Michelin : gonflé à bloc !

Michelin : gonflé à bloc !
Logo Michelin

Boursier.com, publié le mardi 12 février 2019 à 09h06

Michelin prend la tête du SRD au lendemain de la publication de résultats annuels légèrement supérieurs aux attentes des analystes malgré un lourd effet de changes, la baisse du marché chinois et l'impact de la fermeture annoncée d'une usine en Ecosse. Dans des volumes nourris, le titre du pneumaticien s'envole de 7,4% à 97,5 euros, signant sa plus forte hausse depuis septembre 2011. La société a enregistré en 2018 un résultat opérationnel "des secteurs" en hausse de 1,2% à 2,78 milliards d'euros pour un chiffre d'affaires de 22,03 MdsE, (+0,3% en données publiées et +4,1% hors effets de change).

Hausse du résultat opérationnel des secteurs attendue en 2019

Michelin vise en 2019 une croissance des volumes en ligne avec l'évolution mondiale des marchés, et un résultat opérationnel des secteurs supérieur à celui de 2018 (hors effet de change), au-delà de la contribution additionnelle de Camso et Fenner estimée à 150 ME. La génération d'un cash-flow libre structurel est attendue supérieure à 1,45 MdE. Cette génération de cash-flow doit permettre au groupe de réduire un ratio d'endettement qui a bondi l'an dernier à 31%, son plus haut niveau depuis au moins sept ans, dans le sillage des nombreuses acquisitions qu'il a réalisées en 2018 dans le cadre de sa stratégie d'équilibre entre les segments de marché et les géographies.

Les analystes apprécient les économies de coûts et les hausses de prix

Michelin a nettement dépassé les attentes au deuxième semestre, bénéficiant de l'amélioration des volumes et des prix aux Etats-Unis, notent les analystes de Jefferies, ajoutant que le FCF était également solide. Bien que les prévisions pour 2019 soient conformes aux attentes, les détails devraient conduire à une révision haussière du consensus et à une amélioration du sentiment. Le broker (à l''achat') estime que la discipline en matière de prix, les économies nettes de coûts, le FCF soutenu et une "pause probable au niveau des fusions et acquisitions" devrait soutenir le titre en 2019.

Pour Citi, également positif sur le dossier, les économies de coûts ont accéléré au second semestre "et bien d'autres sont à venir". Bien que les perspectives de volumes demeurent incertaines, avec une majorité de bénéfices provenant des pneus de remplacement et de qualité supérieure, la société est bien placée pour accroître ses profits malgré un contexte incertain, souligne le courtier.

Vos réactions doivent respecter nos CGU.