MND publie un Ebitda à l'équilibre au S1 2020/2021

MND publie un Ebitda à l'équilibre au S1 2020/2021©Boursier.com

Boursier.com, publié le lundi 17 mai 2021 à 07h25

Au 1er semestre 2020/2021, le groupe MND a réalisé un chiffre d'affaires consolidé de 28,2 ME, en léger repli de 5% par rapport au 1er semestre 2019/2020. Dans un environnement économique marqué, pour les professionnels de la montagne, par la fermeture administrative des remontées mécaniques européennes depuis plus d'un an, MND a su faire preuve de résilience en tirant parti de son offre globale multi-activités 4 saisons et de sa présence internationale multi-continents.

Au 1er semestre 2020/2021, le groupe MND a réalisé un chiffre d'affaires consolidé de 28,2 ME, en léger repli de 5% par rapport au 1er semestre 2019/2020. Dans un environnement économique marqué, pour les professionnels de la montagne, par la fermeture administrative des remontées mécaniques européennes depuis plus d'un an, MND a su faire preuve de résilience en tirant parti de son offre globale multi-activités 4 saisons et de sa présence internationale multi-continents.

Le pôle Enneigement & Remontées mécaniques a enregistré un chiffre d'affaires de 17,1 ME au 1er semestre 2020/2021, en progression de +6%. Le semestre a notamment été marqué par l'installation de systèmes d'enneigement pour des domaines skiables en France, Italie, Autriche, Suisse et Japon.
Le chiffre d'affaires semestriel du pôle Sécurité & Loisirs s'est établi à 11 ME, en repli de -18%, principalement en raison de la baisse des ventes de produits et de services liés à l'exploitation des domaines skiables5.

Sur le plan géographique, le groupe MND a réalisé 41% de son activité semestrielle 2020/2021 en France (vs. 40% sur l'ensemble de l'exercice 2019/2020), 40% en Europe (hors France) (vs. 41% en 2019/2020) et 19% dans le reste du monde (vs. 19% en 2019/2020).

EBITDA AJUSTE A L'EQUILIBRE AU 1ER SEMESTRE 2020/2021

Au-delà de ce niveau d'activité satisfaisant malgré la crise sanitaire et économique, le 1er semestre 2020/2021 a été marqué par la mise en oeuvre du plan stratégique "Succeed Together 2024", qui vise à opérer la transformation industrielle et commerciale du Groupe afin de construire une trajectoire de croissance maîtrisée et rentable.

Le volet excellence opérationnelle de ce plan, illustré par le regroupement des pôles et leur relocalisation industrielle en France, a d'ores et déjà commencé à produire ses premiers effets, avec une marge brute en valeur en hausse de +4%. Le taux de marge brute progresse ainsi de +3 points, à 35%, contre 32% au 1er semestre 2019/20.

Grâce à la maîtrise des charges opérationnelles (recul de -10% des charges externes sur la période) et à la matérialisation des premières économies d'échelle liées à la rationalisation du nombre de sites industriels et de filiales de distribution, le Groupe a atteint le point mort opérationnel dès le 1er semestre 2020/2021. L'EBITDA ajusté s'est ainsi élevé à 0,2 ME, contre une perte de -13,8 ME au 1er semestre 2019/2020.
L'atteinte de l'équilibre opérationnel est également le résultat des mesures de soutien destinées aux entreprises et à la filière Montagne mises en place par le gouvernement français pour faire face à la pandémie et à la fermeture administrative des remontées mécaniques.

Après prise en compte des dotations aux amortissements, dépréciations et provisions, le résultat opérationnel courant ressort à -2,2 ME, contre -16,5 ME au 1er semestre 2019/2020. Les autres produits et charges opérationnels se sont limités à -0,6 ME sur le semestre, conduisant à un résultat opérationnel de -2,9 ME.

Le résultat financier, qui s'élève à -5,6 ME à fin décembre 2020, intègre notamment la restructuration de la dette financière opérée au cours de l'exercice, les frais d'émission d'emprunt et les indemnités de conversion et de parité des emprunts obligataires.

Au final, le résultat net s'établit à -8,2 ME au 1er semestre 2020/2021, en amélioration notable de +11 ME par rapport au 1er semestre 2019/2020.

Le renforcement de la situation financière de MND, mis en oeuvre depuis mi-2019, s'est poursuivi au 1er semestre 2020/2021. A fin juillet 2020, le Groupe a obtenu 38 ME de nouveaux financements auprès de l'État français, de la région Auvergne-Rhône-Alpes et de son partenaire financier Cheyne Capital.

