Michael Pompeo s'en prend à HSBC pour son rôle à Hong Kong

Michael Pompeo s'en prend à HSBC pour son rôle à Hong Kong
HSBC logo banque

Boursier.com, publié le mercredi 26 août 2020 à 16h20

HSBC Holdings est dans le viseur du secrétaire d'Etat américain. Michael Pompeo accuse la banque britannique d'avoir aidé le gouvernement chinois à réprimer la répression à Hong Kong. Dans une déclaration publiée mercredi, le dirigeant s'est dit "consterné" par la décision de HSBC de refuser aux particuliers l'accès à leurs comptes en raison des pressions politiques exercées par Pékin. Il a notamment fait référence à des rapports selon lesquels des cadres de Next Media, basés à Hong Kong, n'ont pas pu accéder à leurs comptes bancaires HSBC en raison de leur position pro-démocratique à la suite de l'arrestation du fondateur de la société, Jimmy Lai, éminent militant du mouvement pour la liberté à Hong-Kong.

Pompeo a également déclaré que HSBC continuait à fournir des services bancaires aux personnes sanctionnées par les États-Unis. "La banque maintient donc des comptes pour les personnes qui ont été sanctionnées pour avoir refusé la liberté à des Hongkongais, tout en fermant des comptes pour ceux qui cherchent à obtenir la liberté".

Les États-Unis et la Grande-Bretagne ont vivement critiqué la répression chinoise contre l'opposition pro-démocratique dans l'ancienne colonie britannique à la suite de l'adoption d'une nouvelle loi sur la sécurité imposée à Hong Kong à la fin du mois de juin. "Les nations libres doivent s'assurer que les intérêts des entreprises ne sont pas subornés par le PCC pour aider sa répression politique", a ajouté M.Pompeo. Il a offert son soutien au gouvernement britannique pour contrer ce qu'il a décrit comme les "tactiques d'intimidation coercitives" des autorités chinoises.

Vos réactions doivent respecter nos CGU.