Mitsubishi Corp veut se renforcer dans Mitsubishi Motors, désormais membre de l'Alliance Renault-Nissan

Mitsubishi Corp veut se renforcer dans Mitsubishi Motors, désormais membre de l'Alliance Renault-Nissan©Boursier.com

Boursier.com, publié le mardi 20 février 2018 à 06h28

Le holding japonais Mitsubishi Corporation a l'intention d'obtenir une plus grosse part du gâteau Mitsubishi Motors. Dans un communiqué diffusé cette nuit, le bras armé du conglomérat Mitsubishi dans la finance a confirmé en partie une rumeur propagée par l'Agence Nikkei, selon laquelle il aurait l'intention de racheter les actions du constructeur détenues par Mitsubishi Heavy Industries (8,3%) et The Bank of Tokyo-Mitsubishi UFJ (3,6%). Cela permettrait à Mitsubishi Corp de monter à environ 20% du capital et de le consolider comme participation financière. Aucune décision n'a cependant encore été prise à ce stade, a indiqué le groupe. Nikkei avait indiqué plus tôt dans la journée que le holding souhaitait porter ses parts de 9,23% à environ 20% pour un montant de l'ordre de 120 milliards de yens, soit environ 908 millions d'euros.

Le titre Mitsubishi Motors cote actuellement 835 yens, plus de 40% au-dessus de son cours à la date de l'annonce de l'arrivée de Nissan au capital et de l'intégration dans l'Alliance Renault-Nissan. Nissan possède 34% du capital et exerce le contrôle effectif. L'entrée d'une seconde marque japonaise dans l'Alliance lui a permis de ravir en 2017 le titre de premier constructeur mondial à Volkswagen, avec 10,6 millions de véhicules vendus dans le monde, en hausse de 6,5% par rapport à 2016. Mitsubishi a écoulé un peu plus d'1 million de véhicules l'année dernière, renouant avec une croissance à deux chiffres. La marque va profiter de plus en plus de la politique d'achats en commun et des synergies proposées par l'Alliance.

Les analystes estiment que la concentration des titres Mitsubishi Motors au sein d'une même entité chez son ancienne maison-mère est certes bénéfique pour elle au niveau financier, mais qu'elle est en outre susceptible de faciliter, à terme, une éventuelle négociation avec Nissan. Le groupe de Carlos Ghosn pourrait en effet être tenté d'accroître ses positions si le redressement se déroule comme prévu.

Vous êtes responsable des propos que vous publiez.
Merci de respecter nos CGU