MND en pertes au S1, carnet de commandes de 176,5 ME à fin décembre

MND en pertes au S1, carnet de commandes de 176,5 ME à fin décembre©Boursier.com

Boursier.com, publié le vendredi 22 mai 2020 à 18h07

MND publie ses résultats semestriels au titre de l'exercice 2019/2020 qui sera clos le 30 juin 2020. Consécutivement à la modification des dates d'ouverture et de clôture de l'exercice social, le groupe présente pour la première fois des comptes semestriels pour la période allant du 1er juillet au 31 décembre (du 1er avril au 30 septembre pour le 1er semestre de l'exercice précédent 2018/2019). À l'issue du 1er semestre de l'exercice 2019/2020, MND a réalisé un chiffre d'affaires consolidé de 29,5 ME, contre 38,0 ME au 1er semestre 2018/2019. Le pôle "Enneigement & Remontées mécaniques" a enregistré un chiffre d'affaires de 16,1 ME au 1er semestre 2019/2020. Le pôle "Sécurité & Loisirs" a totalisé un CA semestriel 2019/2020 de 13,4 ME.

Sur le plan géographique, le groupe MND a réalisé 38% de son activité semestrielle 2019/2020 en France (vs. 42% sur l'ensemble de l'exercice 2018/2019), 40% en Europe (hors France) (vs. 43%) et 21% dans le reste du monde (vs. 15%), dont 12% en Chine (vs. 12% en 2018/2019).

Au cours du 1er trimestre 2019/2020, le groupe a finalisé les opérations de renforcement de sa structure bilancielle et de réaménagement de ses dettes bancaires avec l'appui d'un nouveau partenaire financier aux côtés de Montagne & Vallée, l'actionnaire de référence de MND. Ces opérations se sont traduites par la réalisation, fin septembre 2019, de deux augmentations de capital pour un montant brut total de 35 ME et le réaménagement de 34,8 ME de dettes bancaires court et moyen terme en dette in fine à horizon décembre 2023.

Au cours de cette période, marquée par des tensions sur la trésorerie du groupe jusqu'à la réalisation de ces opérations, le groupe n'a pas été en mesure d'exécuter pleinement son carnet de commande et de délivrer un niveau d'activité et de marge brute satisfaisant. Le chiffre d'affaires du 1er trimestre s'est ainsi élevé à 8,6 ME. En revanche, le 2ème trimestre 2019/2020 s'est traduit par un net rebond de l'activité, avec un chiffre d'affaires de 20,9 ME sur la période et une hausse de la contribution à la marge brute dégagée par l'activité.

Parallèlement, le groupe a engagé au cours du semestre sa réorganisation opérationnelle à travers la rationalisation de ses sites industriels et commerciaux à l'international. Elle s'est déjà traduite par la fermeture de deux sites industriels (Allemagne et Suède) avec le rapatriement de l'ensemble des productions en France au sein de l'unité de Sainte-Héléne du Lac (France) et l'initiation de la fermeture de trois filiales de distribution étrangères dont les pays seront désormais adressés depuis le siège du groupe. Cette rationalisation a pour objectif d'améliorer la performance opérationnelle du groupe de manière durable.

Le plan de rationnalisation engagé vise à réduire d'environ 6 ME en année pleine (soit -18%) la structure de coûts pour ainsi abaisser le point d'équilibre opérationnel (EBITDA) à environ 70 ME de chiffre d'affaires (hors éléments non récurrents) dès l'exercice 2020/2021 qui débutera le 1er juillet prochain.

Sur le S1 clos, la perte nette part du groupe atteint 18,1 ME et la perte opérationnelle 16,7 ME. L'Ebitda est déficitaire de 7,9 ME.

La situation bilancielle au 31 décembre 2019 témoigne des opérations de renforcement des capitaux propres (deux augmentations de capital pour un montant brut total de 35 ME) et de réaménagement de 34,8 ME de dettes bancaires à court et moyen terme, en une seule ligne de prêt senior à remboursement in fine avec une maturité prévue au 31 décembre 2023.

