Orano : 8 ans de chiffre d'affaires pour une dette stable

Orano : 8 ans de chiffre d'affaires pour une dette stable
Vue externe de Melox

Boursier.com, publié le dimanche 02 août 2020 à 16h57

Pendant la crise du Covid-19, les activités industrielles et de services d'Orano ont continué d'opérer. A fin juin, l'ensemble des installations industrielles et la plupart des activités de services, en France et dans le reste du monde, ont retrouvé leur niveau d'activité d'avant crise. Aucun engagement contractuel du groupe n'a été remis en cause dans le cadre de la crise du Covid-19. Des discussions ponctuelles sont parfois en cours avec des clients afin de réaménager certaines dispositions contractuelles sans préjudice pour les parties. La crise du Covid-19 n'affecte pas la valeur des actifs industriels du groupe mais a défavorablement impacté le niveau d'activité et de performance opérationnelle, en particulier dans les secteurs Mines et Aval.

Au terme du 1er semestre, le carnet de commandes d'Orano s'élève à 28,9 milliards d'euros, en retrait par rapport au 31 décembre 2019 (29,9 MdsE). Le carnet de commandes représente près de 8 années de chiffre d'affaires. Les prises de commandes pour le 1er semestre 2020 s'élèvent à 774 millions d'euros et concernent principalement des contrats signés à l'export avec des clients asiatiques et américains. Ce montant permet de renouveler le carnet de commandes des activités de services à cycle court, le renouvellement de contrats pluriannuels importants n'intervenant pas chaque année.
Au 30 juin, le chiffre d'affaires d'Orano atteint 1,782 MdE (1,654 MdE au 30 juin 2019). Il croît de +7,8% et de +7,6% à données comparables, conformément aux anticipations du groupe en matière d'écoulement de son carnet de commandes.

Le résultat opérationnel d'Orano ressort à 158 ME, soit une baisse de 21 ME par rapport au 30 juin 2019.

Le résultat net part du groupe ajusté s'élève à 17 ME au 30 juin (-111 ME au 30 juin 2019).
Le résultat net part du groupe s'établit à -212 ME au 30 juin (259 ME sur la même période en 2019). Cette évolution s'explique principalement par le rendement négatif des actifs dédiés de couverture des obligations de fin de cycle reflétant la situation des marchés financiers dans le contexte de la crise sanitaire.

L'excédent brut d'exploitation (EBE) d'Orano au 30 juin s'affiche à 406 ME, stable par rapport au 30 juin 2019 où il s'établissait à 404 ME. En dépit des fortes perturbations induites par la crise du Covid-19, les 3 secteurs Mines, Amont et Aval contribuent positivement à l'EBE du groupe sur le semestre. La variation du BFR opérationnel s'établit à +41 ME, en amélioration de +138 ME par rapport au 1er semestre 2019.
Les investissements nets sont en légère baisse de -18 ME hors résultat sur cession pour atteindre 205 ME au 30 juin (223 ME au 30 juin 2019), en raison notamment des perturbations de la crise du Covid-19 sur certains projets.

Situation financière

Le cash-flow opérationnel d'Orano est positif à 240 ME sur le 1er semestre, en forte progression de +159 ME par rapport à 2019 à la même date.
Le cash-flow net des activités de l'entreprise ressort ainsi à +46 ME au 1er semestre,(-59 ME au 1er semestre 2019).
Au 30 juin, Orano dispose d'un montant de trésorerie de 1,8 MdE. Cette position est renforcée par une ligne de crédit syndiqué, confirmée et non tirée, de 940 ME. Elle a été signée auprès de 11 partenaires bancaires début 2019. La maturité de cette facilité a été étendue de juillet 2022 à juillet 2023 avec l'accord unanime des prêteurs.

La situation de liquidité du groupe lui permet de faire face à ses engagements à moyen terme et en particulier au remboursement du solde de souches obligataires pour un montant de 402 ME en septembre 2020 et de 715 ME en mars 2021.
L'endettement financier net total du groupe s'élève à 2,2 MdsE au 30 juin 2020, stable par rapport à la situation au 31 décembre 2019.

Perspectives financières

Le groupe a suspendu ses perspectives 2020, le 20 mars, au moment du déclenchement de la crise sanitaire.

Malgré une bonne résistance des résultats du groupe à la crise du Covid-19 sur le semestre écoulé et compte tenu des impacts à venir et des incertitudes résiduelles sur le second semestre, le groupe révise ses perspectives pour l'année 2020 de la manière suivante :
- Légère décroissance du chiffre d'affaires ;
- Marge d'EBE comprise entre 22% et 25% ;
- Maintien d'un cash-flow net positif.

Ces perspectives restent néanmoins dépendantes d'une évolution maîtrisée de la pandémie en France et dans les pays où le groupe opère, notamment dans le domaine minier. Il est précisé que ces perspectives à l'horizon 2020 n'incluent pas le projet d'usine chinoise de traitement et recyclage des combustibles usés, pour lequel les négociations se poursuivent.

Vos réactions doivent respecter nos CGU.