Noxxon : résultats positifs de phase 1/2 dans le cancer du cerveau

Noxxon : résultats positifs de phase 1/2 dans le cancer du cerveau©Boursier.com

Boursier.com, publié le mardi 01 juin 2021 à 08h06

Noxxon Pharma annonce les résultats positifs de la deuxième cohorte de son étude de phase 1/2 évaluant le NOX-A12 en association avec une radiothérapie chez des patients atteints de cancer du cerveau (Glioblastome Multiforme). Les données montrent que le NOX-A12, à la dose de 400 mg/semaine, "continue d'être sûr et bien toléré, avec des signes apparents de réduction de la taille des tumeurs".

Noxxon Pharma annonce les résultats positifs de la deuxième cohorte de son étude de phase 1/2 évaluant le NOX-A12 en association avec une radiothérapie chez des patients atteints de cancer du cerveau (Glioblastome Multiforme). Les données montrent que le NOX-A12, à la dose de 400 mg/semaine, "continue d'être sûr et bien toléré, avec des signes apparents de réduction de la taille des tumeurs".

L'étude porte sur trois schémas posologiques de NOX-A12 (200, 400 et 600 mg/semaine), chacun associé à une radiothérapie par faisceau externe chez des patients atteints d'un cancer du cerveau récemment diagnostiqué. Les six patients des deux premières cohortes (3 patients recevant 200 mg/semaine et 3 patients recevant 400 mg/semaine) ont désormais terminé le traitement par NOX-A12. Plus de 83% de ces patients ont par ailleurs montré une réduction de la taille de la tumeur pendant ou après le traitement par NOX-A12, avec des réductions maximales allant de 2% à 62% par rapport au niveau initial. Dans l'ensemble, les patients ont bien toléré le traitement, qui consistait en la combinaison de NOX-A12 et d'une radiothérapie. Aucun signe de toxicité limitant la dose n'a été constaté.

Deux patients, un dans chacune des deux premières cohortes, ont obtenu des réponses objectives avec des réductions tumorales supérieures à 50%, dont l'une est survenue après l'arrêt du traitement par NOX- A12. Chez trois des six patients, les lésions satellites plus petites qui étaient présentes avant le traitement autour de la tumeur primaire ont complètement disparu. Dans la cohorte 1 (200 mg/semaine), deux des trois patients ont survécu au-delà de la survie moyenne prévue de 10 mois. Une analyse plus approfondie de la survie dans chaque cohorte devrait intervenir prochainement, explique Noxxon.

"Ces données cliniques très encourageantes montrent l'impact significatif du traitement par NOX-A12, toujours très bien toléré par une population de patients relativement fragile, sur la taille des tumeurs", constate le groupe. "Nous sommes impatients de poursuivre cette étude et de générer des données complémentaires soutenant le potentiel du NOX-A12 à faire une différence significative pour ces patients en réelle demande d'un traitement efficace et sûr. Le recrutement des patients de la troisième cohorte est terminé et nous attendons les résultats de la dernière cohorte au quatrième trimestre 2021", commente Aram Mangasarian, PDG.

NOX-A12 cible la CXCL12 (C-X-C Chemokine Ligand 12), une protéine chimiokine clé qui communique entre les cellules tumorales et leur environnement. Le NOX-A12 est conçu pour bloquer la réparation des vaisseaux sanguins détruits et briser la protection de la tumeur contre le système immunitaire, permettant ainsi aux cellules immunitaires anticancéreuses, telles que les cellules T tueuses, de pénétrer dans le tissu tumoral et d'attaquer les cellules cancéreuses.

Des techniques d'imagerie IRM avancées ont montré que cinq des six patients des deux premières cohortes présentaient tous une réduction du flux sanguin vers la tumeur par rapport aux valeurs initiales, ce qui suggère que cette combinaison de NOX-A12 et d'une radiothérapie est capable d'empêcher la repousse des vaisseaux sanguins, un mécanisme d'action clé prédit par les données précliniques. L'effet pharmacologique a été confirmé par la comparaison des tissus tumoraux avant et après le traitement d'un patient de la cohorte 1, révélant une disparition de CXCL12 des cellules barrières qui séparent le sang du tissu, ce qui suggère que NOX-A12 a pu neutraliser efficacement sa cible.

Cette comparaison des tissus a également montré une réduction importante du nombre de cellules tumorales en division active, atteignant presque zéro dans l'échantillon sous traitement, et des groupes de cellules immunitaires cytotoxiques en expansion dans l'échantillon sous traitement. Cela confirme l'idée que NOX-A12 peut faciliter l'entrée des cellules immunitaires dans la tumeur et une réponse immunitaire anti-tumorale, déjà à la plus faible dose testée dans l'étude.

Vos réactions doivent respecter nos CGU.