Au 31 décembre 2019, les capitaux propres consolidés de MND s'élevaient à -16,8 ME, contre -29,5 ME à fin juin 2019, incluant la double augmentation de capital et le résultat de la période. Il convient de souligner que les capitaux propres sociaux de MND s'élevaient quand à eux à 40,7 ME au 31 décembre 2019.

L'endettement financier net (hors dettes locatives IFRS 16) s'établissait à 64,2 ME à fin décembre 2019 contre 65,9 ME à fin juin 2019. Cette dette financière nette comprenait, à fin décembre 2019, 12,8 ME d'obligations qui ont vocation à être converties à moyen terme et qui viendront ainsi renforcer les capitaux propres du groupe et réduire sa dette.

En Chine, les principaux chantiers du groupe MND, qui avaient fait l'objet d'interruptions annuelles habituelles à l'occasion des fêtes du nouvel an chinois puis qui étaient demeurés à l'arrêt pendant la phase épidémique, ont repris partiellement au mois d'avril. Trois chantiers sur les six menés par le groupe ont ainsi redémarré. Des discussions sont en cours avec les clients des autres chantiers pour revoir le calendrier des opérations.

Comme annoncé fin février, le groupe a procédé à une revue globale de ses commandes en Chine. A ce jour, aucun des clients n'a notifié d'annulation des commandes conclues par le groupe MND au cours des dernières années. Le groupe n'a donc pas jugé nécessaire à ce stade de corriger le carnet de commandes sur ses contrats chinois.

Toutefois, au regard du ralentissement général de l'économie chinoise et des conséquences économiques majeures de la pandémie pour les acteurs de l'industrie du tourisme, et en particulier pour les stations de ski chinoises qui ont perdues près des deux tiers de la saison hivernale, les difficultés actuelles sont de nature à fragiliser la situation financière de certains clients chinois du groupe, avec un risque de non réalisation de tout ou partie du solde de certains contrats.

Pour faire face à la pandémie de coronavirus en Europe et à ses conséquences économiques (fermeture anticipée de l'ensemble des stations de ski dans de nombreux pays européens, difficultés logistiques et d'approvisionnement du fait des fermetures des frontières, etc.), le groupe MND a adapté son activité dès la mi-mars en procédant à la fermeture partielle de ses différents sites de production en France et en Europe, et en interrompant ses livraisons en concertation avec ses clients.

MND a mis en place les mesures de protection de ses effectifs et de télétravail pour les collaborateurs pour lesquels cette disposition est possible afin d'assurer la continuité du maximum de services. En outre, environ 50% des collaborateurs du groupe a bénéficié des mesures d'activité partielle en France et à l'étranger.

Face à l'arrêt de ses activités, le groupe a mis en oeuvre certaines des mesures financières d'accompagnement proposées aux entreprises pour faire face à cette crise, notamment le report des délais de paiement des échéances sociales et fiscales, le réaménagement des dettes bancaires et contrats de crédit baux existants.

Dans ce contexte, le plan de transformation et de rationalisation des organisations et opérations industrielles du groupe MND engagé en France et à l'étranger va être accéléré et renforcé pour adapter la structure de coûts du groupe au nouvel environnement économique.

Sur le plan financier, le partenaire financier du groupe MND, Cheyne Capital, a transmis par écrit, avant l'arrêté des comptes semestriels, une lettre d'intention pour la mise en place d'une ligne de financement additionnelle, dont les modalités et les conditions sont actuellement en cours de finalisation. Ce financement pourra s'accompagner de lignes complémentaires actuellement en cours de discussion auprès d'autres partenaires. Le groupe tiendra informé le marché de la finalisation et des conditions de ces opérations.

Cette nouvelle ligne de financement vise à répondre aux besoins financiers liés au redémarrage progressif des sites de production du groupe, avec un retour à pleine capacité escompté à fin juin 2020.

Le groupe s'appuie sur un carnet de commandes fermes enregistrées de 176,5 ME à fin décembre 2019, dont 11,9 MEUR de commandes à facturer au second semestre 2019/2020 (clos le 30 juin prochain).

Vos réactions doivent respecter nos CGU.