Au 31 décembre 2020, les capitaux propres consolidés de MND s'élevaient à -54,1 ME, contre -52,4 ME à fin juin 2020. Les capitaux propres sociaux de MND s'élevaient pour leur part à 16 ME au 31 décembre 2020 contre 10,8 ME au 30 juin 2020.

L'endettement financier net (hors dettes locatives IFRS 16) s'élevait à 91,3 ME à fin décembre 2020, contre 74,9 ME à fin juin 2020 dont 7,3 ME de trésorerie disponible.

Dans le cadre de la crise sanitaire et de la conclusion des opérations de financement réalisées au cours de ce 1er semestre, le groupe MND a bénéficié de la part de Cheyne Capital d'une suspension de calcul de ses covenants financiers pour les périodes trimestrielles du 30 septembre 2020, du 31 décembre 2020 et du 31 mars 2021.
La société a fait une revue de son risque de liquidité et considère être en mesure d'assurer le financement de ses activités au cours des douze prochains mois.

UN DEBUT D'ANNÉE 2021 DYNAMIQUE SUR LE PLAN COMMERCIAL

Au 31 décembre 2020, le carnet de commandes fermes du Groupe s'établissait à 46,6 ME, en progression de +9% par rapport à fin juin7. Les commandes à facturer au 2nd semestre de l'exercice 2020/2021 représentaient 14,4 ME du carnet de commandes à fin décembre.

Après un ralentissement aux 2ème et 3ème trimestres de l'exercice 2020/2021 (d'octobre 2020 à mars 2021), sous l'effet de la fermeture administrative des remontées mécaniques, la prise de commandes est à nouveau particulièrement dynamique depuis plusieurs semaines. Ainsi, le Groupe vient de remporter de nombreux succès, dont la réalisation d'une télécabine 10 places et d'un télésiège 6 places pour la station de ski de Mamison en Russie pour un montant de 17,5 ME ou la construction d'un premier télésiège débrayable pour la station de Waterville aux États-Unis pour un montant de 9 MUSD.

Au total, MND a ainsi enregistré près de 35 ME de nouvelles commandes fermes depuis le début de l'année 2021. Au 30 avril 2021, le carnet de commandes fermes était ainsi porté à 72,9 ME, contre 46,6 ME à fin décembre 2020, soit une progression de +56% en quatre mois.

Cette dynamique commerciale, qui vient s'ajouter aux contrats majeurs remportés en 2020, notamment dans le transport urbain avec la construction de la 2nde ligne du réseau de téléphérique urbain de Saint-Denis de La Réunion et du nouveau téléphérique urbain et touristique de la ville de Huy en Belgique, positionne le Groupe dans de bonnes conditions pour débuter le prochain exercice 2021/2022.

PERSPECTIVES DU 2ND SEMESTRE 2020/2021

La crise sanitaire a continué de peser sur le niveau d'activité au 3ème trimestre 2020/2021, notamment en France et en Europe. Toutefois, l'amélioration progressive de la visibilité et la bonne dynamique commerciale des dernières semaines, portée par la présence multi-continents du Groupe, permettent d'envisager un chiffre d'affaires annuel 2020/2021 au même niveau que celui de l'exercice précédent (rappel : 40,3 ME de chiffre d'affaires en 2019/2020).

Grâce au plan de performance opérationnelle et industrielle, aux effets des mesures d'économies et à l'appui des mesures gouvernementales de soutien aux entreprises, MND confirme son objectif d'équilibre opérationnel (EBITDA ajusté) sur l'ensemble de l'exercice 2020/2021.

Xavier Gallot-Lavallée, Président - Directeur général de MND, a déclaré : "Le 1er semestre 2020/2021 témoigne du succès de notre plan " Succeed Together 2024 " de transformation industrielle et commerciale : dans un contexte de marché fortement perturbé, le Groupe est parvenu à limiter le recul de son activité, à faire progresser sa marge brute et atteindre l'équilibre opérationnel alors même que toutes les actions n'ont pas encore pleinement porté leurs effets.
Au-delà de cette résilience, la dynamique commerciale actuelle et les nombreux atouts du Groupe - activités diversifiées et 4 saisons, montée en puissance du transport urbain, présence multi-continents, solutions au coeur des enjeux environnementaux - permettent aujourd'hui d'envisager une poursuite de cette trajectoire vertueuse en 2021/2022."

Vos réactions doivent respecter nos CGU.