Neopost : modeste rebond après la chute d'hier

Neopost : modeste rebond après la chute d'hier©Boursier.com

Boursier.com, publié le jeudi 24 janvier 2019 à 19h14

Neopost qui a dégringolé de plus de 17% mercredi a repris modestement 1,3% ce jeudi à 21,74 euros après les publications relatives à la nouvelle stratégie 2019-2022 et à l'acquisition de l'Américain Parcel Pending...
Le leader des solutions de traitement du courrier, de l'automatisation des 'Business Process', de la gestion de l'expérience client et des consignes automatiques, a en effet dévoilé sa nouvelle stratégie pour la période 2019-2022 à l'occasion de son Capital Markets Day.

Baptisée 'Back to Growth', ce plan vise à développer et faire croître le groupe, tout en accélérant sa transformation... "L'objectif est d'atteindre un profil d'entreprise plus équilibré d'ici 2022, afin d'assurer au-delà une croissance organique durable et profitable", détaille Neopost.

Pour réaliser sa stratégie, le groupe entend réinvestir dans l'offre de solutions liées au courrier fortement génératrice de cash, se concentrer sur quatre solutions majeures (solutions liées au courrier, automatisation des Business Process, gestion de l'expérience client et consignes automatiques) dans deux grandes zones géographiques (Amérique du Nord et principaux pays européens), saisir des opportunités d'acquisitions ciblées qui contribueront au développement des solutions majeures du groupe, rationaliser l'organisation pour une gestion plus efficace et plus intégrée des Opérations Majeures, et faire croître, améliorer ou sortir des Opérations Annexes d'ici 2022...

Enfin, et c'est ici la principale raison de la chute du cours de bourse, Neopost entend adapter la politique de retour aux actionnaires et autoriser un éventuel recours plus fort à l'endettement pour gagner en flexibilité dans l'allocation du capital... ce qui n'a pas échappé aux analystes à l'image de ceux de la Société Générale qui restent à 'conserver' sur le dossier, mais avec un cours cible ajusté en baisse de 26 à 23 euros.

Le dividende n'est plus prioritaire dans l'allocation de capital

Les ambitions de Neopost reposeront en partie sur sa capacité à réaliser des acquisitions ciblées pour accélérer la transformation et étendre ses positions dans chacune de ses activités majeures. "Une discipline stricte et des critères financiers rigoureux seront appliqués lors de la sélection des opportunités d'acquisitions", promet le groupe, qui ciblera des sociétés en croissance à deux chiffres, avec la ferme intention de réaliser un ROCE couvrant son coût du capital au terme d'une période de trois ans, après l'année de la finalisation de l'acquisition.

Neopost se fixe un objectif d'enveloppe dédiée aux acquisitions d'un montant net des cessions de 100 millions d'euros par an en moyenne sur la période 2019-2022. Par ailleurs, Neopost envisage de consacrer en moyenne 100 millions d'euros par an aux dépenses d'investissement, qui seraient principalement affectées aux Opérations Majeures.
Pour atteindre ces objectifs, Neopost doit gagner en flexibilité dans l'allocation de son capital... Cela implique une adaptation de sa politique de retour aux actionnaires. Le groupe a donc décidé de fixer son taux de distribution annuel à un minimum de 20% du résultat net part du Groupe avec un dividende annuel minimum fixé à un plancher absolu de 0,50 euro par action. Le dividende sera payé en espèces et en un seul versement.

Par ailleurs, Neopost s'engage à restituer à ses actionnaires, à l'issue du plan 2019-2022, la part potentiellement inutilisée de son enveloppe nette de 400 millions d'euros destinée aux acquisitions ciblées.

Enfin, dans le cadre de son besoin de flexibilité accrue en matière d'allocation du capital, le groupe n'exclut pas la possibilité d'augmenter la part de sa dette nette non affectée au leasing tout en maintenant un ratio d`endettement net hors leasing inférieur à 3x.

Objectifs affichés

Dans le cadre de sa stratégie 'Back to Growth', sur la période 2019-2022, Neopost a pour objectifs un chiffre d'affaires en croissance à un taux annuel moyen 'mid-single digit' (ndlr : autour de 5%) hors effets de change, un EBIT courant en croissance à un taux annuel moyen 'high single digit' (ndlr : 6-9% en général) hors effets de change, un ratio de conversion free cash-flow / EBIT courant annuel minimal de 50%, et un rééquilibrage de son portefeuille d'activités afin que Mail Related Solutions représente moins de 50% du CA d'ici à 2022. Neopost veut enfin être en position, au plus tard en 2022, de réaliser une croissance organique du chiffre d'affaires 'low single digit', et ce de manière durable...

Vos réactions doivent respecter nos CGU.