OSE Immunotherapeutics annonce une publication confirmant un nouveau mécanisme d'action de BI 765063

OSE Immunotherapeutics annonce une publication confirmant un nouveau mécanisme d'action de BI 765063©Boursier.com

Boursier.com, publié le jeudi 22 octobre 2020 à 18h38

OSE Immunotherapeutics SA annonce la publication dans le prestigieux Journal of Clinical Investigation (JCI) de données d'études précliniques et translationnelles montrant, dans des modèles in vivo chez le rongeur et ex vivo chez l'homme, l'efficacité et le mécanisme d'action de BI 765063 (OSE-172), premier anticorps antagoniste sélectif du signal "Don't Eat Me" médié par SIRPa. Pour la première fois, l'équipe de R&D d'OSE a identifié le signal "Don't Find Me", un mécanisme complémentaire médié par SIRPa selon lequel les cellules cancéreuses échappent à la détection immunitaire en empêchant les lymphocytes T de pénétrer au coeur de la tumeur.

BI 765063 est en cours d'évaluation dans un essai clinique de Phase 1 mené chez des patients atteints de tumeurs solides avancées. C'est une étude de dose de BI 765063 administré seul et en combinaison avec un anticorps monoclonal et antagoniste de PD-1 de Boehringer Ingelheim, BI 754091, un inhibiteur de point de contrôle des lymphocytes T. Cet essai est mené par OSE Immunotherapeutics dans le cadre de son accord de licence et de collaboration avec Boehringer Ingelheim, qui a acquis les droits exclusifs de BI 765063, et selon lequel OSE Immunotherapeutics a déjà reçu 30 millions d'euros (sur un montant potentiel de 1,1 milliard d'euros de paiements d'étapes, et de royalties sur les ventes).

"Nos travaux montrent que les macrophages sont inhibés au contact de tumeurs exprimant CD47 par la voie SIRPa et ainsi, ils ne sécrètent plus de chimiokines, des petits médiateurs protéiques qui attirent les cellules immunitaires. En surexprimant CD47, les tumeurs n'induisent pas seulement un signal "Don't Eat Me " en direction des macrophages, nous avons découvert qu'elles induisent également un signal "Don't Find Me", c'est-à-dire que les lymphocytes T ne sont plus attirés sur le site tumoral par les chimiokines secrétées par les macrophages. Notre nouvelle stratégie anti-SIRPa inverse ce mécanisme majeur de résistance appelé "exclusion des lymphocytes T" en libérant les freins sur la chimiotaxie des lymphocytes T et leur migration au coeur de la tumeur ", commente Nicolas Poirier, Directeur scientifique d'OSE Immunotherapeutics.

Vos réactions doivent respecter nos CGU.