Nexans : l'EBITDA s'élève à 195 ME au premier semestre

Nexans : l'EBITDA s'élève à 195 ME au premier semestre©Boursier.com

Boursier.com, publié le mercredi 24 juillet 2019 à 07h16

Nexans publie ce jour ses comptes pour le premier semestre 2019, arrêtés par le Conseil d'Administration réuni sous la Présidence de Jean Mouton, le 23 juillet 2019.
Le chiffre d'affaires du Groupe pour le premier semestre 2019 s'élève à 3.432 millions d'euros, contre 3.282 millions d'euros au premier semestre 2018. À cours de métaux constants, le chiffre d'affaires s'élève à 2.311 millions d'euros, soit une croissance organique de +5%. Hormis le segment de "Haute tension et Projets" (-6%) la croissance des activités "câbles" est de +7%.

L'EBITDA s'élève à 195 millions d'euros au premier semestre 2019 contre 153 millions en 2018. Les initiatives de transformation engagées ont eu un impact positif estimé à 48 millions d'euros, compensant un effet de ciseau de prix et de coûts (Price Cost Squeeze) estimé à -30 millions d'euros sur la période. L'effet de volumes est ressorti à +28 millions d'euros et les éléments non récurrents à -18 millions d'euros. Au total, l'EBITDA a progressé de 28 millions d'euros en base comparable hors IFRS 16.

La marge opérationnelle s'établit à 113 millions d'euros soit 4,9% des ventes à cours des métaux constants contre 3,7% au premier semestre 2018.

Le résultat opérationnel s'établit à -54 millions d'euros pour les six premiers mois de 2019 contre 91 millions d'euros au premier semestre 2018. Cette évolution traduit principalement la prise en charge pour 182 millions d'euros de charges de réorganisation reflétant essentiellement le provisionnement du plan de restructuration européen annoncé le 24 janvier 2019, dont les négociations ont été finalisées avec les instances sociales.

Le résultat financier s'établit à -31 millions d'euros au même niveau que celui au 30 juin 2018.

Le résultat net part du Groupe de la période s'élève à -116 millions d'euros, contre +40 millions d'euros au premier semestre 2018. Il correspond à un résultat avant impôt de -85 millions d'euros (contre +59 millions au premier semestre 2018). La charge fiscale s'élève à -27 millions d'euros (contre -23 millions d'euros au premier semestre 2018), l'essentiel des coûts de restructurations ne générant pas de gain fiscal immédiat.

La dette nette consolidée s'établit à 709 millions d'euros au 30 juin 2019, en augmentation de 43 millions d'euros sur 12 mois. Cette évolution correspond à un flux de trésorerie opérationnelle de 243 millions d'euros, à des dépenses d'investissement nettes des cessions pour 242 millions d'euros, des décaissements liés aux restructurations pour 77 millions d'euros ainsi qu'au paiement de dividendes, partiellement compensés par l'augmentation de capital réservée aux salariés pour un décaissement net de 3 millions d'euros. Le besoin en fonds de roulement opérationnel est en réduction de 65 millions d'euros, reflétant une meilleure position dans la courbe de trésorerie des projets haute-tension, malgré la consommation d'une partie des acomptes reçus en décembre 2018.

Commentant ces résultats du premier semestre 2019, Christopher Guérin, Directeur Général, a déclaré : "Nos résultats du premier semestre 2019 sont très encourageants. Ils démontrent que la mutation vers le " New Nexans" est en marche, elle porte ses fruits, elle est maîtrisée.
La dynamique de redressement est homogène dans le Groupe, que ce soit en termes de zones géographiques ou en termes de business. Notre plan de transformation livre après six mois intenses, des avancées significatives sur la réduction des coûts, notre programme Shift, et la croissance sélective. L'encouragement le plus grand réside pour moi dans la force de mobilisation et la discipline des équipes au cours de ce premier semestre. Je suis confiant dans notre capacité à poursuivre et à accélérer notre mutation".

Perspectives 2019

A la lumière des résultats de ce premier semestre, la société entrevoit les perspectives suivantes pour l'ensemble de l'année :

L'EBITDA devrait se situer entre 360 et 390 millions d'euros hors IFRS16
La dette nette consolidée de clôture, impactée par le décaissement prévisible de réorganisation, devrait ressortir à environ 600 millions d'euros incluant l'effet IFRS 16 pour environ 130 millions d'euros.
Compte tenu du caractère non déductible d'une part significative de la provision de restructuration (notamment en France et en Allemagne où des actifs d'impôts différés existent déjà), le résultat net pour 2019 pourrait avoisiner -110 millions d'euros.

Prochain rendez-vous le 7 novembre avec les comptes du troisième trimestre 2019.

Vos réactions doivent respecter nos CGU.