Munic : visibilité réduite à court terme, mais les ambitions sont intactes

Munic : visibilité réduite à court terme, mais les ambitions sont intactes©Boursier.com

Boursier.com, publié le lundi 27 juillet 2020 à 19h36

Au 1er semestre 2020, le chiffre d'affaires de Munic ressort à 2,54 millions d'euros, en repli de -19% par rapport au 1er semestre 2019 (3,12 ME).

Les ventes de la gamme de Smart Dongles ont représenté 95% des ventes du semestre (89% sur l'ensemble de l'exercice 2019). Cette évolution reflète le décalage d'un certain nombre de commandes et de déploiements de projets en raison de la crise sanitaire mondiale liée au Covid-19. Elle touche fortement les acteurs de l'industrie automobile (constructeurs et équipementiers) et de nombreux secteurs connexes (loueurs, gestionnaires de flottes, etc.). Aux Etats-Unis comme en Europe, du fait de la fermeture de leurs points de ventes pendant plusieurs semaines entre mi-mars et juin en raison des mesures de confinement, plusieurs clients ont reporté au 3e trimestre d'importantes opérations commerciales sur leurs offres.
En matière de conquête commerciale, Munic a toutefois remporté de nouveaux projets au cours du 2e trimestre, notamment auprès d'opérateurs télécoms en Europe et plus récemment en Amérique du Nord, ou d'un grand gestionnaire de flotte automobile international.

Perspectives

Le spécialiste des technologies embarquées et de l'intelligence artificielle pour la valorisation des données automobile estime à court terme, que la crise a entraîné un allongement des cycles commerciaux avec les clients ayant achevé la phase pilote de leurs projets. S'agissant de la plateforme Ekko, Munic a pris la décision stratégique de décaler son lancement commercial en Europe au 4e trimestre 2020, au lieu du 2e trimestre initialement prévu.

Compte tenu d'une visibilité réduite, Munic n'est pas en mesure de quantifier pleinement les conséquences de la crise liée au Covid-19 sur son activité.

Cette situation demeure susceptible de remettre en cause l'objectif d'une croissance forte de l'activité visée par la société en 2020.

Par ailleurs, et au-delà de ces impacts à court terme, la société confirme une tendance constatée lors du 2e trimestre : la crise sanitaire ouvre plusieurs marchés, jusque-là difficilement accessibles pour Munic. La réduction des coûts de R&D au sein de nombreux acteurs de l'industrie automobile, du fait des mesures d'économies mises en oeuvre, les amènent à sélectionner des fournisseurs tiers pour des projets qu'ils prévoyaient initialement de développer en interne. Munic est donc "en très bonne position sur plusieurs dossiers identifiés au 2e trimestre et sur le début du 3e trimestre". Les profondes mutations engendrées par cette crise devraient prolonger sinon amplifier cette tendance au cours des prochains mois.

A plus long terme, Munic confirme son ambition d'atteindre 100 ME de chiffre d'affaires à l'horizon 2023, dont 25 ME générés à travers la plateforme Ekko, et un taux de marge brute supérieur à 40% du chiffre d'affaires à cet horizon.

Vos réactions doivent respecter nos CGU.