Nexity : un impact négatif de 130 ME de chiffre d'affaires au premier trimestre

Nexity : un impact négatif de 130 ME de chiffre d'affaires au premier trimestre
Agence connectée Nexity à Paris

Boursier.com, publié le mercredi 06 mai 2020 à 18h28

Le groupe immobilier Nexity affiche un chiffre d'affaires de 787 millions d'euros au premier trimestre 2020, en baisse de 94 millions d'euros soit -11% par rapport au T1 2019. L'impact négatif lié au ralentissement des activités observé depuis le 16 mars 2020 est estimé à environ 130 millions d'euros, soit l'équivalent de 14% du chiffre d'affaires de l'an dernier, dont la plus grande partie sera reportée sur les trimestres suivants, assure le groupe. Hors impact négatif lié à la crise sanitaire, le chiffre d'affaires aurait été en croissance de 4%.

À fin mars 2020, les réservations nettes de logements neufs en France s'élèvent à 3.657 lots et 792 millions d'euros TTC, soit un recul de 6% en volume et une croissance de 2% en valeur par rapport à fin mars 2019. En intégrant les terrains à bâtir (360 lots) et l'international (165 réservations), l'activité commerciale de l'Immobilier résidentiel (4.182 lots réservés pour 847 millions d'euros TTC) est stable en volume et en croissance de 6% en valeur. La crise sanitaire Covid-19 a eu un impact limité sur les volumes de réservations du T1 2020. Le niveau moyen de pré-commercialisation des opérations constaté au lancement des travaux est très élevé (90% à fin mars 2020). L'offre commerciale de logements est en retrait de 12% par rapport à fin décembre 2019 pour atteindre 7.799 lots à fin mars 2020, en raison d'un délai d'écoulement moyen de l'offre particulièrement rapide de 4,3 mois (contre 4,9 mois au T1 2019) et d'un faible niveau de lancements commerciaux. La part du stock achevé (78 lots) dans l'offre commerciale de logements demeure toujours très faible.

À fin mars 2020, le potentiel d'activité en logements neufs progresse de 2% par rapport à fin 2019 et s'élève à 56.251 lots, soit 2,6 années d'activité. Cela représente 10,9 milliards d'euros de chiffre d'affaires potentiel hors taxes. En intégrant les terrains à bâtir et l'international, le potentiel d'activité de l'Immobilier résidentiel représente 12,3 milliards d'euros de chiffre d'affaires potentiel hors taxes. Ce potentiel élevé donne à Nexity une capacité à rebondir lorsque la conjoncture économique s'améliorera.

Dans les activités de promotion et de distribution, l'absence d'avancement technique et commercial durant la période de confinement se traduira par une baisse importante du chiffre d'affaires. " Mais dans ces métiers, les coûts sont très largement variables et les charges fixes représentent moins de 10% du prix de revient des opérations : la baisse du chiffre d'affaires aura donc un impact limité sur l'EBITDA (même s'il faut anticiper un impact négatif additionnel provenant d'une part des pertes sur les frais généraux non incorporés aux stocks pendant la période d'arrêt d'activité, et d'autre part d'une hausse du prix de revient des opérations liée aux surcoûts de redémarrage des travaux) ", explique le groupe. La réouverture progressive des chantiers se confirme avec plus de 50% des chantiers de l'Immobilier résidentiel ouverts à ce jour.

" Face à cette crise, il convient de garder la tête froide : si nos activités de promotion sont très impactées à court terme (avec un quasi-arrêt des chantiers et un retour à la normale qui prendra plusieurs mois), nous n'avons pas d'inquiétude sur notre capacité à retrouver un niveau d'activité satisfaisant post-crise. Car la demande de logements, tirée par la démographie et le déficit d'offre structurel, ne disparaît pas : elle se reporte. Et même si certains de nos clients particuliers pourraient être désolvabilisés, j'ai confiance dans la capacité des investisseurs institutionnels à prendre le relais. La résilience de nos métiers de services confirme aussi la pertinence de notre modèle d'affaires ", affirme le PDG de Nexity, Alain Dinin.

Nexity suspend ses objectifs et perspectives 2020 et maintient un dividende payé en 2020 mais réduit à 2 euros par action contre 2,70 euros prévus initialement.

Vos réactions doivent respecter nos CGU.