionnement de Mersen sur les marchés de développement durable conforte le groupe dans ses perspectives à moyen terme. Il est notamment engagé avec plusieurs clients dans des développements majeurs pour le marché des semi-conducteurs de puissance SiC. Il a également franchi des étapes clé de qualification de ses produits pour les futurs véhicules électriques de forte puissance...

"Le groupe guide sur un atterrissage annuel de -12% à -14% sur le CA (soit -10 à -20% organique au T4) et une MOC entre 7% et 8%" commente Portzamparc qui précise que cela ressort sous ses anticipations. De quoi réviser ses attentes à la baisse et viser le haut de la guidance (CA -12% / MOC 8%). "Nous adoptons un scénario moyen terme également plus conservateur sur les marges (MOC 2022 9,4% vs 10,8% précédemment) et abaissons notre OC de 32 à 27,5 euros, tout en confirmant une opinion Acheter" conclut l'analyste.

Vos réactions doivent respecter nos CGU.