OL Groupe : 1er trimestre impacté par la crise sanitaire

OL Groupe : 1er trimestre impacté par la crise sanitaire
Le président du club lyonnais Michel Aulas crie à l'injustice... Ses joueurs ne pourront porter le nom de leur nouveau sponsor lors du match retour Real-l'OL de ce soir.

Boursier.com, publié le vendredi 13 novembre 2020 à 07h38

L'activité du 1er trimestre de l'exercice 2020/2021 de OL Groupe (période du 1er juillet au 30 septembre 2020) a été fortement impactée par les effets de la crise sanitaire sur l'industrie du sport professionnel et de l'événementiel.
Ainsi, le total des produits des activités (hors trading joueurs) du 1er trimestre de l'exercice 2020/2021 est en recul de 12% (101,6 ME, contre 126,4 ME sur la même période N-1, avant la pandémie COVID-19) du fait notamment de la forte baisse de la billetterie et des recettes "événementiel".

Le total des produits des activités (y compris trading joueurs) est en baisse de 20%, le Groupe avait, en effet, réalisé un 1er trimestre record en termes de revenus de cessions de contrats joueurs sur la même période l'an dernier. Hors trading joueurs, les produits des activités s'établissent à 51,1 ME, en recul de 7,2 ME soit 12%. L'impact financier correspondant au manque à gagner sur les produits des activités (hors trading joueurs) du 1er trimestre de l'exercice est estimé à 12 ME environ. Hors impact COVID, le total des produits des activités hors trading joueurs s'établirait donc à environ 63 ME, en progression de 5 ME environ, soit 8%, montrant ainsi la résilience du Groupe face à la crise sanitaire.

BILLETTERIE : 1,1 ME

Au 30 septembre 2020, les recettes de billetterie sont particulièrement pénalisées par les mesures sanitaires relatives à l'affluence dans les enceintes sportives (5.000 personnes maximum en début de saison, puis 1.000 à partir du 22 septembre 2020). Les revenus de billetterie du Championnat de France s'établissent ainsi à 1,1 ME, contre 7,3 ME un an plus tôt, en recul de 85%, impactés de plus par un nombre de matchs à domicile inférieur à N-1 (2 matchs vs 4 en N-1).

Au 30 septembre 2019, les revenus de billetterie intégraient par ailleurs 1,9 ME de billetterie Europe liés au premier match de la phase de groupe de Ligue des Champions (absence de participation en Coupe d'Europe au cours de la saison 2020/2021 dû au classement final de 7ème de Ligue 1 en 2019/2020 consécutif à l'arrêt prématuré du Championnat décidé par la LFP au printemps 2020).

DROITS TV ET MARKETING : 37,7 ME

Les droits TV et marketing bénéficient d'un montant de 26,8 ME de droits TV UEFA relatifs aux matchs de Champions League 2019/2020 (1/8 retour, 1/4 et 1/2 finale), disputés à Lisbonne à huis clos en août 2020 (donc imputés sur l'exercice 2020/2021) en raison de la crise sanitaire. Au 1er trimestre 2019/2020, la participation du club au 1er match de la phase de groupe de Champions League avait généré 25,1 ME de Droits TV UEFA.

Les droits TV LFP-FFF sont en progression, portés par l'augmentation globale des droits de Ligue 1 en relation avec la mise en application des contrats signés avec Mediapro, BeIN et Free pour la période 2020/2024 et s'établissent à 10,9 ME (9,4 ME au 30 septembre 2019). Au 30 septembre 2020, ils sont néanmoins pénalisés par un nombre de matchs joués sur la période, inférieur à N-1 (5 matchs vs 8 en N-1).
En octobre 2020, en raison de la crise du Coronavirus, Mediapro a annoncé son intention de renégocier les contrats de diffusion et ne s'est pas acquitté de son échéance d'octobre 2020 auprès de la LFP. La LFP a contracté un emprunt bancaire de 112 ME afin de pallier ce non-paiement et permettre le versement aux clubs, début novembre 2020, d'une avance de trésorerie remboursable à hauteur des montants attendus.

