Nucléaire : Framatome poursuit la montée en puissance des fabrications au Creusot

Nucléaire : Framatome poursuit la montée en puissance des fabrications au Creusot
EDF Centrale nucléaire Nogent sur Seine

Boursier.com, publié le jeudi 25 janvier 2018 à 20h14

Framatome, qui est conjointement détenue par EDF (75,5%), Mitsubishi Heavy Industries (MHI - 19,5%) et Assystem (5%), a reçu le 25 janvier 2018 le feu vert de l'ASN et d'EDF pour reprendre la fabrication de pièces forgées pour le parc nucléaire français sur son site du Creusot.

Cette décision permet à l'usine de poursuivre la montée en puissance de sa production avec un objectif de 80 lingots par an.

Cette autorisation s'inscrit dans le plan d'amélioration lancé début 2016 sur le site à la suite d'une série d'audits qualité. Avec la réalisation de la totalité des actions nécessaires à la reprise des fabrications pour le parc nucléaire français et un avancement global de 90% à date, le plan sera totalement clôturé au 1er semestre 2018.

Les actions seront ensuite intégrées dans la démarche d'amélioration continue du site. Les clients en France et à l'étranger ainsi que les autorités de sûreté concernées ont été tenus régulièrement informés des actions menées. De nombreuses revues et inspections ont été réalisées permettant d'observer la progression du plan et d'intégrer les commentaires des parties prenantes.

Le maintien et le développement des compétences des équipes de l'usine du Creusot constituent un axe fort du plan d'amélioration du site et, en particulier, le renforcement de la culture de sûreté nucléaire.

Framatome a investi 7,5 millions d'euros en 2017 pour faire du site du Creusot un centre d'excellence dans la fabrication de pièces forgées pour le nucléaire et poursuivra ces efforts en 2018.

Par ailleurs, la revue des dossiers des fabrications passées du site du Creusot a franchi un jalon majeur. La première étape du processus correspondant à l'inspection de l'ensemble des dossiers concernant des pièces forgées destinées à l'industrie nucléaire, une étape-clé visant à identifier les constats, est à présent achevée. L'analyse de ces constats et le traitement des écarts se poursuivront jusqu'à fin 2018, en coordination avec les clients et les autorités de sûreté. Sur les 6.000 dossiers identifiés lors du recensement initial, 3.854 correspondent à des pièces forgées installées sur des installations nucléaires.

Sur les sites Framatome de Jeumont et de Saint-Marcel, l'audit est finalisé depuis l'été 2017 et n'a mis en évidence aucun écart impactant la sûreté des composants.

Vous êtes responsable des propos que vous publiez.
Merci de respecter nos CGU