PARTENARIATS - PUBLICITÉ : 8,5 ME

Les revenus de Partenariats-Publicité enregistrent une progression de +14% pour s'établir à 8,5 ME, attestant de la forte attractivité de la marque OL, avec notamment le nouveau contrat de partenariat signé avec Emirates pour 5 ans à compter de cette saison, et la mise en oeuvre des nouveaux contrats signés notamment avec adidas, Groupama (naming) et Mastercard (désormais partenaire maillot de l'équipe féminine).

PRODUITS DE LA MARQUE : 3,3 ME

Les produits de la marque s'établissent à 3,3 ME au 30 septembre 2020 (vs. 3,9 ME en N-1). Dans le contexte sanitaire actuel, l'activité merchandising est fortement pénalisée par l'affluence extrêmement réduite permise au Groupama Stadium, notamment en jours de match. L'activité e-commerce est quant à elle en forte progression sur le trimestre (+47% vs N-1).

EVENTS : 0,4 ME

L'activité Séminaires du 1er trimestre de l'exercice a été aussi fortement limitée par le contexte sanitaire, avec une baisse significative du nombre de séminaires et conventions au Groupama Stadium, conduisant à une baisse de 63% par rapport à la même période en N-1.
Par ailleurs, le Groupama Stadium n'a pu accueillir aucun grand événement sur le premier trimestre (demi-finales et finale de la Coupe du Monde féminine de football en N-1).

TRADING JOUEURS : 50,5 ME

Au cours du 1er trimestre de l'exercice, en dépit d'un contexte global très défavorable sur le marché des transferts, l'Olympique Lyonnais a procédé à la cession de plusieurs contrats joueurs, pour un montant cumulé de 50,5 ME, dont notamment les cessions des contrats d'Amine Gouiri à Nice (7 ME), de Martin Terrier à Rennes (12 ME), d'Oumar Solet à Salzburg (4 ME), de Fernando Marçal à Wolverhampton (2 ME), de Kenny Tete à Fulham (3 ME), de Bertrand Traoré à Aston Villa (15,9 ME), ainsi que la perception d'incentives sur transferts antérieurs (5,9 ME).

Sur la même période l'an dernier, le Groupe avait réalisé un 1er trimestre record en termes de revenus de cessions de contrats joueurs à 68,1 ME avec notamment les transferts de Tanguy Ndombelé à Tottenham (47,6 ME) et de Nabil Fékir au Betis Séville (19,8 ME).

BONNE SOLIDITÉ FINANCIÈRE

Au 31 octobre 2020, OL Groupe disposait d'une trésorerie bancaire de 41 ME incluant un PGE (Prêt Garanti par l'État) de 92,6 ME souscrit le 23 juillet 2020, plus une réserve de tirage RCF (Revolving Credit Facility) de 115 ME soit une trésorerie disponible de 156 ME.

Le Groupe continue par ailleurs d'oeuvrer à la mise en place de tout dispositif de financement complémentaire mis à disposition par l'État.
Dans le contexte actuel de crise liée à la COVID-19, le Groupe dispose ainsi de financements renforcés qui devraient lui donner la flexibilité nécessaire pour envisager, avec sérénité, la poursuite de ses développement futurs.

PERSPECTIVES POUR l'EXERCICE 2020/2021

Le début de l'exercice 2020/2021 a été marqué par des performances remarquables de l'équipe masculine avec une 1/2 finale de Champions League et de l'équipe féminine avec un 5e titre consécutif de Champions League.

La période de mercato d'été 2020, étendue jusqu'au 5 octobre dernier, a perturbé le début du Championnat et a permis d'optimiser la composition d'une équipe professionnelle de haut niveau. La dynamique de l'équipe depuis la fin du mercato démontre le potentiel du groupe avec un objectif de retour en Champions League pour la saison 2021/2022. Les valeurs historiques de l'Olympique Lyonnais, que sont la formation et l'état d'esprit prévalant notamment au sein de l'effectif professionnel masculin, se réaffirment, selon le souhait du Directeur Sportif Juninho.

Le Groupe enregistre avec satisfaction la décision récente de la LFP, contrairement aux décisions prises au printemps dernier lors du premier confinement, de maintenir les activités sportives professionnelles, malgré les nouvelles mesures de confinement appliquées en France depuis le 30 octobre dernier. Ainsi, les matchs de Championnat de France peuvent se dérouler, permettant de maintenir un lien social avec les supporters et les partenaires, et préserver un certain nombre de revenus pour les clubs (droits TV, partenariats).

Comme présenté en octobre, le Groupe devrait bénéficier de certains éléments favorables (nouveaux partenariats, hausse des droits TV nationaux, solde des droits TV UEFA 2019/20) pour soutenir l'activité de l'exercice 2020/2021, et ainsi atténuer la baisse des revenus liée à l'absence de Coupe d'Europe pour l'équipe masculine et aux mesures sanitaires actuelles.

Toutefois, compte tenu des restrictions importantes qui pèsent sur l'activité du Groupe en raison de la crise sanitaire, de l'absence de participation du club en Coupe d'Europe au cours de la saison 2020/2021, et sur la base d'un niveau de trading normatif au cours de l'exercice 2020/2021, le résultat net de l'exercice 2020/2021 devrait être déficitaire.

Le 23 octobre 2020, le Conseil d'État a confirmé la seule responsabilité de la LFP (et non celle de l'État) dans l'arrêt définitif du Championnat de la saison 2019/2020, le 30 avril dernier. Ainsi, l'Olympique Lyonnais poursuit son recours indemnitaire exclusivement contre la LFP, qui par sa décision, a privé les clubs d'une partie importante de droits TV qui aurait pu et dû être sauvegardée. Le Groupe évalue le préjudice subi par l'Olympique Lyonnais à 117 ME.

Par ailleurs, l'Olympique Lyonnais conserve sa 3ème place du classement européen des centres de formation, établi par le CIES Football Observatory (novembre 2020), démontrant une nouvelle fois, la performance de son Academy qui figure dans le TOP 4 européen depuis 9 années consécutives (2012 à 2020).

FEUILLE DE ROUTE 2023/2024

Dans le cadre de sa stratégie de développement basée sur le concept de "Full Entertainment" autour de son coeur d'activité football, mais également sur le développement, la récurrence et la diversification de son offre "Events", notamment avec le projet d'une nouvelle Arena, le Groupe reste confiant, si la crise sanitaire actuelle est résolue à court terme, dans sa capacité à atteindre les objectifs à horizon 2023/2024, présentés en février dernier, de 420 ME à 440 ME de total des produits des activités (incluant le trading joueurs, selon IAP défini plus avant) et d'un EBE supérieur à 100 ME.

"Le présent document contient des indications sur les objectifs d'OL Groupe. L'attention du lecteur est attirée sur le fait que la réalisation de ces objectifs peut être affectée par des risques connus et inconnus, des incertitudes et d'autres facteurs qui pourraient faire en sorte que les résultats futurs, les performances et les réalisations d'OL Groupe soient significativement différents des objectifs formulés ou suggérés. Ces facteurs peuvent inclure les évolutions de la conjoncture économique et commerciale, de la réglementation, ainsi que des facteurs de risques détaillés au sein du Document d'Enregistrement Universel 2019/2020 d'OL Groupe."

Prochain communiqué : Résultats du 1er semestre de l'exercice 2020/2021, le 16 février 2021 après la clôture des marchés d'Euronext.

Vos réactions doivent respecter nos CGU.